Sélectionner la page

Lettre au baron Goullet de Rugy

Cédric de Valfrancisque nous fait par­ve­nir cet édi­to­rial crous­tillant à pro­pos des frasques de mon­sieur de Rugy. Nous avons sou­hai­té en faire béné­fi­cier nos lec­teurs.

« Monsieur, ce que j’admire en vous, c’est que vous avez le cou­rage d’être vous-même ; avec tout ce que cela com­porte de ridi­cule ! » (Raymond Devos)

Nous savions, depuis son avè­ne­ment, que le gou­ver­ne­ment était com­po­sé de pal­to­quets, d’amateurs et d’incapables mais Jupiter Micron, conseillé par Bayrou, le cré­tin des Pyrénées, nous avait pro­mis une « mora­li­sa­tion de la vie poli­tique ». On allait voir ce qu’on allait voir : des dépu­tés, des ministres hon­nêtes, intègres, irré­pro­chables. Bref, la France ne serait plus une répu­blique bana­nière et l’un des pays les plus cor­rom­pus du monde civi­li­sé (si tant est que la France soit encore un pays civi­li­sé !)

Depuis, Ferrand, Bayrou-les-grandes-oreilles et la sor­cière Cruella de Sarnez ont dû quit­ter le gou­ver­ne­ment avec des cas­se­roles tin­tin­na­bu­lantes aux fesses…

Et voi­là que Médiapart nous apprend que l’aristo-pastèque (vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur), le baron de Rugy, aurait allé­gre­ment tapé dans la cave de l’Hôtel de Lassay quand il était au per­choir, poste qui conve­nait par­fai­te­ment à sa vani­té de paon.

Voyez-vous, baron, nous avons un point com­mun : nous sommes l’un et l’autre des petits hobe­reaux de pro­vince. Votre famille reçut en avril 1785 des lettres d’anoblissement « en tant que de besoin ».

D’Hozier donne copie des­dites lettres accor­dées par le roi Louis XVI à Jean Melchior Goullet de Rugy en avril 1785.

La famille Goullet de Rugy a accé­dé à la noblesse en 1765 par l’exercice d’une charge au par­le­ment de Metz. D’Hozier men­tionne en effet un membre de la famille Goullet de Rugy qui fut conseiller au par­le­ment de Metz mais la charge de conseiller, au sein de ce par­le­ment, ne don­nait la noblesse qu’au terme de la deuxième géné­ra­tion d’exercice suc­ces­sif de ladite charge (ano­blis­se­ment gra­duel). Noblesse récente donc mais qui devrait vous impo­ser des valeurs, des prin­cipes moraux, des devoirs et, sur­tout, un mini­mum de digni­té.

Feu mon père, petit épi­cier de cam­pagne (qui était un sei­gneur), disait sou­vent : « Porter un nom ou un titre ne donne aucun droit mais un devoir : celui de s’en mon­trer digne. »

Aristocratie, baron, vient du grec aris­to­kra­tia (aris­tos, excellent, le meilleur, le plus brave et kra­tos, pou­voir). Ceci ne veut pas dire que nous soyons les meilleurs. Les fins-de-race de mon espèce on bien peu de talent et pour ma part, sans fausse modes­tie, je n’en ai aucun sus­cep­tible de me démar­quer de la médio­cri­té ambiante. Mais l’aristocrate doit avoir du panache, une pos­ture, un com­por­te­ment, des prises de posi­tion qui n’enfreignent pas les règles les plus élé­men­taires du savoir vivre et de la morale chré­tienne. C’est en cela qu’il peut, qu’il doit, être un modèle ou un exemple.

Bon, je vous concède bien volon­tiers des cir­cons­tances atté­nuantes : né en 1973 à Nantes, vous êtes le fils de Dominique de Rugy et de Maryvonne Fritz, tous deux ensei­gnants, donc, je pré­sume, de gauche ? Vous avez fait des études cor­rectes de « fils de profs » au lycée Guist’hau de Nantes, puis l’Institut d’Études Politiques (IEP) à Paris, dont vous sor­tez diplô­mé en 1994.

Girouette

Mais, avant même d’avoir fini vos études, vous enta­miez une car­rière de girouette poli­tique : dès 1991, vous adhé­rez à « Génération Écologie », le par­ti de Brice Lalonde, que vous trou­vez « plus cohé­rent et plus prag­ma­tique qu’Antoine Waechter ». Mais vous quit­tez le mou­ve­ment en 1994.

En 1997, vous voi­là chez les Verts et vous vous pré­sen­tez aux élec­tions légis­la­tives de mai 1997 dans la 3e cir­cons­crip­tion de Loire Atlantique. Vous réa­li­sez un score lamen­table : 3,87 % des suf­frages.

En 2001, allié au PS, vous voi­là élu conseiller muni­ci­pal de Nantes, dans le groupe des Verts. Adjoint au maire, char­gé des trans­ports, vous êtes aus­si l’un des vice-pré­si­dents de la com­mu­nau­té urbaine. Vous n’avez jamais tra­vaillé ce qui, en France, vous pré­des­tine à une belle car­rière poli­tique.

Mal remis de votre claque aux légis­la­tives de 2001, en 2007 vous faites alliance avec le PS.

Le 17 juin 2007, le ticket for­mé avec le socia­liste Pascal Bolo obtient 52,03 % des suf­frages, bat­tant le dépu­té sor­tant UMP Jean-Pierre Le Ridant.

Affilié au groupe par­le­men­taire de la « Gauche Démocrate et Républicaine », vous êtes élu secré­taire de l’Assemblée Nationale le 27 juin 2007.

Aux muni­ci­pales de 2008, vous êtes le can­di­dat unique de la gauche à Orvault, et vous êtes encore lar­ge­ment bat­tu. Mais vous êtes réélu dépu­té en juin 2012, dans le cadre d’une can­di­da­ture « Europe Écologie Les Verts », recon­dui­sant le ticket de 2007 avec Pascal Bolo, du PS.

Pour la pré­si­dence du groupe par­le­men­taire « Europe Écologie Les Verts », vous poi­gnar­dez dans le dos ce vieil éco­lo-gau­cho de Noël Mamère en vous fai­sant dési­gner copré­sident du groupe éco­lo­giste, en tan­dem avec votre copine, la « pou­pée Barbie » de l’écologie au sou­rire niais, Barbara Pompili.

Barbara Pompili - Europe Écologie Les Verts

Le 27 août 2015, nou­veau revi­re­ment : dans le jour­nal « Le Monde » vous annon­cez que vous quit­tez EEVL, dont vous dénon­cez « l’absence de débat interne ». Quelques jours plus tard, vous par­ti­ci­pez à la créa­tion de « l’Union des Démocrates et Écologistes », mou­ve­ment qui se posi­tionne au centre gauche… Mais vous lais­sez à votre ancien par­ti 11 600 euros de coti­sa­tions impayées.

Le 19 mai 2016, nou­veau coup tor­du : avec cinq autres dépu­tés, vous quit­tez le groupe éco­lo­giste, pro­vo­quant sa dis­so­lu­tion, et vous rejoi­gnez le groupe socia­liste.

Votre sou­rire car­nas­sier dis­si­mule mal vos dents à rayer le par­quet. Imbu de vous-même, ne dou­tant pas de votre bonne étoile, on vous retrouve can­di­dat aux pri­maires de la gauche en 2017.

Primaires gauche 2017

Vous avez pour ambi­tion de mettre « l’écologie au cœur du pro­jet de la gauche », à tra­vers 66 pro­po­si­tions déma­go­giques détaillées sur votre site inter­net.

Sur les ques­tions de socié­té, vous sou­hai­tez, entre autres, léga­li­ser le can­na­bis, l’euthanasie et le sui­cide assis­té, ouvrir la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour toutes les femmes et enca­drer la Gestation Pour Autrui (GPA). Dès 2011, vous vous pro­non­ciez déjà en faveur de la GPA, par­ti­san du mariage homo­sexuel, et vous esti­miez que « l’adoption d’enfants est un droit qui devrait être ouvert à tous ». Par ailleurs, vous décla­riez que l’IVG et la PMA sont des « étapes dans l’émancipation des indi­vi­dus ». Et vous pré­ci­siez « n’être croyant, ni pra­ti­quant, d’aucune reli­gion ».

Devant un tel pro­gramme, cer­tains vous soup­çonnent d’être franc-maçon.

Une chose est cer­taine, le 14 décembre 2017, vous avez été reçu en grandes pompes par le Grand Orient de France, rue Cadet. Vous y érein­tiez publi­que­ment Jean-Luc Mélenchon qui fait pour­tant par­tie de la mai­son, es qua­li­té de frère de la même obé­dience.

Êtes-vous franc ? Oui, comme un âne qui recule.
Êtes-vous maçon ? Assurément non car vous avez pas­sé votre vie à démo­lir plu­tôt qu’à construire.

Votre pro­gramme res­sem­blait assez aux « avan­cées socié­tales » prô­nées par le Grand Orient de France. À vrai dire, on s’en fout que vous soyez ou non « frère la gra­touille ». Vous en avez le men­tal et vous êtes – au mieux ou au pire ? – un « maçon sans tablier » et, assu­ré­ment, un arri­viste sans le moindre scru­pule…

Mais reve­nons aux pri­maires : le 15 jan­vier 2017, lors du deuxième débat télé­vi­sé, devant 1 750 000 télé­spec­ta­teurs, vous pre­nez publi­que­ment l’engagement de sou­te­nir le vain­queur des pri­maires. Le 22 jan­vier 2017, nou­velle claque : vous obte­nez …3,82 % des voix !

Et moins d’un mois plus tard, vous reniez votre enga­ge­ment – pour­tant public – de sou­te­nir le vain­queur, Benoît Hamon, et vous vous enga­gez sans la moindre honte aux côtés de Macron pour la pré­si­den­tielle. La haute auto­ri­té des pri­maires qua­li­fie votre atti­tude de « contraire au prin­cipe de loyau­té ». On pense à cet adage bien connu des maqui­gnons et qui dit : « La parole vaut l’homme ou l’homme ne vaut rien »… Car vous ne valez RIEN, baron, vous êtes un félon, un rené­gat et un traître !

Candidat à un troi­sième man­dat de dépu­té, vous êtes réélu sous les cou­leurs macro­nistes le 18 juin 2017. Aussitôt élu, vous pos­tu­lez à la pré­si­dence de l’Assemblée Nationale. Pour obte­nir le per­choir, vous vous enga­gez à remettre en jeu votre pré­si­dence de l’Assemblée à mi-man­dat (selon la règle édic­tée par « La République en Marche »). Quelques jours plus tard, vous invo­quez l’article 32 de la Constitution qui vous auto­rise à aller au terme de votre man­dat. Encore une volte-face !

Le 24 jan­vier 2018, vous faites adop­ter par l’Assemblée une ins­truc­tion géné­rale inter­di­sant le port de signes reli­gieux « osten­sibles » et contrai­gnant les dépu­tés à avoir une tenue ves­ti­men­taire « neutre ». Vous êtes déci­dé­ment, baron, un bien triste per­son­nage !

Le 4 sep­tembre 2018, après le départ de Hulot, vous êtes nom­mé ministre d’État, ministre de la tran­si­tion éco­lo­gique et soli­daire. Mais cette nomi­na­tion est, en réa­li­té, une exfil­tra­tion car, au palais Bourbon, cer­tains vous qua­li­fient de « c-o-n pré­ten­tieux ». De plus, les révé­la­tions de Médiapart com­mencent à fui­ter et, en ce début de grogne des « Gilets jaunes », le tan­dem Macron-Philippe veut évi­ter un nou­veau scan­dale.

J’ai omis de dire, baron, que vous êtes père de deux enfants, avec votre pre­mière com­pagne dont vous êtes sépa­ré. Et, le 16 décembre 2017, vous épou­siez, à la mai­rie du 7ème arron­dis­se­ment, Séverine Servat, jour­na­liste à Gala, une gazette très « people » pour sham­pooi­neuses et gar­çons-de-bains.

François de Rugy - Séverine Servat

Alain Delon était un homme à femmes ; vous, vous êtes, semble-t-il, un homme à pou­pées Barbie. C’est avec (avec ou à cause de ?) votre der­nière égé­rie – dont la dis­tinc­tion ne m’a pas échap­pé – que vous auriez orga­ni­sé, selon Médiapart, de somp­tueuses soi­rées pri­vées en réqui­si­tion­nant du per­son­nel de l’Assemblée Nationale, ain­si que du maté­riel et des consom­mables (notam­ment « de grands crus direc­te­ment issus des caves de l’Assemblée »). Ces révé­la­tions, parues plu­sieurs mois après votre départ de l’Hôtel de Lassay, pro­voquent une vive polé­mique. Gageons que ce sera encore une tem­pête dans un verre d’eau ! Je n’ose pas écrire « dans un béni­tier » de peur de frois­ser votre incroyance mili­tante.

À l’heure où j’écris, cer­tains demandent votre démis­sion ce qui ten­drait à prou­ver qu’ils n’ont rien com­pris à la ripoux-blique « exem­plaire » vou­lue par Macron : on se gave entre voyous « et en même temps » on méprise la vale­taille, ce popu­lo qui fume des clopes et qui roule au dié­sel : CQFD !

Cédric de Valfrancisque.

Voir aus­si : Quinze par­le­men­taires épin­glés par le Parquet natio­nal finan­cier pour détour­ne­ment de fonds publics

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 5Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.