Ma bonne semaine de mauvaise foi (15 mars 2020)

Dimanche 1er mars 2020

Chronique du Kali Yuga :

Les évé­ne­ments qui se déroulent actuel­le­ment en Grèce sont pas­sés sous silence dans les médias, coro­na­vi­rus oblige. Il faut empê­cher les Français de regar­der dans une autre direc­tion… Et pour­tant c’est une crise majeure qui se joue actuel­le­ment aux portes de l’Europe depuis que le pré­sident turc Erdogan a déci­dé de lâcher des mil­liers (bien­tôt des mil­lions selon lui …) dim­mi­grés clan­des­tins vers la Grèce. Les îles proches de la côte turque voient donc débar­quer de plus en plus de monde, elles qui sont déjà sub­mer­gées de cette popu­la­tion qui devient de plus en plus indé­si­rable au vu des pro­blèmes qu’elle crée. La popu­la­tion grecque, elle, par contre réagit, par­fois vio­lem­ment sur le coup de l’exas­pé­ra­tion. Des vio­lences éclatent un peu par­tout, et les fron­tières de la Grèce sont sous sur­veillance. Bien enten­du l’Union Européenne n’a aucune réac­tion posi­tive, et laisse plus ou moins faire. Seuls quelques États dignes de ce nom réagissent. Ils se déclarent « Les bou­cliers de l’Europe ».
Des sources ont décla­ré aujourd’­hui que la Pologne a déjà accep­té d’envoyer 100 poli­ciers dans la région fron­ta­lière d’Evros, au nord-est de la Grèce, et qu’elle est prête à en envoyer d’autres si Athènes le demande. Un accord simi­laire a éga­le­ment été conclu avec le gou­ver­ne­ment autri­chien, avec 13 offi­ciers des forces spé­ciales de police qui devraient arri­ver à Evros dans les pro­chains jours. De son côté, Chypre a éga­le­ment envoyé une assis­tance sous la forme de 22 offi­ciers de police. Mais… pas de Français pré­vus !

Lundi 9 mars 2020

Le 17 février der­nier, lors d’un dis­cours com­mé­mo­rant la vic­toire d’Alep, le pré­sident de la République Arabe de Syrie, Bachar El Assad, est curieu­se­ment appa­ru dans un bureau où l’on ne voyait ni dra­peau syrien ni armoi­rie de l’État syrien. Il a déli­vré son dis­cours atta­blé der­rière un bureau vide en pré­sen­tant à sa droite un fau­con dont les yeux étaient tour­nés vers la droite : et une très étrange petite fiole en verre rem­plie d’un liquide de cou­leur ambre à sa gauche.
Aussitôt les ser­vices des gou­ver­ne­ment étran­gers, en par­ti­cu­lier israé­liens, ont cher­ché une signi­fi­ca­tion à cette mise en scène. Et ces der­niers ne sont pas res­tés sans inquié­tude en déco­dant la sym­bo­lique cachée des images de ce dis­cours. Ils en ont déduit que le mes­sage du chef syrien était en fait un mes­sage codé à des­ti­na­tion du mou­ve­ment sio­niste inter­na­tio­nal et à la Cabale tal­mu­diste au pou­voir en Israël et impré­gnant les États pro­fonds aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne, rien de moins.

Explications :

l’absence de dra­peau syrien et de tout signe repré­sen­ta­tif de la République Arabe Syrienne indi­que­rait que la guerre en cours ne concerne pas la Syrie mais relè­ve­rait d’un conflit plus grand et plus éten­du…

Le fau­con tour­né vers la droite signi­fie­rait que Assad ne se ren­dra jamais et conti­nue­ra à se battre quoi qu’il arrive. Le fau­con est en effet la figure tuté­laire des pilotes syriens et le sym­bole du Chef de l’État. N’oublions pas que le père de Bachar Al-Assad, Hafez, était à l’origine un pilote de chasse…

Quant à la fiole, ce serait l’élé­ment le plus inquié­tant : elle contien­drait de l’eau issue du lac de Tibériade ou mer de Galilée, un lac emblé­ma­tique situé entre le pla­teau du Golan et la Galilée. Cette eau avait été rame­née, ain­si que du sable de la même région, par deux sol­dats syriens du temps de Hafez. Le sable fut trans­for­mé en fiole de verre et ser­vit de récep­tacle à l’eau de Tibériade. Cet objet devint le sym­bole du « ser­ment du Golan » : tôt ou tard, la Syrie récu­pé­re­ra le pla­teau du Golan après une bataille mémo­rable près du site d’Armageddon. C’est ce der­nier indice qui inquiète les ser­vices de l’é­tat hébreu.


À tra­vers ce mes­sage, Assad démontre bien qu’il sait à qui il a affaire et c’est cela qui effraie les com­man­di­taires des guerres en Syrie et ailleurs. La guerre fomen­tée contre ce pays ne se déroule pas comme pré­vu selon les plans.Bachar Al-Assad - Président Syrie

Mardi 10 mars 2020

Des nou­velles du coro­na­vi­rus ? En Allemagne : un groupe de rap se réjouit que le virus Covid 19 tue « exclu­si­ve­ment les vieillards blancs » devant une foule en liesse. Il s’a­git du groupe de hip-hop de gauche K.I.Z., connu pour ses paroles de mau­vais ou très mau­vais goût. C’est lors d’un concert à Dortmund, à l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale de la femme, qu’il en a appor­té une nou­velle preuve. Jouant exclu­si­ve­ment devant un public fémi­nin, le groupe s’est non seule­ment moqué de la peur du virus coro­na, mais a éga­le­ment décla­ré qu’à son avis, l’infection ne frap­pait pas néces­sai­re­ment les mau­vaises per­sonnes, puis­qu’elle tuait « exclu­si­ve­ment les vieillards blancs ». À quand un pas­sage à la télé com­man­dé par Delphine Ernotte ?KIZ

Mercredi 11 mars 2020

Nissa Pantaï, est une asso­cia­tion niçoise, dont l’ob­jec­tif affi­ché « est de défendre, pro­mou­voir et dif­fu­ser le plus lar­ge­ment pos­sible l’usage de la langue occi­tane dans ses variantes niçoise et alpine ». Elle est notam­ment par­ti­ci­pante du « car­na­val indé­pen­dant de Nice » qui se déroule d’une manière « off » pen­dant le car­na­val offi­ciel. Interdit en 2008 après des heurts entre jeunes et forces de l’ordre, le car­na­val indé­pen­dant a de nou­veau été auto­ri­sé par la pré­fec­ture des Alpes-Maritimes en 2016.
Cette année, il a de nou­veau fait l’ob­jet d’une petite polé­mique : comme il est d’u­sage en fin de car­na­val, l’ef­fi­gie du Roi est brû­lée, met­tant ain­si fin aux fes­ti­vi­tés. Mais ce qui a cho­qué, c’est que la « grosse tête » 2020 était une effi­gie de Brigitte Macron, le col échan­cré. Et c’est elle qui a été incen­diée, place Garibaldi, dans le centre-ville. L’acte a aus­si­tôt sus­ci­té l’indignation du maire de Nice qui a condam­né le 9 mars, sur Twitter, un « acte com­mis en pleine jour­née des Droits des Femmes qui couvre de honte ses auteurs ».

Au moment où celui-ci cherche les sou­tiens de la caste Macron, il n’a pas appré­cié que sa propre ville moque ain­si la pre­mière dame de France. Christian Estrosi nous montre qu’il manque déci­dé­ment d’hu­mour et ne connaît pas bien les Niçois.

Brigitte Macron - Carnaval Nice

Montage pho­to­gra­phique : Les Moutons Rebelles

Jeudi 12 mars 2020

Ils voient des nazis par­tout ! La torche olym­pique des JO de Tokyo 2020 est allu­mée ce jour à Olympie, selon la tra­di­tion. Aussitôt des cris effa­rou­chés se font entendre : « La torche olym­pique est une pure inven­tion nazie ».

Et bien non ! La flamme olym­pique existe depuis les jeux de 28 et de 32 ! Elle repré­sente le feu sacré de la culture occi­den­tale. Par contre ce qu’a appor­té le régime hit­lé­rien, c’est le relais qui per­met­tait à la flamme d’ar­ri­ver jus­qu’au stade. Les pseu­dos his­to­riens peuvent aller se rha­biller.
Mais comme je vous le disais, ils voient des nazis par­tout, jusque dans les chaus­sures. La marque Puma vient d’en faire la triste expé­rience avec un de ses nou­veaux modèles. Les tra­queurs de nazis, héri­tiers des Klarsfeld, y ont vu la réin­car­na­tion du chan­ce­lier… il fal­lait oser, ils l’ont fait !Chaussures Puma-Hitler

Vendredi 13 mars 2020

Harvey Weinstein condam­né à vingt-trois ans de pri­son par le tri­bu­nal de New York, mer­cre­di. On n’en atten­dait pas moins pour ce porc. Les futures star­lettes devront se trou­ver un autre pro­tec­teur afin d’as­su­rer leur future car­rière. Les anciennes font sem­blant de ne pas se rap­pe­ler ce qu’elles lui doivent…
Quant aux médias, ils s’obs­tinent (sans jeu de mot), comme je l’a­vais déjà fait remar­quer ici, à le nom­mer Weinstine, et non pas Weinstein. Un détail me direz-vous… Pas tant que ça, car on ne sait pas pour­quoi cette pro­non­cia­tion serait pré­fé­rée à l’autre bien plus logique et usuelle. À moins que, issu d’une com­mu­nau­té assez cha­touilleuse, il soit déci­dé de faire le tri entre « les bons », les Einstein, Eisenstein, Bernstein… et « les mau­vais », les Weinstine, Epstine… (un peu à la Poutine) dont on a chan­gé la pro­non­cia­tion, ce qui per­met de pro­té­ger les pre­miers. Obama - Weinstein

Samedi 14 mars 2020

En ces temps d’é­pi­dé­mie mon­diale (pan­dé­mie ?), d’in­va­sion aux fron­tières de l’Europe, il est des sujets vitaux que les médias occultent mal­gré leur impor­tance essen­tielle. Je suis sûr que cette infor­ma­tion va inté­res­ser plus de gens que bien d’autres…
Le débat qui ali­men­tait les dîners en ville et n’en finis­sait pas de divi­ser les Français entre le choix de l’appellation « cho­co­la­tine » ou « pain au cho­co­lat » a enfin ces­sé. Les résul­tats d’un son­dage Ifop com­man­dé par la Fédération des entre­prises de la bou­lan­ge­rie sont tom­bés et sont sans appel. Le gagnant est… « le pain au cho­co­lat ».
84% des Français inter­ro­gés sem­ble­raient en effet pré­fé­rer appe­ler cette vien­noi­se­rie consti­tuée de pâte feuille­tée, enrou­lée autour de deux barres de cho­co­lat… un « pain au cho­co­lat ».
Joe Dassin l’a­vait bien dit, ce n’é­tait pas la peine d’en dis­cu­ter pen­dant tout ce temps…Pains chocolat

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…

Patrice LEMAÎTRE