Ma bonne semaine de mauvaise foi (8 septembre 2019)

Dimanche 1er septembre 2019

Les élec­tions muni­ci­pales approchent : moins de 200 jours. Il est temps pour les futurs can­di­dats de se faire voir, et même bien voir. C’est ce que fait notam­ment Christophe Étoré, maire de Valbonne et can­di­dat à sa suc­ces­sion en 2020.
Le pro­jet Open-Sky, qui avait été entre­pris par l’an­cien maire Marc Daunis (que Christophe Étoré a rem­pla­cé en 2016), sus­cite plus que jamais la révolte des habi­tants de Valbonne et d’ailleurs. Sentant donc que le pro­jet sera une belle épine à son pied pour les futures élec­tions, le maire actuel fait car­ré­ment demi-tour, décla­rant aujourd’­hui que le pro­jet n’est pas adap­té aux besoins actuels, ni de la com­mune, ni de la tech­no­pole ! Il lui aura quand même fal­lu près de dix ans pour s’en aper­ce­voir.
Mais sachant très bien que le pro­jet ne peut plus être aban­don­né, le per­mis ayant été déli­vré et pur­gé, et des expro­pria­tions pro­non­cées, il lui est facile aujourd’­hui de faire croire aux regrets, en pro­po­sant une dimi­nu­tion de la par­tie com­mer­ciale en créant davan­tage de bureaux, 40 000 m² au lieu des 100 000 pré­vus. Ce qui au fond, ne change rien au pro­blème de défo­res­ta­tion du sec­teur.
Les élec­teurs val­bon­nais se lais­se­ront-ils abu­ser ? Et tous les autres ailleurs ?

Open-Sky Valbonne Valmasque

MIPIM de Cannes 2017, le stand de Vabonne Sophia-Antipolis. De gauche à droite : Philippe Journo, Pdg de la Compagnie de Phalsbourg (pro­mo­teur), Marc Daunis (alors séna­teur-maire de Valbonne Sophia-Antipolis) et Jean-Pierre Mascarelli (pré­sident-délé­gué du Syndicat Mixte de Sophia Antipolis)

Lundi 2 septembre 2019

En Italie, Bruxelles ne sup­por­tant plus la réus­site et la popu­la­ri­té de Salvini, a fini par taper sur la table. L’Union euro­péenne a tout natu­rel­le­ment appor­té son appui média­tique et finan­cier à une nou­velle coa­li­tion toute latine entre le Parti démo­crate (PD, centre gauche) et le Mouvement cinq étoiles (M5S, anti-sys­tème) qui per­mette d’é­li­mi­ner Salvini, qui l’a­vait du reste bien cher­ché.
Salvini a lan­cé à ses détrac­teurs : « Vous ne vous libé­re­rez pas de moi avec un petit jeu de palais, je ne lâche pas le mor­ceau ». Le M5S a donc fini par mon­trer ain­si son vrai visage, lui qui était com­plè­te­ment effa­cé par la Lega, sa grande rivale au sein de l’an­cienne coa­li­tion qui grim­pait outra­geu­se­ment dans tous les son­dages. Sa nou­velle asso­cia­tion avec la gauche cette fois-ci lui don­ne­ra peut-être un peu d’é­clat, un sen­ti­ment d’exis­tence…
L’ex-ministre de l’Intérieur a pro­mis un retour de son par­ti sur le devant de la scène, « plus déter­mi­né que jamais », fus­ti­geant « un gou­ver­ne­ment qui naît à Bruxelles » et affir­mant que « l’Italie ne sera le serf de per­sonne ».
Il a appe­lé ses sou­tiens à une « grande » mani­fes­ta­tion à Rome, le 19 octobre. Mais d’i­ci là il orga­nise un grand mee­ting poli­tique de son par­ti, le 15 sep­tembre à Bergame, dans sa région de Lombardie, ain­si que l’or­ga­ni­sa­tion de « stands dans toute l’Italie les 21 et 22 sep­tembre, pour récla­mer la démo­cra­tie, le res­pect du vote et des règles ».
Matteo Salvini

Mardi 3 septembre 2019

Dès l’âge de 18 ans, il avait mul­ti­plié les opé­ra­tions esthé­tiques pour res­sem­bler à son idole Ken, fian­cé de la pou­pée de plas­tique Barbie. Puis, consé­cra­tion enfin, NRJ12 l’a­vait révé­lé au grand public en 2014.
« C’est Hanouna qui m’a fait, il a été le pre­mier qui a trou­vé que je res­sem­blais à Ken. Il n’y avait per­sonne comme moi à la télé. J’ai essayé de res­sem­bler de plus en plus à Ken parce que c’est amu­sant et intri­gant. » La suite est toute tra­cée : il fini­ra potiche dans la télé­réa­li­té, un peu comme Steevie, l’ex-amant de Ruquier. On aime bien se ser­vir de ces pau­més à la TV, de ces per­sonnes qui ne sont per­sonne mais qui en sont heu­reuses du moment qu’on parle d’elles. La TV les détruit sans même qu’elles s’en rendent pas compte.
Quentin Dehar, sosie pau­mé fran­çais de Ken et star pau­mée de la télé­réa­li­té, a mis fin à ses jours le jour de son 26e anni­ver­saire. À qui le tour ?
Quentin Dehar - Ken

Mercredi 4 septembre 2019

Fraude sociale : 110 mil­lions de numé­ros de Sécurité sociale en France pour 67 mil­lions d’habitants. 14 mil­lions sont sup­po­sés cen­te­naires alors que la plu­part sont décé­dés mais tou­jours ins­crits
Les poli­tiques feront sans doute sem­blant de décou­vrir que la fraude pro­vient mas­si­ve­ment des étran­gers et que ça coûte aux contri­buables des mil­liards d’euros chaque année… Aucun lien ne sera fait avec le dés­équi­libre finan­cier de notre sys­tème social.
Voilà encore un sujet que le Politiquement Correct nous inter­dit d’a­na­ly­ser objec­ti­ve­ment.
Carte Vitale

Jeudi 5 septembre 2019

Vous ne connais­sez sûre­ment pas Pierre Cabaré. Moi non plus jus­qu’à ce jour. Il faut dire que l’his­toire ne manque pas de crous­tillant.
Pierre Cabaré, dépu­té LREM de la pre­mière cir­cons­crip­tion de Haute-Garonne, est « Vice-Président de la Délégation de l’Assemblée natio­nale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes ». Ouf !
En plein Grenelle contre les vio­lences faites aux femmes, voi­là que sa sup­pléante, deve­nue assis­tante par­le­men­taire, Lucie Schmitz a dépo­sé plainte contre lui pour « har­cè­le­ment moral, har­cè­le­ment sexuel et agres­sion sexuelle ». Rien que ça !
Ça fait un peu désordre au sein de LREM.
Qu’en pense Mme Schiappa ?
Pierre Cabré harcèlement sexuel

Vendredi 6 septembre 2019

« Deux choses sont infi­nies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la cer­ti­tude abso­lue. » Cette phrase attri­buée à Einstein, pour­rait très bien illus­trer l’his­toire qui va suivre.
En Espagne, le mou­ve­ment ani­ma­lier Almas Veganas est un col­lec­tif anti­spé­ciste, trans­fé­mi­niste et liber­taire (excu­sez du peu), qui se bat pour la libé­ra­tion des ani­maux et des terres. Ce col­lec­tif de véganes fana­ti­sées s’inquiète de la condi­tion des poules dans les pou­laillers. Elles ont donc déci­dé dans une vidéo dif­fu­sée sur You Tube, de « sépa­rer les coqs et les poules pour ne pas qu’elles soient vio­lées ».

Almas Veganas

Laquelle est la poule, laquelle est le coq ?

Samedi 7 septembre 2019

Et pour finir la semaine sur une note enfin posi­tive, sans sor­tir du registre gal­li­néen, on a appris que le coq Maurice, dont je vous avais par­lé au mois de juillet, a fina­le­ment gagné au tri­bu­nal son droit de chan­ter libre­ment, aux dépens de quelques grin­cheux sans doute pari­siens que le coco­ri­co du gal­li­na­cé mati­nal gênait.
En effet, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Rochefort (Charente-Maritime) a reje­té la plainte pour « trouble anor­mal du voi­si­nage ».
Une vic­toire hau­te­ment sym­bo­lique pour les défen­seurs des bruits ruraux dont Bruno Dionis du Séjour, maire de la com­mune de Gajac, en Gironde, a deman­dé l’inscription au patri­moine natio­nal : « Protéger les émet­teurs de ces bruits, qui font par­tie du pay­sage rural, afin qu’aucun pro­cès ne puisse leur être inten­té. La cam­pagne est un tout qu’il faut savoir accep­ter dans son ensemble. Les Français qui vivent à la cam­pagne ont sou­vent un métier néces­si­tant de pos­sé­der des ani­maux, les éle­veurs notam­ment. Certains pos­sèdent un jar­din et un pou­lailler pour répondre aux besoins de leur ali­men­ta­tion »

Rat ville rat champs La Fontaine

Illustration par Grandville de la fable de La Fontaine « Le rat des villes et le rat des champs »

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE