Sélectionner la page

11 vaccins : enjeux, décrytage et vérité

Reprise de notre article paru en février 2018 qui est la trans­crip­tion d’une confé­rence orga­ni­sée par Culture Populaire le same­di 10 février de cette même année. Cet article avait ren­con­tré un énorme suc­cès. C’est pour­quoi nous le réédi­tons pour qu’il reste acces­sible mal­gré l’ef­fa­ce­ment de nos don­nées par notre ancien héber­geur OVH.

Face à la levée de bou­cliers, et aux inter­ro­ga­tions anti-vac­ci­nales que connaît la France aujourd’hui, un éclai­rage s’impose : c’est de cette volon­té que naît l’idée de réunir pro­fes­sion­nels de la san­té et spé­cia­listes du sujet, non ali­gnés sur la pen­sée unique des médias domi­nants. Nous avons sélec­tion­né pour vous des inter­ve­nants venus des quatre coins de la France, pour la pre­mière fois réunis autour d’une même table, afin de trai­ter de ce sujet sen­sible : des ori­gines jusqu’aux causes, en pas­sant par les inté­rêts en jeu, tout en vous aidant à dénouer le vrai du faux, le fac­tuel du mythe.

11 vaccins conférence Culture Populaire

Intervention du Dr Alain Scohy

Des pro­blèmes de fia­bi­li­té du vidéo pro­jec­teur ont per­tur­bé cette par­tie, et uni­que­ment celle-ci, veuillez nous en excu­ser.

Le doc­teur Scohy rap­pèle com­ment sont appa­rus les vac­cins, bien avant Pasteur. L’étymologie nous apprend que le mot « vac­cin » vient de « vac­ca » — la vache — puisque c’est Édouard Jenner, un méde­cin de cam­pagne anglais, qui uti­li­sa du pus pro­ve­nant d’une mala­die appa­ren­tée mais bénigne, la vac­cine des vaches, pour pro­té­ger un jeune gar­çon de la variole. Cent ans plus tard, Louis Pasteur, immense tra­vailleur et grand lec­teur, repro­dui­sit cette expé­rience avec un vac­cin contre le char­bon des vaches en uti­li­sant un adju­vant à base de potas­sium à forte dose, ce qui consti­tue un poi­son. Aujourd’hui encore, les scien­ti­fiques s’interrogent si l’immunité par­tielle du bétail n’est pas plu­tôt à impu­ter à cet adju­vant. Mais le seul fait de se poser cette ques­tion valut la radia­tion de l’Ordre des Médecins du doc­teur Alain Scohy.
Celui-ci regrette que les tra­vaux d’Antoine Béchamp (1816 – 1908) ont été occul­tés pour des rai­sons idéo­lo­giques car ce der­nier ne cachait pas sa foi chré­tienne à l’époque de la franc-maçon­ne­rie conqué­rante. C’est ce pro­fes­seur de toxi­co­lo­gie et de chi­mie médi­cale à la Faculté de Montpellier qui décou­vrit pour­tant l’élément pri­mor­dial de la cel­lule vivante qu’il dénom­ma « micro­zy­ma ». Il démon­tra que celui-ci pou­vait deve­nir bac­té­rie ou virus et en dédui­sit le « poly­mor­phisme bac­té­rien ». Il a ain­si démon­tré très rigou­reu­se­ment que ce sont ces « micro­zy­mas » qui construisent les cel­lules. Ce qui remet en cause le mono­mor­phisme de Pasteur qui entraî­na alors la méde­cine vers la pho­bie du microbe. Mais il fut décré­té que c’est Louis Pasteur qui devait avoir rai­son. Cette situa­tion per­dure de nos jours.
Le doc­teur Scohy avance que la mala­die est néces­saire car elle est la répa­ra­tion d’une patho­lo­gie. Lutter contre la mala­die est donc une erreur fon­da­men­tale. Et il ajoute : « Toute notre méde­cine moderne est blas­phé­ma­toire ». Les causes des patho­lo­gies sont sou­vent psy­cho­so­ma­tiques. Il rap­pelle l’importance de la vita­mine C pour lut­ter contre les patho­lo­gies car nos ancêtres furent, pen­dant des cen­taines de mil­liers d’années, essen­tiel­le­ment fruc­ti­vores. Écoutons ce que notre corps nous dit au lieu de le contra­rier par des « médi­ca­ments miracles » venus d’ailleurs.
L’immunité natu­relle tient toute la vie, ce qui n’est pas le cas avec les vac­cins qu’il faut « rap­pe­ler ».

Intervention du Dr Didier Tarte

Ce méde­cin nous explique que sa prise de conscience remonte à la période de ses études puisque le sujet de sa thèse était : « Recueil des effets secon­daires des médi­ca­ments par la phar­ma­co­vi­gi­lance ». Déjà rebelle ! Le doc­teur Tarte soigne les enfants mais note que les enfants reviennent parce-qu’ils sont tou­jours malades, ce qui le conforte dans l’existence d’effets secon­daires des médi­ca­ments. Dans cette démarche il com­mence à rele­ver les effets secon­daires des vac­cins. Ils découvre alors que ces effets, pré­sents dans tous les domaines, sont métho­di­que­ment occul­tés par la méde­cine. Pourquoi donc ? Il entre­prend une étude scien­ti­fique com­pa­ra­tive entre les per­sonnes les plus vac­ci­nées et les per­sonnes les moins vac­ci­nées : il constate que ces der­nières sont trois fois moins malades ! Mais son mémoire est immé­dia­te­ment cen­su­ré. Encore.
Le Dr Didier Tarte pro­pose une com­pré­hen­sion glo­bale de la san­té qui prend en compte le corps, la conscience et l’esprit.

Intervention de Michel Georget, professeur de biologie

Cet agré­gé de bio­lo­gie l’annonce d’entrée de jeu : il n’est pas méde­cin, il est bio­lo­giste et ensei­gnant. Sa contri­bu­tion à cette confé­rence n’en est pas moins majeure.
Cet ensei­gnant s’efforcera de faire pas­ser des infor­ma­tions tech­niques et nous pré­sen­te­ra le HLA (Human Leukocyte Antigen). C’est un peu com­pli­qué et voi­ci ce que nous en avons rete­nu : au delà des Rhésus — Rhésus posi­tif, Rhésus néga­tif — asso­ciés au groupes san­guins A, B et O, il existe une clas­si­fi­ca­tion sup­plé­men­taire liée aux molé­cules por­tées par les cel­lules. Voilà par exemple pour­quoi les don­neurs et béné­fi­ciaires d’organes doivent être com­pa­tibles au niveau du Rhésus, mais aus­si au niveau du HLA.
Or le HLA joue un rôle fon­da­men­tal dans le pro­ces­sus immu­ni­taire. Par suite la réac­tion aux vac­cins dépen­dra de son propre HLA. Problème : LE vac­cin est unique. Le même pour tous, et au sui­vant ! Cette uni­ci­té entraîne de fait une réac­tion dif­fé­rente selon les indi­vi­dus vac­ci­nés.
C’est ce qui explique les dif­fé­rences d’effets secon­daires aux vac­cins au sein d’une même famille car le HLA sera dif­fé­rent pour cha­cun, quand bien même les Rhésus seraient iden­tiques.
Le Pr Michel Georget rap­pel­le­ra éga­le­ment que notre corps dis­pose d’anticorps des­ti­nés à lut­ter contre tous les élé­ments patho­gènes.
Il pré­sen­te­ra enfin de nom­breux tableaux sta­tis­tiques mon­trant que l’éradication des mala­dies n’était pas cor­ré­lée à l’arrivée du vac­cin.

Intervention de Pierre-Jean Arduin, docteur en neurosciences


Veuillez nous excu­ser pour la qua­li­té audio du début de la vidéo qui s’améliore au bout de 3 minutes

Là nous entrons dans le monde de la sta­tis­tique. Monsieur Arduin n’est ni méde­cin, ni bio­lo­giste, c’est un matheux ! Ce poly­tech­ni­cien s’est orien­té vers l’informatique tout en pré­sen­tant un doc­to­rat sur les neu­ros­ciences. Tout le contraire d’un char­la­tan.
En mathé­ma­ti­cien, il s’est pen­ché sur toutes les sta­tis­tiques rela­tives aux épi­dé­mies : les conclu­sions sont objec­tives et scien­ti­fiques : « Il n’y a pas cor­ré­la­tion entre vac­ci­na­tion et mala­die ! », tout en ajou­tant : « Tous les vac­cins ont des effets secon­daires ».
Il ajoute que lien entre vac­ci­na­tion (au Royaume-Uni par ex.) et l’éradication de la mora­li­té de cette mala­die est pour la majo­ri­té des mala­dies très peu mani­feste. Pour beau­coup de vac­cins, il ne semble pas y avoir de cor­ré­la­tion entre l’arrivée du vac­cin et la chute de la mor­ta­li­té.
Tout ceci est écrit dans son livre Pourquoi vac­ci­ner ? Pierre-Jean Arduin pré­cise qu’il s’appuie sur des chiffres incon­tes­tables et attend qu’on vienne le contre­dire sur sa métho­do­lo­gie et ses conclu­sions. Du sérieux.

Intervention du Dr. Christian Tal Schaller

Changement de dis­cours et de ton avec ce méde­cin suisse, jovial et éner­gique.
Pour com­men­cer il demande à la salle de se lever afin de pro­cé­der à une séance col­lec­tive d’expiation de la peur. « Il faut apprendre à ne plus avoir peur ! », assène-t-il. Tout un voca­bu­laire est assé­né pour géné­rer la peur. Il pré­co­nise d’exprimer ses émo­tions.
Sa prise de conscience quant aux médi­ca­ments a com­men­cé lorsqu’il a déci­dé de s’administrer ceux qu’il pres­cri­vait à ses patients. « La san­té, ça s’apprend », pré­vient-il. C’est tou­jours le corps, cette extra­or­di­naire machine à sur­vivre, qui se gué­rit lui-même. Les virus, nous en avons besoin car ce sont des « agents de net­toyage ».
Pour lui « les vac­cins font beau­coup de dégâts car ils démo­lissent l’immunité ». Il dénonce que le vac­cin du téta­nos est par nature inef­fi­cace puisqu’il agit sur des cel­lules qui ne sont pas tou­chées par la mala­die.
Bien que cela ne soit pas dû exclu­si­ve­ment aux vac­cins, les chiffres montrent que les autistes aux États-Unis ne repré­sen­taient que 1 sur 10 000 il y a un siècle, 1 sur 5 actuel­le­ment et bien­tôt 1 sur 2 ! Il dénonce que le pro­fit finan­cier passe avant la san­té.
Pour lui aus­si, la san­té est liée à l’harmonie entre les dif­fé­rentes dimen­sions de chaque per­sonne : l’être phy­sique, l’être émo­tion­nel et l’être spi­ri­tuel.

Intervention de Me Jean Pierre Joseph, avocat

L’un des inté­rêts de cette confé­rence est d’y avoir fait par­ti­ci­per des inter­ve­nants aux par­cours dif­fé­rents. Voici à pré­sent l’avocat.
Ce petit gaba­rit, adepte de haut niveau des arts mar­tiaux, dégage une éner­gie à faire trem­bler les pré­toires. Et pour­tant, dit-il, il n’a jamais été vac­ci­né. Ou peut-être grâce à cela ?
Fort d’une expé­rience effec­tive dans la défense de per­sonnes qui refu­saient de se faire vac­ci­ner, Me Jean-Pierre Joseph dénonce que les « pro-vac­cins » soient deve­nus les adeptes d’une reli­gion sur les­quels la rai­son n’a plus prise. La vac­ci­na­tion est deve­nue un dogme.
Ce pra­ti­cien avance des solu­tions pour évi­ter le géno­cide par la vac­ci­na­tion :
• Demander sys­té­ma­ti­que­ment une visite médi­cale afin de vali­der la com­pa­ti­bi­li­té des 11 vac­cins ino­cu­lés avec son orga­nisme. Or nous avons vu que chaque orga­nisme réagit de façon dif­fé­rente à cause de son HLACette visite médi­cale préa­lable est pré­vue dans le décret d’application de la loi. Il faut l’exiger pour son bébé ! Ne pas faire vac­ci­ner son enfant tant que la Sécurité Sociale n’aura pas pro­cé­dé à cette ana­lyse préa­lable par­fai­te­ment légale.
• Refuser le vac­cin en phar­ma­cie en arguant que le vac­cin n’est pas com­pa­tible avec son enfant.
• Demander au méde­cin, ou au phar­ma­cien, de signer un docu­ment dans lequel ils s’engagent sur le fait que la vac­ci­na­tion n’aura aucun effet secon­daire sur la san­té de son enfant. Ce qu’ils ne feront pas, bien enten­du.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.