Nice Matin « balance »

Les faits : dans son édi­tion de lun­di 29 juillet 2019, Nice Matin pré­sente les mariages du week-end. Pour qui sait lire, sur trois mariages pré­sen­tés, deux concernent des mariages entre homo­sexuels.
Nice Matin 29 juillet 2019 MariagesCette pré­sen­ta­tion inten­tion­nelle n’a pas man­qué de sus­ci­ter des réac­tions très cri­tiques de la part des lec­teurs du quo­ti­dien régio­nal.

Nice Matin, qui ne sur­vit que grâce aux sub­ven­tions publiques (et encore bien mal : lire Les sala­riés de Nice Matin font la fine bouche dans notre édi­tion du 18 juillet 2019), s’é­rige aus­si­tôt en garant de la Bien Pensance avec cette mise au point de la rédac­tion du jour­nal :
Nice Matin 31 juillet 2019 MariagesNous y retrou­vons bien enten­du la lita­nie habi­tuelle : « vivre ensemble », « lien au sein de la com­mu­nau­té azu­réenne » — les gen­tils — face à des « com­men­taires mal­veillants, inju­rieux, vio­lents, cruels, racistes, sexistes », « homo­pho­bie archaïque », « haine » — les méchants —. Nice Matin sort aus­si le bâton : « la peine encou­rue peut aller jus­qu’à 6 mois d’emprisonnement et 22 500 euros d’a­mende » car « l’ho­mo­pho­bie ou la trans­pho­bie finit par tuer ».

Dans sa rage homo­phile et trans­phile, Nice Matin avance : « Sur 10 pho­tos d’é­poux fraî­che­ment mariés, deux concer­naient des homo­sexuels. »

Non ! Sur 3 photos d’époux fraîchement mariés, deux concernaient des homosexuels.

Le plus grave, c’est que Nice Matin « balance » les noms des auteurs des mes­sages mal­veillants, inju­rieux, vio­lents, cruels, racistes, sexistes.

Alors que tous les jours les faits divers les plus sor­dides sont annon­cés en mas­quant déli­bé­ré­ment les noms de leurs auteurs, afin de les pro­té­ger, eux et leur entou­rage, ici, pas de pro­tec­tion : tous les noms sont balan­cés en clair (Nice Provence Info a flou­té ces noms) his­toire de faci­li­ter le tra­vail de la police. Bien sûr que les auteurs de ces com­men­taires s’af­fichent sur les réseaux sociaux et Nice Matin ne fait que reprendre une infor­ma­tion publique. C’est pour­tant bien inten­tion­nel­le­ment qu’il le fait puis­qu’il ne le fait pas dans des cas bien plus graves.

De quel côté est la haine ?

Notre quo­ti­dien régio­nal ne s’ho­nore guère par une telle manœuvre qui n’est pas sans rap­pe­ler « les heures les plus sombres de notre his­toire » comme aime à le rap­pe­ler la Police de la Pensée.

Nice Matin est issu de la Résistance. Il est à pré­sent du côté de la déla­tion.

Massimo Luce

Notre illus­tra­tion à la une : une « bouche de lion », boite aux lettres pour les dénon­cia­tions ano­nymes au palais des Doges, à Venise (Italie). Traduction de l’ins­crip­tion dans la pierre : « Dénonciations secrètes contre toute per­sonne qui dis­si­mule des faveurs ou des ser­vices, ou qui cherche à cacher ses vrais reve­nus » [selon Wikipedia].