Nice, Antibes, Cannes : les Gilets Jaunes ne lâchent rien

Quel bilan après un an ?

Moins de monde, moins d’a­gres­si­vi­té et de gêne à l’é­gard de la cir­cu­la­tion, une plus grande matu­ri­té poli­tique, une fer­veur mili­tante intacte, une forte adhé­sion des auto­mo­bi­listes qui expriment osten­si­ble­ment leur sou­tien.

Cannes :

Les Gilets Jaunes can­nois sont très actifs et sus­citent une sym­pa­thie patente et très sonore de la part des auto­mo­bi­listes.

Antibes :

La sym­pa­thie des auto­mo­bi­listes est là aus­si fla­grante et par­ta­gée.

Nice – Saint Isidore :

Le rond-point chaud du dépar­te­ment des Alpes Maritimes a per­du nombre de ses effec­tifs. Les Gilets Jaunes de la pre­mière heure sont tou­jours là, moins nom­breux et plus calmes. Aucune gêne n’est por­tée à la cir­cu­la­tion en ce rond-point majeur du tra­fic rou­tier.
Les forces de l’ordre ne sont pas loin.