Sélectionner la page

Roland Garros victime de l’inflation, d’hier à aujourd’hui

Roland Garros victime de l’inflation, d’hier à aujourd’hui

Ce dimanche 9 juin 2019 vient de consa­crer l’immense roi de la terre bat­tue, le sym­pa­thique major­quais Rafael Nadal : 12 vic­toires sur ce qui est le plus grand tour­noi du monde. Un record qui ne sera jamais plus éga­lé, en ten­nis et dans tous les autres sports. Il a écar­té les plus grands de sa géné­ra­tion de ten­nis­men, de Djokovic à Roger Federer, le plus grand joueur de tous les temps. Jamais la concur­rence de joueurs pro­fes­sion­nels achar­nés n’aura été aus­si rude dans l’histoire de ce sport.

La céré­mo­nie de remise de la coupe a vu une autre légende du ten­nis lui remettre son tro­phée, Rod Laver. Une courte vidéo, en noir et blanc a retra­cé le par­cours de cet Australien et m’a rame­né 50 en arrière, en juin 1969.

Dans ce vieux stade de Roland Garros (pré­ci­sons pour les jeunes géné­ra­tions qu’il était avia­teur, diplô­mé de HEC, et non pas ten­nis­man), Rod Laver vient défendre son deuxième grand che­lem (*) face à une autre légende, son com­pa­triote Ken Rosewall. Ken revient en 1969 y défendre son titre qu’il avait obte­nu en 1953, 17 ans aupa­ra­vant ! Les joueurs jouent en blanc, la tenue blanche est obli­ga­toire, la balle est blanche, tout comme la télé­vi­sion en noir et blanc.

Cette année 1969 je gagne aus­si un tour­noi qui lui ne res­te­ra pas dans les mémoires, celui des juniors de mon petit club de ban­lieue. Amateur de la petite balle blanche, je décide d’aller voir cette finale d’anthologie à Roland Garros. J’arrive aux caisses, 30 minutes avant le pre­mier ser­vice, une petite file de quelques per­sonnes et pour la modique somme de 15 Francs (2,50 euros), j’accède aux gra­dins qui ne sont pas encore pleins.

Roland Garros finale 1969

Cerise sur le gâteau, en ce temps-là, après la finale du simple mes­sieurs, pour le même prix, on avait la finale du double. Rod Laver, encore lui, accom­pa­gné de son com­pa­triote Roy Emerson sont oppo­sés à deux rou­mains : le bûche­ron Ion Tiriac et le fan­tasque Élie Nastase. Que des légendes sur ce court ! À cette époque, le ten­nis n’est pas encore très popu­laire et ne fait pas recette. Qui dans le grand public connait ce Rod Laver ?

50 ans plus tard, Roland Garros a pris des couleurs.

Les tenues sont bario­lées et la balle est jaune. Cette année, Nadal a choi­si le gilet jaune, plus dans l’air du temps, sur fond de spon­sor du tour­nois, Paribas.

Rafael Nadal Gilet Jaune

Le gilet jaune de Rafael Nadal et juste der­rière le logo d’un des spon­sors

2019. Le cen­tral renom­mé Philippe Chatrier a gran­di. Il est deve­nu immense et béton­né. Il va encore s’enrichir l’année pro­chaine d’un toit, les joueurs modernes n’aiment pas la pluie, les annon­ceurs TV non plus. Business oblige.

Roland Garros court Chatrier

Il vous en coû­tait, cette année de 180 à 420 euros pour assis­ter à cette finale.

Roland Garros tarifs 2019Si vous êtes pauvres à radi­ner 180 euros, donc relé­gués sur les hau­teurs nua­geuses du cen­tral, pen­sez à prendre vos jumelles de théâtre, si vous vou­lez pou­voir déce­ler quelques ric­tus de fatigue sur les joueurs en bas de l’arène en brique pilée rouge.

Avant, le ten­nis avait la répu­ta­tion d’être un sport de pri­vi­lé­giés, les pauvres pou­vaient aller au spec­tacle. Maintenant que c’est deve­nu un sport popu­laire, les pauvres ne peuvent plus y aller. Finalement, plus il y a de spon­sors, plus c’est cher. C’est un comble.

Michel Lebon

(*) Grand che­lem au ten­nis : gagner la même année l’Open d’Australie, Roland Garros, l’US Open à New York et Wimbledon à Londres.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 8Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.