Xavier Niel, un nouvel emmerdeur pour Nice Matin ?

Décidément Nice Matin a du mal avec ses actionnaires.

Nice Matin fonc­tionne sur une struc­ture juri­dique de type coopé­ra­tif, une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) dont les 456 sala­riés détiennent une large majo­ri­té à hau­teur de 66%. Les 34% res­tant sont déte­nus par un inves­tis­seur belge que per­sonne ne connaît à Nice, le groupe Nethys. Ce groupe de dis­tri­bu­tion d’éner­gie et de télé­coms avait jus­qu’au 31 décembre pour por­ter sa par­ti­ci­pa­tion de 34% à 51%.
Mais l’en­tente n’a jamais bien fonc­tion­né entre le groupe belge et les sala­riés au point que Nice Matin a enclen­ché une pro­cé­dure de sau­ve­garde dans le but de contraindre Nethys à négo­cier avec le magnat fran­co-liba­nais Iskandar Safa, qui était déjà pres­sen­ti dans les négo­cia­tions de 2014. Depuis lors ce der­nier a rache­té Valeurs Actuelles… et beau­coup de ter­rains sur la Côté d’Azur :

M. Iskandar Safa contrôle des chan­tiers navals à Cherbourg (CNM), en Grèce, à Abou Dhabi et au nord de Hambourg en Allemagne (GNYK pour les grands navires mili­taires et Nobiskrug, d’où est sor­ti en 2017 le plus grand yacht voi­lier du monde). Il compte six grandes marines natio­nales comme clients. Avec une for­tune esti­mée à plus d’un mil­liard, il n’est clas­sé qu’au 81e rang des per­son­na­li­tés les plus riches de France.

M. Safa est de loin le plus gros pro­prié­taire fon­cier de la Région Provence Alpes Côte d’Azur :

  • à Saint-Tropez, où il pos­sède désor­mais tout un pâté de mai­son dans le quar­tier de la Citadelle autour de l’an­cien Palmyre,
  • à Mandelieu, où il a rache­té en 2002 l’an­cien domaine de Paul Ricard, Barbossi qui couvre 650 hec­tares
  • encore 650 hec­tares de col­lines boi­sées sur la com­mune de Tanneron,
  • les 51 hec­tares du Golf Riviera à Mandelieu.

Ce qui lui vaut d’être pre­mier citoyen d’hon­neur de Mandelieu-La Napoule.

Tandis que Nice Matin manœuvre pour rem­pla­cer Nethys, ce der­nier manœuvre pour vendre ses parts à Xavier Niel (notre illus­ta­tion à la une), patron fon­da­teur de l’o­pé­ra­teur Free. Celui-ci a fait for­tune par des voies que la Justice a réprou­vées (voir ci-des­sous), mais qu’im­porte ! « Quand les jour­na­listes m’emmerdent, je prends une par­ti­ci­pa­tion dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix » (citée par Odile Benyahia-Kouider). Selon le jour­na­liste Amaury de Rochegonde, Xavier Niel a com­pris que la « pro­prié­té des jour­naux influents sert en France à se pro­té­ger des pou­voirs de toutes sortes. »

Si Iskandar Safa a la répu­ta­tion d’être un homme dis­cret, ce n’est pas le cas de Xavier Niel. Celui-ci affiche sa « réus­site » à la Macron, c’est-à-dire sa capa­ci­té à faire for­tune. Et qu’im­porte les voies emprun­tées, ce qui compte c’est de s’en­ri­chir !
Xavier Niel amorce sa for­tune avec le mini­tel rose, ce qui paraît bien loin­tain aujourd’­hui à l’heure du tout gra­tuit sur inter­net, y com­pris la por­no­gra­phie. Il est encore lycéen lors­qu’il se lance dans le mini­tel rose. L’année sui­vante il arrête ses études en Maths Sup pour se consa­crer à ses affaires por­no­gra­phiques : peep-shows et sex-shops. Il est mil­lion­naire en euros à 24 ans.
La Justice n’en­tra­ve­ra pas la « réus­site » de Xavier Niel. Selon Wikipédia :
Xavier Niel est mis en exa­men et pla­cé en déten­tion pro­vi­soire à la pri­son de la Santé (Paris) le 28 mai 2004 pen­dant un mois pour proxé­né­tisme aggra­vé et recel d’a­bus de biens sociaux concer­nant un de ses « peep-shows ». Le 30 août 2005, une ordon­nance de non-lieu est ren­due en sa faveur par le juge d’ins­truc­tion Renaud Van Ruymbeke concer­nant les accu­sa­tions de proxé­né­tisme.
Il est condam­né le 27 octobre 2006 à deux ans d’emprisonnement avec sur­sis et à 250 000 euros d’a­mende par la 11e chambre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Paris pour recel d’a­bus de biens sociaux datant de 2001 à 2004 dans un « peep-show » dont il était action­naire. La somme per­çue sur trois ans avoi­sine les 200 000 euros. À la suite de cette affaire, Xavier Niel attaque plu­sieurs fois en dif­fa­ma­tion le jour­nal Libération et le jour­na­liste Renaud Lecadre, auteur d’articles dans le quo­ti­dien et sur le site liberation.fr évo­quant ses démê­lés judi­ciaires. Mais Xavier Niel et la socié­té Free sont débou­tés sys­té­ma­ti­que­ment lors des pro­cès qui se sont tenus au deuxième tri­mestre 2008, et condam­nés à ver­ser des dom­mages-inté­rêts à Libération pour pro­cé­dures abu­sives.
Mais l’argent n’a pas d’o­deur et Xavier Niel pour­suit ses rachats de médias. Après un tour d’es­sai avec Le Nouveau Magazine Littéraire, il est prêt pour s’at­ta­quer au Monde. Ce qu’il entre­prend avec Matthieur Pigasse (qui a ven­du depuis lors ses parts au mil­liar­daire tchèque Daniel Kretinsky).
Xavier Niel entre à pré­sent dans la danse de Nice Matin car il a enta­mé des négo­cia­tions exclu­sives avec le groupe Nethys pour lui rache­ter ses parts, sans attendre pour autant l’a­val du quo­ti­dien.

Ces négo­cia­tions en direct entre Nethys et Xavier Niel ne conviennent pas à Jean-Marc Pastorino, PDG de Nice-Matin : « Ce n’est pas la meilleure entrée en matière pour vali­der un nou­vel action­naire. Mis à part un petit coup de fil en début d’an­née de quel­qu’un nous pro­po­sant de nous aider, on n’a jamais tra­vaillé sur une offre et toutes ces dis­cus­sions se sont pas­sées au-des­sus de notre tête ».

Les salariés actionnaires aimeraient savoir à quelle sauce ils seront mangés.

Ils sont convo­qués le 28 juin pour une assem­blée géné­rale pro­gram­mée le 12 juillet au cours de laquelle les repre­neurs sont som­més de « pré­sen­ter un véri­table plan de sau­ve­garde, avec à la clef, les élé­ments chif­frés de reprise des actifs, du péri­mètre social de reprise, du main­tien de l’emploi, des plans indus­triels et édi­to­riaux ain­si que des pro­jets de déve­lop­pe­ment et d’in­ves­tis­se­ment ». Mais que peuvent-ils faire ? Tout cela est une his­toire de très gros sous, de spé­cu­la­tion sur du patri­moine immo­bi­lier, d’in­fluences poli­tiques et de sub­ven­tions publiques qui leur échappe com­plè­te­ment. Nice-Matin Macron emmerdeur 17 novembre 2016

Tous ces milliardaires sont des emmerdeurs pour les journalistes de Nice Matin.

Il n’empêche que ce sont eux qui assurent les fins de mois. Ne comp­tez pas sur les jour­na­liste de Nice Matin pour vous infor­mer de l’a­ve­nir du jour­nal. Ils sont bien trop pré­oc­cu­pés par leur ave­nir au jour le jour.

La presse en France est tom­bée bien bas.

Georges Gourdin

Précisions :

  1. Avis aux jour­na­listes de Nice Matin : Nice Provence Info n’est pas inté­res­sé par le patri­moine fon­cier de Nice Matin.
  2. Avis à Xavier Niel : Nice Provence Info ne cherche pas de nou­veaux action­naires et l’argent ne le fera pas se taire.