Sélectionner la page

Le Grand Rassemblement

Le Grand Rassemblement

Face au Grand Remplacement, le Grand Rassemblement ?

Alors qu’on croyait le Gaulois réfrac­taire, défi­ni­ti­ve­ment anes­thé­sié par des décen­nies de poli­tique libé­rale liber­taire, voi­là qu’Astérix le Celte, Gavroche le Misérable et Titi le Parigot viennent d’aligner trois sur­sauts iden­ti­taires en moins de deux.

Et de un, le 9 décembre 2017, derrière Johnny

C’était un petit cer­cueil blanc, tous der­rière et lui devant, qui a des­cen­du les Champs Élysées au milieu d’une foule com­pacte. Ces funé­railles popu­laires, ont pris une dimen­sion natio­nale, celle du pre­mier Grand Rassemblement du peuple fran­çais. Rassemblement dans lequel la diver­si­té, si chère à cette République qui étouffe son iden­ti­té, était sin­gu­liè­re­ment absente, comme l’a fait remar­quer Alain Finkielkraut : « Le petit peuple des petits blancs est des­cen­du dans la rue pour dire adieu à Johnny, il était nom­breux et il était seul. Les non‐​souchiens brillaient par leur absence ».

Et de deux le 17 novembre 2018, avec les Gilets Jaunes

Forts de cette pre­mière com­mu­nion pour leur Johnny natio­nal, les mêmes enva­hissent les villes de France. La joie d’avoir retrou­vé un peuple vivant décla­rait Laurent Ozon. « Les bagnoles, les mar­chan­dises, blo­quées avec des palettes qui brûlent ou bloquent les axes de cir­cu­la­tion. Des feux de camps et des ther­mos de café. Une tenue com­mune et des danses, des rires, des engueu­lades et le pou­voir de déci­der qui et quoi lais­ser pas­ser. Rien à voir avec une mani­fes­ta­tion nor­male. Il suf­fit de regar­der pour voir ce que révèlent les sym­boles de ces actions. Ne plus subir la loi du flux, du laisser‐​passer. Ne plus vivre iso­lé des autres. Ne plus vivre par pro­cu­ra­tion. Avoir froid mais avoir chaud. On connaît ce besoin : com­mu­nau­té, soli­da­ri­té, relo­ca­li­sa­tion de la déci­sion et du sens, avoir prise sur ce qui a prise sur nous. Pour tout cela et pour la joie d’avoir retrou­vé un peuple encore vivant, sou­tien aux dits et aux non‐​dits de la révolte des #gilets­jaunes ! »

Et de trois le 15 avril, la ferveur renaît autour de Notre-Dame

Tel Quasimodo qui repous­sait les assaillants de la Cathédrale de Victor Hugo, les revoi­là encore, nom­breux, unis. Un Grand Rassemblement pour prier et pro­té­ger Leur-Dame. Dès le len­de­main, après une nuit blanche sur les fume­rolles pas encore éteintes, un seul mot : rebâ­tir, à l’identique, celle de leur mémoire enra­ci­née. Et pas de ver­rue contem­po­raine de la moder­ni­té dont un scan­da­leux concours inter­na­tio­nal vient d’être lan­cé par Macron dans la plus grande pré­ci­pi­ta­tion. Le chêne de la char­pente mul­ti­sé­cu­laire a brû­lé. Tel le roseau, le Français d’aujourd’hui dépo­si­taire de son Histoire plie mais ne rond point.

Par trois fois le peuple a confir­mé son besoin de se retrou­ver. Ce peuple que Macron n’aime pas parce-qu’il n’a pas réus­si, qui n’est rien, celui qui est pes­ti­fé­ré parce-qu’il vote mal, celui de la pro­vince, du die­sel et de la clope, des bud­gets étran­glés. Dès le soir de l’incendie, Emmanuel Macron illu­mi­né redé­couvre le fait natio­nal et il le dit dans son dis­cours aux Français :
« Il nous revient de retrou­ver le fil de notre pro­jet natio­nal. C’est à nous d’assurer cette grande conti­nui­té dans l’histoire mil­lé­naire de la France maté­rielle et spi­ri­tuelle. » Aurait-il, enfin, enten­du des voix dans ce bûcher lui rap­pe­lant ses racines ? Personne n’y croit.

Voilà qui n’est pas tom­bé dans l’oreille d’un sourd. Il y aura d’autres Grands Rassemblements, les Français com­mu­nau­ta­ri­sés dans leur propre pays ne veulent pas de leur Grand Remplacement. Ils ne sont pas seuls, la vague iden­ti­taire est en train de sub­mer­ger l’Europe. Tous les same­dis, les Français sont dans la rue, ils ne lâchent rien. Combien de temps vont tenir les forces de l’ordre… l’Histoire se pré­ci­pite. La spi­rale est enga­gée. Les Grands Rassemblements s’enchaînent et se rap­prochent.

Et de 4 le 26 mai, lors des élections européennes ?

Michel Lebon

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 5Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.