Dimanche 2 juin 2019

À Toulouse, une expé­ri­men­ta­tion revient enfin aux basiques du bon sens. On avait connu ça avant les années 1970, avant l’arrivée du plas­tique : les consignes de bou­teilles en verre. Seraient-elles en train de faire leur grand retour ? C’est en tout cas le pari d’une asso­cia­tion tou­lou­saine qui est par­ve­nue à fédé­rer un réseau de maga­sins, bou­tiques et pro­duc­teurs en ce sens. Pour cela, l’asso­cia­tion Consign’up s’est creu­sé la tête et a mis au point une stra­té­gie d’une inso­lente sim­pli­ci­té. Sur chaque bou­teille ache­tée dans un maga­sin par­te­naire, une éti­quette indique que le conte­nant peut être rame­né vide pour être lavé, puis réuti­li­sé. « Pourquoi cas­ser des bou­teilles en verre en par­fait état ? », s’interroge Marion Lembrez, la fon­da­trice de l’association. À la suite, c’est une ving­taine de maga­sins qui ont accep­té de jouer le jeu, du pro­duc­teur de vin ou de bière aux épi­ce­ries en vrac de la ville rose. Créée il y a un an, l’association se lance dans un essai de trois mois. Et si le pro­jet fonc­tionne comme pré­vu, Consign’up pour­rait sau­ver jusqu’à 700 000 bou­teilles en trois ans. À quand un essai dans notre Région ?

Lundi 3 juin 2019

Le maire d’Antibes, Jean Leonetti, ne fait pas que du béton. Il est éga­le­ment méde­cin car­dio­logue de for­ma­tion. Très concer­né par les ques­tions d’é­thique médi­cale, est l’au­teur d’une loi qui porte son nom : la loi Claeys-LeonettiJean Leonetti député-maire Antibes Cette loi, adop­tée en 2016 sous le gou­ver­ne­ment Hollande, se donne pour objec­tif de sou­la­ger une per­sonne malade qui pré­sente une situa­tion de souf­france vécue comme insup­por­table alors que le décès est immi­nent et inévi­table. En effet la loi Claeys-Léonetti recon­naît « le droit du patient à une séda­tion pro­fonde et conti­nue jus­qu’au décès asso­cié à une anal­gé­sie ». Il était donc tout à fait judi­cieux de mettre Jean Léonetti à la tête de ce qui reste de « Les Républicains », pour une séda­tion pro­fonde, conti­nue, jus­qu’au décès !

Mardi 4 juin 2019

Les 90 ans d’un État très par­ti­cu­lier. Le Vatican est une monar­chie abso­lue et élec­tive : le pape y est élu à la majo­ri­té qua­li­fiée (2÷3 des voix) lors du conclave, et règne à vie (en prin­cipe), mais il peut aus­si renon­cer. Cette pos­si­bi­li­té fut exploi­tée par Benoît XVI en 2013. Il peut éga­le­ment se défi­nir comme une théo­cra­tie dans la mesure où son exis­tence, son fonc­tion­ne­ment et son action sont domi­nés par un impé­ra­tif reli­gieux. La citoyen­ne­té vati­cane n’est pas l’expression d’une appar­te­nance natio­nale. Elle est liée à l’exercice de fonc­tions au sein du Vatican ou du Saint-Siège. Par consé­quent, cette citoyen­ne­té vient tou­jours s’ajouter à une natio­na­li­té d’origine. Dès que ces fonc­tions cessent, la citoyen­ne­té cesse. Ainsi, un pré­lat de la Curie pre­nant des fonc­tions pas­to­rales perd sa citoyen­ne­té. Celle-ci est attri­buée éga­le­ment au conjoint et à la famille (ascen­dants, des­cen­dants et col­la­té­raux directs) des fonc­tion­naires du Vatican, à l’âge de 25 ans pour les gar­çons et au moment de leur mariage pour les filles. C’est le Saint-Siège, organe de gou­ver­ne­ment de l’Église catho­lique romaine, et non l’État de la Cité du Vatican, qui fait l’objet d’une repré­sen­ta­tion inter­na­tio­nale. Il dis­pose d’un siège d’État non membre obser­va­teur à l’ONU.

Mercredi 5 juin 2019

Marine Le Pen – Yannick Noah : 2 sets à 0 Le chan­teur a per­du ce matin son pro­cès en appel contre la pré­si­dente du Front National qui l’avait qua­li­fié « d’exilé fis­cal » En mai 2013, Yannick Noah avait en effet pour­sui­vi en jus­tice Marine le Pen après le pas­sage de cette der­nière sur Canal + … Celle-ci avait décla­ré : « Au lieu de payer ses impôts en France, ce mon­sieur se per­met de don­ner des leçons […] de par­tage alors que lui, il ne par­tage rien, que son argent est plan­qué et qu’il n’en fait pas pro­fi­ter les mal­heu­reux Français, je trouve ça lamen­table ». Yannick Noah avait aus­si­tôt atta­qué Marine Le Pen pour dif­fa­ma­tion et lui récla­mait 50 000 euros de dom­mages et inté­rêts. En juin 2013, les juges de la 17e chambre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Paris avaient débou­té une pre­mière fois le chan­teur, qui avait aus­si­tôt déci­dé de faire appel. Mais comme les feuilles mortes, l’ex-ten­nis­man s’est ramas­sé à l’ap­pel. On attend sa réac­tion…

Yannick Noah

Yannick Noah, long­temps le Français pré­fé­ré des son­dages d’o­pi­nion tru­qués.

Jeudi 6 juin 2019

Ça ne vous a pas échap­pé, on com­mé­more aujourd’­hui le 75e anni­ver­saire du débar­que­ment de Normandie, évé­ne­ment mili­taire majeur puis­qu’il allait chan­ger le cours de la seconde guerre mon­diale. Une des plus grandes opé­ra­tions mili­taires de tous les temps pour laquelle de nom­breux sol­dats amé­ri­cains, anglais cana­diens, fran­çais mais aus­si alle­mands, ont lais­sé la vie. En témoignent les nom­breux cime­tières dans la région. Un épi­sode qui ravit les per­sonnes pas­sion­nées d’his­toire mili­taire, mais qui, au-delà garde tou­jours quelques zones téné­breuses pour ceux qui étu­dient le des­sous des cartes ou la géo­po­li­tique… Rappelons-nous la déci­sion de Charles de Gaulle en 1964 : Charles de Gaulle débarquement 6 juin 1944

Vendredi 7 juin 2019

Au-secours Marlène… Une socié­té russe pro­pose d’of­frir des primes à ses employées qui viennent au tra­vail en jupe et bien maquillées ! C’est le cadre d’un « mara­thon de la fémi­ni­té » qui est cen­sé durer un mois. La socié­té Tatprof, spé­cia­li­sée dans la fabri­ca­tion des pro­fils extru­dés en alu­mi­nium, et dont le siège est au Tatarstan (Volga), a pris cette ini­tia­tive pour « embel­lir » les jour­nées de tra­vail, a décla­ré une porte-parole de cette entre­prise, Anastassia Kirillova, à la radio Govorit Moskva. « Beaucoup de femmes mettent un pan­ta­lon auto­ma­ti­que­ment, c’est pour­quoi nous espé­rons que cette action per­met­tra à nos dames de sen­tir leur fémi­ni­té et leur charme lors­qu’elles opte­ront pour une jupe ou une robe », a‑t-elle expli­qué. Ainsi, du 27 mai au 30 juin, chaque employée rece­vra une prime de 100 roubles (envi­ron 1,4 €) par jour si elle rem­plit les condi­tions de ce « mara­thon de la fémi­ni­té ». « C’est une excel­lente manière d’u­nir notre équipe » com­po­sée à 70% d’hommes, assure Anastassia Kirillova, tout en sou­li­gnant que « le port des pan­ta­lons n’est point inter­dit aux femmes tra­vaillant pour son entre­prise ». Si elle affirme que l’i­ni­tia­tive a plu à tous les employés de Tatprof, celle-ci a sus­ci­té plu­sieurs réac­tions néga­tives sur les réseaux sociaux où un canal popu­laire sur Telegram l’a notam­ment qua­li­fiée de retour à « l’âge des Ténèbres ».

Samedi 8 juin 2019

Retour sur un évé­ne­ment qu’on avait oublié, et pour lequel les pas­sions s’é­taient un peu déchai­nées… y com­pris dans les colonnes de Nice Provence Info dès le len­de­main de la mani­pu­la­tion média­tique que nous avions aus­si­tôt dénon­cée.

Notre article du 28 mai 2018 où nous posions déjà les mêmes questions qu’André Bercoff aujourd’hui (cliquer à droite pour y accéder)

Et allez.… encore un peu de manipulation.

C’est une vidéo qui car­tonne sur les réseaux sociaux, vue plus de trois mil­lions de fois, qui passe dans vos jour­naux télé­vi­sés pour vous mon­trer l’acte héroïque d’un jeune malien, sans papier, arri­vé en France en sep­tembre. Celui-ci a en effet esca­la­dé à la vitesse de Spiderman ou presque, quatre étages pour sau­ver un enfant qui allait chu­ter d’un bal­con, s’as­su­rant une mort inévi­table. Hourrah hour­rah crie la foule en délire.

Oui, mais…

Quand on regarde la pho­to, quelques ques­tions viennent immé­dia­te­ment à l’es­prit : Mamoudou Gassama ce héros

  • Que fait l’autre homme habillé en blanc ?
  • Pourquoi ne remonte t‑il pas le gamin ?
  • Pourquoi la femme ne l’aide t‑elle pas ?
  • Comment un enfant, qui semble moins grand que la hau­teur de pro­tec­tion du bal­con a t‑il pu pas­ser de l’autre côté et res­ter accro­ché par les deux mains ?
  • Comment a t‑il pu tenir aus­si long­temps ?

Ce fait divers sent le coup mon­té à plein nez.

Il n’y a qu’à voir le reten­tis­se­ment et les com­men­taires qu’il a sus­ci­tés, s’en pre­nant aux gens qui déni­graient les migrants, récla­mant pour lui des papiers et plus vite que ça. Après les chi­rur­giens et les archi­tectes, voi­là les secou­ristes. On nous prend vrai­ment pour des billes.

Quand mon­tre­ra t‑on avec autant d’in­sis­tance les auteurs de viols ou d’autres méfaits ?

On apprend que Anne Hidalgo a eu le plai­sir de s’en­tre­te­nir avec lui au télé­phone, et qu’il sera reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron.

Le père de l’en­fant, lui, sera pré­sen­té au par­quet ce matin. Il était par­ti faire des courses lais­sant l’en­fant seul chez lui. Et l’homme du bal­con qui n’in­ter­vient pas ? Pas de convo­ca­tion pour non assis­tance à per­sonne en dan­ger ? Ou pour com­pli­ci­té ?

L’affaire Théo ayant connu son épi­logue, il fal­lait bien faire ver­ser des larmes aux idiots utiles sur un autre sujet.

Navrant.

Patrice LEMAITRE

Le 28 mai 2018

Macron avait reçu Mamoudou Gassama à l’Élysée dès le len­de­main de cette opé­ra­tion sur-média­ti­sée.

Il s’a­git d’une émis­sion spé­ciale « Mamoudou Gassama » : Que s’est-il réel­le­ment pas­sé ? Est-ce pos­sible qu’un enfant de 3 ans chute d’un étage et puisse se rat­tra­per à la ram­barde du bal­con du des­sous ? Pourquoi n’y a t‑il pas eu d’enquêtes ? Des scien­ti­fiques et avo­cats ont pris la parole dans l’émission « André Bercoff dans tous ses états sur Sud Radio ». Nous vous lais­sons juges… et écou­ter les deux par­ties de l’é­mis­sion. Nous vous lais­sons éga­le­ment en tirer les conclu­sions sur le niveau avan­cé de tur­pi­tude du Pouvoir et le degré non moins avan­cé de conni­vence de la presse.

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…

Patrice LEMAÎTRE