Sélectionner la page

Notre-Dame de Paris et la France secrète

Notre-Dame de Paris et la France secrète

Ce qui vient de se dérou­ler à Paris demeu­re­ra long­temps un évé­ne­ment appa­rem­ment incroyable.
Comment la char­pente s’est-elle embra­sée à deux endroits dif­fé­rents, ain­si que les infos d’un jour­nal télé­vi­sé le lais­saient entendre ? Alors que la cathé­drale brû­lait encore, les auto­ri­tés se sont empres­sées de décla­rer offi­ciel­le­ment qu’il ne s’agissait que d’un acci­dent. Il y a un mois tout juste, le feu se décla­rait dans l’église Saint-Sulpice (VIe arron­dis­se­ment). Selon les conclu­sions du Laboratoire de la Préfecture de Police, le feu a été mis à un tas de vête­ments et il ne pou­vait s’agir que d’ « un acte d’origine humaine et déli­bé­rée ».
Cette affaire devait vite être oubliée ou plu­tôt ense­ve­lie sous des masses d’informations et l’omniprésent Grand Débat macro­nien.
Mais qu’on nous per­mette de nous inter­ro­ger sur le paral­lé­lisme des évé­ne­ments : deux lieux pari­siens de la chré­tien­té qui flambent en l’espace de trente jours… Loi des séries diront les esprits car­té­siens. Loi des séries aus­si les églises qui, dans nos pro­vinces de France, sont sac­ca­gées chaque semaine, sinon quo­ti­dien­ne­ment. Le 2 mars, c’était au tour de la basi­lique de Saint-Denis d’être van­da­li­sée (vitraux bri­sés, l’orgue endom­ma­gé). Mais non, il ne s’agit pas de com­plo­tisme mais du droit à un libre citoyen de la République de se poser légi­ti­me­ment des ques­tions au moment où, par exemple, on apprend qu’un indi­vi­du a été arrê­té à New York alors qu’il venait de péné­trer dans la cathé­drale Saint-Patrick avec des bidons d’essence et des bri­quets.
Saint-Sulpice, Saint-Denis, Notre-Dame de Paris… Un point com­mun, en dehors du fait qu’on y célèbre la litur­gie chré­tienne ?
Un point com­mun, en effet, à la condi­tion de s’écarter quelques ins­tants de l’histoire offi­cielle et d’aborder ce qu’il est conve­nu de nom­mer l’histoire secrète ou incon­nue (du grand public) que les médias ne men­tionnent que très rare­ment et tou­jours avec une iro­nie condes­cen­dante.

Commençons par Saint-Sulpice.

Le pro­jet fut éta­bli en 1646 alors que la construc­tion ne fut consi­dé­rée comme suf­fi­sam­ment avan­cée pour être consa­crée qu’un siècle plus tard, l’année 1745. En véri­té, cette église ne sera véri­ta­ble­ment ache­vée qu’au début du XXe siècle. Il s’agit, pré­ci­sons-le, du plus grand édi­fice après Notre-Dame de Paris (rai­son pour laquelle diverses céré­mo­nies pas­cales, ini­tia­le­ment pré­vues à Notre-Dame, seront célé­brées en ce lieu).
Sa par­ti­cu­la­ri­té réside en ce qu’une ligne de lai­ton, incrus­tée dans le dal­lage, tra­verse la nef du sud au nord et marque la méri­dienne qui par­tage exac­te­ment la France en deux(1). C’est l’ancien méri­dien de Paris qui, quelque mois avant le conflit de 1914, lais­sa place à celui de Greenwitch. Cette ligne fut ins­tal­lée au XVIIIe siècle par l’équipe de savants atta­chés à l’observatoire de la ville de Paris (construit en même temps que Saint-Sulpice).

Gnomon Saint-Sulpice
Au fond de l’image, l’obélisque blanc où abou­tit la ligne de lai­ton.

Et, là, nous entrons dans le domaine de l’ésotérisme fran­çais… Et d’abord pari­sien. Le sieur Dan Brown ne s’y est pas trom­pé en pla­çant un épi­sode de son best­sel­ler, le Da Vinci Code, dans cette église. En véri­té ce qu’il raconte n’a qu’un loin­tain rap­port avec la signi­fi­ca­tion cachée de l’édifice.
Pour les anciens peuples, de l’Égypte à la Grèce en pas­sant par la Chine ou le monde amé­rin­dien, une nation n’existe véri­ta­ble­ment que lorsqu’elle pos­sède une forme ren­voyant à un sym­bole. L’identité d’un peuple relève donc d’une sym­bo­lique pré­cise. C’est le cas pour toutes les nations d’Europe et de la France en par­ti­cu­lier. Avant la France, la Gaule (dixit, Strabon, géo­graphe grec au ser­vice de l’Empereur Auguste) était déjà per­çue comme hexa­go­nale (de par ses fron­tières natu­relles, aqua­tiques ou mon­ta­gnardes) et l’axe ver­té­bral qui la char­pen­tait, avant de se muer en méri­dien de Paris, était cer­tai­ne­ment connu des auto­ri­tés spi­ri­tuelles (drui­diques) du temps puisque des lieux impor­tants se situaient sur cet axe : Carcassonne (la Carcaso gau­loise), Aurillac (sur le 45e paral­lèle(2), cité qui don­ne­ra le pre­mier Pape fran­çais, celui de l’an 1000), Mauriac (la plus ancienne ville du Cantal), Bourges (capi­tale spi­ri­tuelle des Gaules), Lutèce, Samarobriva (Amiens).

Le Christianisme a main­te­nu l’axe en le com­plé­tant, avec Sainte-Foi de Conques, puis, aux temps Mérovingiens, par saint Éloi qui, tout au nord de notre ter­ri­toire, fonde Dunkerque. Au-delà, aucune terre n’existe avant le Pôle. Et tel était bien le but : faire en sorte qu’à tra­vers les âges soit main­te­nu ce rap­port secret avec le sym­bo­lisme polaire, fon­de­ment de l’identité ori­gi­nelle des divers peuples indo-euro­péens (de l’Inde ancienne à l’Irlande(3) en pas­sant par la Perse, la Grèce, Rome et les Germains).

À noter que saint Sulpice (576–647), dit « le Bon », fut arche­vêque de Bourges : on reste sur la méri­dienne.

Au nord de la col­line de Montmartre, mar­quant le pas­sage du méri­dien de Paris, cet obé­lisque qui est aus­si un dis­cret rap­pel de l’Égypte, nation indi­quant le Pôle par les grandes pyra­mides de Gizeh.

Si l’église Saint-Sulpice marque cette méri­dienne pour la capi­tale intra­mu­ros, la Lutèce gal­lo-romaine appe­lée à deve­nir le pre­mier Paris prend place aus­si sur cette méri­dienne que cer­taines per­sonnes, point igno­rantes en ce qui concerne l’ésotérisme de notre nation, dénomment la « Ligne Rouge » ou encore la « Rose Ligne »… qu’il fau­drait entendre « Roseline ». Or, tou­jours à Saint-Sulpice, sous la cha­pelle des Saints Anges (peinte par Eugène Delacroix) existe une autre cha­pelle, autre­fois dite du Rosaire et anté­rieu­re­ment consa­crée à Sainte Roseline(4). Paris est donc sur la « Ligne Rouge » et, par consé­quent, sa cathé­drale. Sur le flanc nord de Notre Dame, se trouve la « Porte Rouge » qu’entoure une frise d’églantines (signa­ture ini­tia­tique, sub­sti­tut dis­cret de la rose). On doit ce pas­sage vers le nord (et pour celles et ceux qui com­pren­dront, vers le Pôle) à l’architecte Pierre de Montreuil qui a tra­vaillé à la basi­lique de Saint-Denis, où se trou­vaient les sépulcres de rois de France ; construc­ton éga­le­ment sur cette Ligne.

Notre-Dame Paris porte rouge
La Porte Rouge au nord de Notre-Dame. Tout un sym­bole pour les amou­reux de la France secrète.

La symbolique aussi à Saint Denis

À Saint-Denis était gar­dé l’étendard sacré de la che­va­le­rie fran­çaise, l’Oriflamme, de même cou­leur que la ligne rouge du Méridien.

Sur ce vitrail de la Basilique de Saint-Denis, on voit le saint remettre l’oriflamme au che­va­lier Jean Clément. Souhaitons que ce vitrail n’ait pas été van­da­li­sé lors du pas­sage d’individus visi­ble­ment de trop en ce lieu sacré… Et même de trop dans notre pays.

Est-ce après toutes ces « sene­fiances », aurait dit Pierre de Montreuil, que s’acharne « quelque chose » d’indicible (du moins pour l’instant). Des signi­fiances en réso­nance avec une France éter­nelle, bien loin de la médio­cri­té d’une époque et de ses gou­ver­nants.

Walther

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 7Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.