La gauche expiera-t-elle ses penchants pour la pédophilie ?

Il faut bien dire les choses comme elles sont : la gauche intel­lec­tuelle a lar­ge­ment encou­ra­gé la pédo­phi­lie. C’est un fait démon­tré de nom­breuses fois, comme par exemple dans cet article publié en mars 2016 par le site suisse LesObservateurs.ch et que nous repro­dui­sons ci-des­sous.
C’est François Mitterrand qui est allé nous cher­cher Jack Lang pour en faire son ministre de la Culture dès son élec­tion en 1981. Trente-huit ans plus tard Emmanuel Macron sol­li­cite Daniel Cohn-Bendit pour être ministre de l’Environnement (ce der­nier décli­ne­ra l’offre).
Entre-temps, en 2009, Nicolas Sarkozy a nom­mé Frédéric Mitterrand ministre de la Culture.

Quand la gauche militait pour la pédophilie

Article publié le 25 mars 2016

cohn-bendit-pedophile-le-pen-persiste-et-signe

Alors même qu’elle jette sans scru­pule l’honneur du Cardinal Barbarin en pâture à l’opinion publique, la gauche semble avoir tota­le­ment oublié que dans les années 70 80, elle mili­tait ouver­te­ment pour la léga­li­sa­tion de la pédo­phi­lie.

En 1977, Libération, repris par Le Monde et Le Nouvel Obs, publiait une péti­tion deman­dant la léga­li­sa­tion de la pédo­phi­lie. Elle était signée par tout ce que la bien­pen­sance de l’époque comp­tait de grands noms.

Une liste de quelque 70 noms, en effet fort ins­truc­tive.
De nom­breux signa­taires sont depuis tom­bés dans l’oubli. Mais, outre les grands ancêtres aujourd’hui dis­pa­rus, les Sartre, Aragon, Deleuze, Guattari, Châtelet, Hocquenghem, Barthes, Beauvoir, etc., émergent des patro­nymes encore bien actuels, entre autres André Glucksmann, Bernard Kouchner, Catherine Millet, ou encore, quelle sur­prise ! Jack Lang…

« Essayez un enfant » : tel était le mot d’ordre à gauche.
C’est ce que vient fort oppor­tu­né­ment de rap­pe­ler Michel Onfray au micro de Jean-Jacques Bourdin. C’est à cette même époque que Dany Cohn-Bendit décri­vait à la télé­vi­sion ses jouis­sances pédo­philes devant un Paul Guth et un Bernard Pivot médu­sés : « Quand une petite fille de 5 ans vous désha­bille, expli­quait gou­lu­ment Dany, c’est un jeu éro­ti­co-maniaque fan­tas­tique ». Dans son livre « Le grand bazar », ses aveux sont encore plus com­plets.

Un pas­sé qu’il est inter­dit d’évoquer.
C’est ain­si que le chro­ni­queur Martial qui, il y a une dizaine de jours, sur NRJ12, a rap­pe­lé les pro­pos de Cohn Bendit, s’est vu ver­te­ment reca­dré par la chaîne. Commentaire iro­nique du chro­ni­queur : « Donc, on ne peut pas dire la véri­té sur NRJ12, ce n’est pas grave. Je m’excuse, les amis, je ne veux pas de pro­blème avec Dany ».

L’islamophilie de la gauche pro­cède-t-elle d’une pédo­phi­lie mal débar­bouillée ?
La ques­tion peut en effet se poser. L’exemple du pro­phète qui a mis dans son lit la petite Aïsha âgée de seule­ment neuf ans doit for­te­ment faire fan­tas­mer cette gauche du mariage pour tous, de la théo­rie du genre, de la PMA, de la GPA, et autres néga­tions de l’ordre natu­rel.

Autre témoi­gnage édi­fiant (vidéo) :