Monastère de Cabanoule : installation, évolutions et… rocamandines

Allez hop, aujourd’hui, cap vers le monas­tère de Cabanoule dans les Cévennes. Divine Box vous raconte tout : son his­toire, ses évo­lu­tions et bien sûr la situa­tion actuelle ! On vous par­le­ra aus­si de leur fameuse pro­duc­tion de roca­man­dines ! Allez, on y va ?

En plein cœur des Cévennes…

Ah, les Cévennes… Les mon­tagnes, les forêts, les cri­quets (**kss kss kss**)… Cette région a ici une impor­tance toute par­ti­cu­lière ! Le Monastère de la Paix-Dieu, plus sou­vent appe­lé « Cabanoule », du nom du lieu-dit, est situé dans le Gard, sur la com­mune d’Anduze.
C’est cette com­mune qui est sur­nom­mée la « Porte des Cévennes », déli­mi­tant ain­si la fron­tière entre la gar­rigue médi­ter­ra­néenne et le relief plus abrupt. Bref, un monas­tère situé dans les Cévennes. Mais encore ?
Et bien au XVIIe siècle et aujourd’hui encore d’ailleurs, cette région était majo­ri­tai­re­ment pro­tes­tante. Mais que sont donc allées faire des trap­pis­tines là-bas … ?

Monastère Cabanoule - Cévennes

Les Cévennes, région dans laquelle se trouve le monas­tère de Cabanoule, est une région très pro­tes­tante – © Divine Box

Feu vert pour la paix

En 1968, la com­mu­nau­té de la Trappe des Gardes (entre Nantes et Angers) rayonne ! Très sen­sible à l’œcuménisme, elle prie alors beau­coup pour la paix entre chré­tiens. L’idée d’une fon­da­tion implan­tée dans la région même des déchi­re­ments entre chré­tiens fait donc son che­min petit à petit.
Et vu le dyna­misme des sœurs (une soixan­taine sur place !), le pro­jet tient la route. Ni une ni deux, la com­mu­nau­té sol­li­cite alors les auto­ri­tés ecclé­siales qui donnent vite leur feu vert ! Reste ensuite à convaincre la com­mu­nau­té pro­tes­tante…

Monastère de Cabanoule : « On ne peut pas attendre ! »

Les pre­mières réac­tions du pas­teur et du curé du coin sont caté­go­riques : c’est beau­coup trop ris­qué ! La Mère abbesse accepte et se dit prête à attendre deux ou trois ans pour évi­ter des ten­sions dans cette région pro­tes­tante…
Mais la situa­tion se débloque de manière inat­ten­due ! Finalement, c’est le pas­teur lui-même qui va reve­nir sur sa déci­sion et encou­ra­ger la fon­da­tion.
« On ne peut pas attendre, l’Esprit saint est là, et veut cette fon­da­tion ! » Les ren­contres s’enchaînent alors avec les auto­ri­tés pro­tes­tantes pour pré­ci­ser les moda­li­tés. C’est ain­si qu’en novembre 1968, tout est bon, le pro­jet est accep­té !
Les trois pre­mières sœurs arrivent de la Trappe des Gardes en sep­tembre 1969, et le monas­tère de Cabanoule est inau­gu­ré en avril 1970, avec du beau monde : évêque, pas­teurs, pro­tes­tants et même un père ortho­doxe !
Pour connaître plus de détails sur l’installation de cette nou­velle com­mu­nau­té, il y a un petit article sur les débuts du monas­tère de Cabanoule.

Monastère Cabanoule - Vue extérieure

Malgré les réti­cences du début, les sœurs du monas­tère de Cabanoule ont fina­le­ment réus­si à s’installer sur place, en plein cœur des Cévennes – © Divine Box

Monastère de Cabanoule : et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les douze trap­pis­tines du monas­tère de Cabanoule vivent ain­si pai­si­ble­ment sur place, au rythme de leur vie monas­tique, tou­jours mar­quée par les dia­logues et les retraites œcu­mé­niques. Le tra­vail manuel des pro­duits monas­tiques a évi­dem­ment bien évo­lué depuis les débuts, mais reste très pré­sent.
Les sœurs cultivent en effet des oli­viers pour en faire de l’huile d’olive, confec­tionnent des bou­gies à la cire d’abeille, cultivent leurs légumes dans le pota­ger, rem­plissent des petits sachets de graines de lavan­din et, bien sûr, pro­duisent les déli­cieuses roca­man­dines ! On vous dit tout juste en des­sous.

Les rocamandines du monastère de Cabanoule

Recette unique de pâte d’amande, enro­bage arti­sa­nal de cho­co­lat, sau­pou­drage manuel d’amandes concas­sées… Charmant pro­gramme pour ces roca­man­dines du monas­tère de Cabanoule !
Absentes des ate­liers de pro­duc­tion au début, elles ont rem­pla­cé la pro­duc­tion de fro­mages de chèvre, aban­don­née à cause de son rythme effré­né et des normes dra­co­niennes d’hygiène.
Pour la petite his­toire, mal­gré le nom dépo­sé de roca­man­dine, les sœurs entendent par­fois à la bou­tique un autre sur­nom pour leurs rochers : les « caba­nou­lettes » ! Nom non offi­ciel, mais ter­ri­ble­ment mignon…

Monastère Cabanoule - Rocamandines

Les roca­man­dines du monas­tère de Cabanoule sont des rochers de pâte d’amande enro­bés d’éclats d’amandes grillées. Un délice ! – © Divine Box

Découvrez les produits du monastère de Cabanoule

Pour décou­vrir les fabri­ca­tions arti­sa­nales des soeurs du monas­tère de Cabanoule, vous pou­vez vous rendre sur place. Si vous n’avez pas la chance de vivre à côté, retrou­vez la ribam­belle de pro­duits du monas­tère de Cabanoule comme des bou­gies à la cire d’abeille ou encore les déli­cieuses roca­man­dines sur la bou­tique en ligne de Divine Box.