RAP More than words

2018, l’année noire du rap


Cette année, sept stars du rap ont coupé le son. RIP, Requiesca(n)t In Pace, rappeurs maudits.

XXXTentacion, cheveux décolorés et arbre tatoué sur le front, est assassiné à Miami.
Jimmy Wopo, au volant de sa voiture, prend une balle dans la tête à Pittsburg.
Mac Miller succombe d’une overdose à Los Angeles.
Fredo Santana, un cocktail à la codéine et à la prométhazine lui est fatal, toujours à L.A.
Craig Mack meurt d’une insuffisance cardiaque en Caroline du Sud.
Smoke Dawg et Koba Prime meurent fusillés en boite de nuit à Toronto.

Quand on sait que ce qui se passe aux States arrive chez nous peu de temps après, on s’imagine quel destin attend nos rappeurs français. L’année n’est pas encore finie. Qu’on se rassure, RAS pour le RAP français, nos rappeurs se portent bien, pour l’instant. Ils ne font que se donner des coups dans les aéroports : Bagarre à Orly : Les rappeurs Booba et Kaaris remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire.

Depuis des semaines, Médine bénéficie d’une promo sur toutes les ondes et les réseaux sociaux.
→ Première étape : le rappeur djihadiste annonce qu’il ira clamer, ou éructer, ou brailler, ou vomir sa haine au Bataclan.

Médine concert Bataclan


Un grand coup de provocation savamment mesuré, sachant bien qu’une levée de boucliers lui fermera l’entrée de la pagode parisienne, théâtre du massacre islamique du 13 novembre 2015 : 110 morts.
→ Deuxième étape, après s’être fait connaitre de la France entière pour ses textes débiles, Médine Zaouiche, privé de Bataclan, ira « crucifier les laïcards », suivant la délicatesse de ses paroles, au Zénith. Bataclan 1500 places, Zénith 9000 places, jolie promo.
Zaouiche remercie tout ceux qui contribué à augmenter son public, par toutes leurs manifestations, pétitions et multiples relais de commentaires. À peine cette victoire à la Pyrrhus actée, un autre poète à la langue RAPeuse défraie les chroniqueurs de tous poils.

L’illustre inconnu Nick Conrad est en train de nous faire le même coup, et ça marche ! Le déchaînement médiatique fait rage pour la promo du décérébré. Les paroles de son clip PLB, (Pendez Les Blancs) se répandent partout. Conrad, au moment où j’écris n’a même pas son Wikipédia. Il n’est qu’un minable you‐​tu‐​beur. Nul doute que sa brillante et soudaine notoriété va y remédier.

Pendez les blancs Nick Conrad


Pour rester dans votre style de vocabulaire choisi, Médine et Nick, votre RAP, j’en ai RAB. Comprenne qui voudra.

Il n’en est pas de même à l’égard de nos autorités et de notre Justice qui ne bronchent pas. Ou si peu et toujours en retard. Qui sont nos véritables ennemis ? Ces deux grands‐​guignols ou ceux qui laissent faire ? alors qu’ils sont en position d’agir.

Après Médine et un cran de plus franchi par ce Nick Conrad, quelle sera l’étape suivante ? L’avenir est plus noir que jamais. Médine transforme nos centre‐​villes en médinas, Nick veut nous niquer, tout va bien au Frankistan. Et pendant ce temps‐​là, la fête continue notamment à Nice, mais là, la presse, la police, la Justice sont absentes (vidéo en ligne, attention ! images violentes). Show must go on

Que fait la police, que tranche la justice, que dit la presse mainstream face à cette incitation permanente et croissante à la haine raciale, à la violence ? On nous dit que ces barbares sont des artistes et qu’il faut respecter leur liberté d’expression, la leur, pas la nôtre. L’Islam, c’est la soumission, on y est.

Michel Lebon

[NDLR] Notre illustration à la une : « Rap, more than words », traduction « Le rap, plus que des mots ». On l’aura compris.

Ceci peut aussi vous intéresser

Fardeau Alfred Laliberté

La double peine de la taxe d’habitation

La taxe d’habitation non seulement ne diminue pas, mais elle augmente dans plus de 6 …