Sélectionner la page

Tant va la cruche à l’eau…

Ici en Provence, nous sommes habi­tués à voir voler ces avions en rase-mottes au des­sus de nos têtes (illus­tra­tion ci-des­sus). Si bas que nous arri­vons à voir la tête du pilote dans le cock­pit. C’est donc avec une grande émo­tion que nous avons appris la mort d’un de ces pilotes, Franck Chesneau, qui s’est écra­sé le 2 août dans la Gard.

La Sécurité civile utilise deux types d’avions, le Tracker et le Canadair.

Eau Terre Feu AirC’est donc à nos pilotes de bom­bar­diers d’eau que revient cette tâche de maî­tri­ser les quatre élé­ments de notre uni­vers :
L’eau qu’ils doivent lar­guer au bon endroit sans mettre en péril les pom­piers au sol ou endom­ma­ger des construc­tions.
La terre, si proche qui ne demande qu’à les absor­ber, par un virage trop ser­ré et sanc­tion­ner la moindre erreur.
L’air agi­té de vio­lentes tur­bu­lences, qui peuvent secouer dan­ge­reu­se­ment la car­lingue et ses occu­pants.
Le feu de l’en­fer, son nuage noir, la fumée opaque, les escar­billes en sus­pen­sion.

Piloter l’a­vion dans ces condi­tions dan­tesques, res­ter en contact avec les opé­ra­teurs au sol qui les guident, sur­veiller le ciel pour pré­ve­nir toute col­li­sion, et veiller à l’autre avion qui les suit en binôme. Analyser tous ces para­mètres et prendre la bonne déci­sion dans la frac­tion de seconde. Ces gens sont tous d’an­ciens pilotes de chasse de l’ar­mée, rom­pus à toutes les prises de risques.

C’était le cas de Franck Chesneau

Il avait une for­ma­tion de pilote de chasse sur Mirage 2000 et n’a­vait jamais ces­sé de voler depuis qu’il avait quit­té l’ar­mée de l’air il y a dix ans. À 49 ans il était père de deux ado­les­cents de 14 et 17 ans, à pré­sent orphe­lins. Selon l’en­quête le pilote aurait « per­du ses repères dans un nuage très sombre », et « a per­cu­té la cime des arbres en phase des­cen­dante ».

Franck Chesneau était tout seul aux commandes du Tracker

Sur le Canadair, ils sont encore deux pilotres. Alors que le Tracker est équi­pé pour un pilo­tage à deux, la Sécurité civile a dû juger qu’un seul homme pou­vait « faire face(1) » aux élé­ments déchaî­nés.

Certes, n’im­porte quel avion, y com­pris les plus gros jum­bo-jets, peuvent être pilo­tés par un homme seul. Mais qui ima­gi­ne­rait voya­ger s’il n’y avait qu’un seul pilote dans l’a­vion. Si les avions ont des doubles com­mandes, c’est pour assu­rer une sécu­ri­té sup­plé­men­taire au vol, notam­ment en cas de défaillance du pilote aux com­mandes. Cette pré­cau­tion est d’au­tant plus pré­gnante que l’en­vi­ron­ne­ment est périlleux. L’appui d’un copi­lote est alors indis­pen­sable.

De surcroît ces avions étaient en sursis depuis 10 ans

Un rap­port du Sénat publié en 2006 sti­pu­lait que les Trackers, acquis dans les années 1980 de « concep­tion ancienne » devaient être reti­rés du ser­vice en 2008. Nous sommes en 2019.

C’est main­te­nant au BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécu­ri­té de l’a­via­tion civile) qu’il appar­tient de déter­mi­ner les causes de ce drame.
• ou bien il s’a­git d’une erreur humaine auquel cas, comme expli­qué ci-des­sus, le pilo­tage à deux s’im­po­se­ra. Ces pilotes ne peuvent pas voler au delà de l’é­pui­se­ment.
• ou alors c’est une défaillance méca­nique du « sexa­gé­naire Tracker » qui aurait dû être rem­pla­cé depuis 2008, mais dont on pro­longe la vie encore et tou­jours.

Pilotes Canadairs grève Marseille 2012

Les pilotes en grève, à Marseille en 2012

Dans ces deux cas, l’État va devoir mettre la main au porte-mon­naie ce qu’il refuse à faire jus­qu’à pré­sent.
Vers quelle piste vont s’o­rien­ter les experts du BEA, fonc­tion­naires « indé­pen­dants » de l’État ? On peut s’in­ter­ro­ger sur l’ob­jec­ti­vi­té de ces enquêtes menées par notre gou­ver­ne­ment contre ses propres erreurs comme dans ces deux exemples récents : le mégot « retrou­vé » qui a incen­dié Notre-Dame ou l’IGPN qui a décla­ré qu’il n’y avait pas de lien entre la noyade de Steve Maia et la charge de la police à Nantes. Il y aurait bien une troi­sième hypo­thèse qui per­met­trait de bot­ter en touche et pré­ser­ver le Trésor public. Vont-ils nous trou­ver que le Tracker aurait per­cu­té un petit coli­bri venu éteindre l’in­cen­die de savane ? Laissons faire l’i­ma­gi­na­tion de ces enquê­teurs, qui n’en manquent pas.

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise.

Cruche brisée

Ici, ce sont des vies qui sont brisées.

Michel Lebon

(1) « Faire Face » est la devise de l’École de l’Air de Salon de Provence et celle de ces pilotes de bom­bar­diers d’eau.

4 Commentaires

  1. Article incor­rect : la sécu­ri­té civile uti­lise 3 types de bom­bar­diers d’eau et non 2 : le Canadair, le Tracker et le Dash‑8 sans comp­ter le Beechcraft d’investigation et de coor­di­na­tion, avion non bom­bar­dier d’eau. L’Etat ne refuse pas de mettre la main à la poche : près de 360 mil­lions d’euros bud­gé­té pour l’achat de 6 Dash pour por­ter la flotte à 8 appa­reils de ce type, le pre­mier livré en juillet der­nier et les autres en sui­vant d’ici 2024 (le pro­chain arrive en février 2020). Ce n’est pas le BEA char­gé de l’enquête mais le BEA‑É bureau dif­fé­rent du pré­cé­dent qui s’occupe des acci­dents d’avion « éta­tique »,de plus mettre en doute la pro­bi­té du BEA est plus qu’hasardeux et dépla­cé…
    Le pilo­tage du Tracker en mono­pi­lote n’est pas un choix de l’état mais une exploi­ta­tion nor­male de cet appa­reil en France comme aux USA et existe aus­si sur d’autres appa­reils.

    Répondre
    • En effet, mer­ci pour ces cor­rec­tions.
      Depuis 2005, nous avons bien 2 Dach‑8. J’avoue avoir écar­té ces 2 avions de mon inven­taire. Il faut dire que, si la noria des Canadair nous est fami­lière, per­sonne ici n’a jamais vu voler ces avions géants citerne. Leur inef­fi­ca­ci­té à se rap­pro­cher d’un feu ?
      Ceux à venir sont des inten­tions, pro­messes… qui n’en­gagent etc.
      Quant au BEA‑É, le É pour éta­tique abonde dans mes doutes, mer­ci de la pré­ci­sion à charge.
      Enfin si, c’est un choix de l’Etat de ne mettre qu’un pilote dans un avion qui dis­pose de doubles com­mandes. Mais si vous consi­dé­rez que l’u­sage qui est fait de ces Tracker est une exploi­ta­tion « nor­male ». Ces pilotes appré­cie­ront de faire un bou­lot nor­mal.

    • Monsieur Lebon, d’où tenez-vous toutes vos infor­ma­tions ?
      Je vois que vous recon­nais­sez avoir écar­té nos deux Dash 8 Q400 MR qui sont en acti­vi­tés de puis 2005. Mais cor­ri­gez-vous votre article ? Si vous aviez bien lu le mas­sage de Phil, vous auriez appris qu’au jour de l’é­cri­ture de votre article, ils sont trois puis­qu’un des 6 com­man­dés est arri­vé sur le par­king de la BSC à Nîmes début juillet 2019.

      Je vous site : « per­sonne ici n’a jamais vu voler ces avions géants citerne. » Je ne mets pas en doute que VOUS ne les ayez jamais vus. Mais vous n’êtes pas seul au monde. Nous inter­ve­nons tous les ans depuis 2005 sur tout le ter­ri­toire métro­po­li­tain (et pas que), y com­pris l’ar­rière pays niçois !

      Je vous site encore : « Leur inef­fi­ca­ci­té à se rap­pro­cher d’un feu ? » Vous lais­sez sous-entendre quelque chose ? Si vous avez des doutes, ren­sei­gnez-vous !

      On conti­nue ? « Ceux à venir sont des inten­tions, pro­messes… qui n’engagent etc. » Ni pro­messes, ni inten­tions ! J’étais pré­sent lors de la signa­ture du contrat entre le Ministre de l’Intérieur et le Président de la socié­té Conair. Autant vous dire qu’un dédit main­te­nant cou­te­rait très cher ! D’ailleurs, le Dash arri­vé début juillet est le pre­mier des 6 com­man­dés. On en est plus qu’à de simples inten­tions.

      Je vous laisse la res­pon­sa­bi­li­té de vos pro­pos envers le BEA et le BEAé. Je les trouve odieux ayant déjà vu com­ment tra­vaillent ces gens, même si je ne suis pas tou­jours d’ac­cord avec eux.

      Au fait, le trans­port de pas­sa­gers en « mono­pi­lote » est pré­vu dans les textes et régle­men­ta­tions enca­drant le trans­port aérien de pas­sa­gers. Certaines com­pa­gnie le pra­tique. Ce sont en géné­ral des avions de taille bien plus modeste que les 747 et autres gros por­teurs que vous citez. Les pas­sa­gers sont très au fait de la chose. Il y a donc des gens qui ima­gine voya­ger dans un avion pilo­ter par un seul pilote !

  2. Obsolète depuis 2008 mais « reta­pé » en France pour des mis­sions qui sont de très haute sécu­ri­té.
    Il n’est pas ques­tion en ce cas d’of­frir des homards aux col­lègues de Madame de Rugy peu recon­nais­santes si ce sont bien elles qui ont adres­sé « LES PHOTOS » à Médiapart ???????????
    Pendant ce temps UN HOMME EST MORT.

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 5Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.