La France châtrée

Mardi matin le 8 octobre 2019, dans la cour de la pré­fec­ture de Paris, accom­pa­gné de son pre­mier ministre Édouard Philippe, de Nicole Belloubet et de Florence Parly, le Président Emmanuel Macrib s’est incli­né devant les cer­cueils des quatre vic­times du ter­ro­riste Mickaël Harpon. Avant que le chef de l’État ne pro­nonce son dis­cours, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a remis la Légion d’honneur, à titre post­hume, aux quatre vic­times, Damien Ernest, Anthony Lancelot, Brice Le Mescam, Aurélia Trifiro. Ça ne coûte rien.

Emmanuel Macron a encore pro­non­cé un de ces dis­cours qu’il affec­tionne, c’est-à-dire gran­di­lo­quent et tota­le­ment creux, mais sur­tout par­fai­te­ment inco­hé­rent. En cette cir­cons­tance dra­ma­tique, il a pro­mis un « com­bat sans relâche […] face au ter­ro­risme isla­miste », et appe­lé « la nation toute entière » à « se mobi­li­ser » face à « l’hydre isla­miste ». « Une socié­té de vigi­lance, voi­là ce qu’il nous revient de bâtir. […] Faisons bloc(1), tous ici réunis, face au ter­ro­risme. Nous mène­rons tou­jours le com­bat et à la fin nous l’emporterons, car nous avons cette force d’âme. Nous le fai­sons pour nos morts, pour nos enfants(2), nous le fai­sons pour la Nation(3). » Beau comme du Malraux devant le Panthéon.

Voisins vigilants solidaires

Au cours de cette exhor­ta­tion ridi­cule à nous com­por­ter tous en « voi­sins vigi­lants », la seule chose sen­sée qu’il ait dite est : « Trop sou­vent nous avons par­lé, fait des lois puis sommes reve­nus au quo­ti­dien, comme si de rien n’était ». Comme un aveu d’immobilisme carac­té­ri­sé. Mais il s’est quand même cru obli­gé de rajou­ter : « Ce n’est en aucun cas un com­bat contre une reli­gion mais contre son dévoie­ment, qui conduit au ter­ro­risme. » Ouf, nous voi­là ras­su­rés, le Président n’a pas suc­com­bé au pêché d’« isla­mo­pho­bie ».

Surtout : pas d’amalgame !

Padamalgam - Pas amalgame

La France reste donc sur sa faim. Car elle veut com­prendre com­ment Mickaël Harpon a pu res­ter à son poste – un poste très sen­sible – au sein même de la direc­tion du ren­sei­gne­ment de la pré­fec­ture de police, alors qu’il avait affi­ché des signes de radi­ca­li­sa­tion – près l’attentat en jan­vier 2015 contre Charlie Hebdo, il aurait décla­ré à deux de ses col­lègues : « C’est bien fait ! » – sans que cela ne mette la puce à l’oreille de qui­conque, ni entraîne le moindre signa­le­ment à la hié­rar­chie alors qu’il était conver­ti à l’islam… depuis une dizaine d’années déjà !

Seulement voi­là, Mickaël Harpon est colo­ré, musul­man et han­di­ca­pé ! Alors, jeter la sus­pi­cion sur un tel indi­vi­du, c’eût été prendre le risque de se voit taxé de « racisme » et d’« isla­mo­pho­bie »… Voire même d’« han­di­ca­po­pho­bie » ! Car la Justice est là qui veille au châ­ti­ment des « pen­chants hai­neux ». Zemmour, Ménard et les jeunes Identitaires non vio­lents en savent quelque chose. Alors, for­cé­ment, ça fait réflé­chir.

C’est ce qui fait dire à Jean-Yves Le Gallou :

« Ce qui a permis le crime, c’est l’idéologie dominante ! »

Une évi­dence rare : voi­là des décen­nies que les pro­grammes sco­laires sont tra­fi­qués pour façon­ner les cer­veaux, que les médias et les poli­ti­ciens adeptes de la repen­tance expia­toire matraquent nos esprits dans tous les médias, dans les écoles, dans les juge­ments, impri­mant dans la socié­té des com­por­te­ments culpa­bi­li­sants et anni­hi­lants. Le but est clair : faire croire que la France est aus­si une terre d’is­lam ! C’est pour­quoi le dis­cours de Macron est tota­le­ment inco­hé­rent et contra­dic­toire.

Alors, Monsieur Macron, les « voi­sins vigi­lants » que vous nous avez deman­dé d’être, vous exhortent à mettre en appli­ca­tion vos belles paroles et à don­ner l’exemple pour être cré­dible : com­bat­tez l’is­lam enva­his­seur et pro­sé­lyte, fer­mez immé­dia­te­ment les mos­quées sala­fistes et expul­sez les imams aux dis­cours de haine qui sou­vent sont étran­gers. Redonnez sa fier­té au peuple de France au lieu de le mépri­ser et de l’anes­thé­sier à fortes doses du Padamalgam.

Charles André

(1) Emmanuel Macron emprunte sans ver­gogne cette for­mule au Bloc Identitaire :
Bloc Identitaire - Faisons bloc(2) Pas les siens !

(3) Nationaliste, Macron ?