Coronavirus : nos dirigeants ont tout faux

Le montage d’un hôpital militaire de campagne est encore une nouvelle erreur de nos dirigeants dont l’incompétence devient criminelle

Nous repro­dui­sons ci-des­sous le « coup de gueule » d’un ancien mili­taire à pro­pos de l’hô­pi­tal mili­taire de cam­pagne ins­tal­lé à Mulhouse. Ce n’est que du bon sens, mais il faut bien consta­ter que nos diri­geants ont aban­don­né tout bon sens lors de leur pas­sage à l’ENA.

Un ancien militaire vous parle.

Je vou­drais vous par­ler de l’hô­pi­tal de cam­pagne de Mulhouse et de ses inco­hé­rences.

Ce jeu­di 19 mars on démarre la mise en place de l’hôpital mili­taire de cam­pagne avec engins de ter­ras­se­ment et une logis­tique incroyable pour .… 30 lits « sous la tente » !

• Il a fal­lu 10 jours pour pour trou­ver un empla­ce­ment adé­quat, pas trop loin du centre et de l’es­pace pour créer les par­kings, ame­ner et poser un péri­mètre de sécu­ri­té avec des bar­rières, des pan­neaux de pro­tec­tion occul­tants, etc.
• Ensuite il faut affré­ter des avions mili­taires pour trans­por­ter tout le maté­riel et 1 semaine pour mon­ter les tentes et ins­tal­ler les équi­pe­ments sani­taires, les com­mo­di­tés pour le per­son­nel soi­gnant, des ves­tiaires, des lieux de sto­ckage du maté­riel médi­cal, etc.

Temps de mise en place : 3 semaines mini­mum entre la déci­sion et la mise en œuvre.

En com­pa­rai­son et en rap­pel : les Chinois ont ins­tal­lé en 10 jours un hôpi­tal pro­vi­soire de 1000 lits !

Pourtant cer­taines com­munes ont choi­si d’uti­li­ser les gym­nases pour ins­tal­ler leurs bases opé­ra­tion­nelles sani­taires, comme à Baillargues (dans l’Hérault) ! Baillargues - Gymnase transformé en hôpitalEt pour­quoi ?
1 – Pas besoin de réqui­si­tion­ner, ils sont vides (écoles et acti­vi­tés spor­tives fer­mées).
2 – Ils sont dans un péri­mètre immé­diat ou au centre des villes (accès direct).
3 – Ils ont le plus sou­vent un par­king attri­bué (pas besoin d’en amé­na­ger comme à Mulhouse avec des engins de ter­ras­se­ment).
4 – Ils sont déjà clô­tu­rés pour évi­ter les inci­vi­li­tés ou l’u­ti­li­sa­tion pen­dant la nuit par des bandes de jeunes.
5 – Ils ont une hau­teur de pla­fond inté­res­sante pour dis­per­ser l’air vicié, contrai­re­ment à l’exigüe des tentes de l’Armée.
6 – Ils ont une pro­tec­tion aux vents et aux intem­pé­ries bien meilleures.
7 – Ils peuvent être pour­vus de vasis­tas ou fenêtres d’aération pour éli­mi­ner l’air vicié.
8 – Ils ont déjà les sani­taires ins­tal­lés, douches, lava­bos, toi­lettes.
9 – Ils ont éga­le­ment des bureaux pour le per­son­nel et des ves­tiaires pour entre­po­ser le maté­riel médi­cal.
10 – Le gym­nase peut se cloi­son­ner faci­le­ment et créer des box de lits ou de maté­riels ou zone pour per­son­nel sani­taire plus confor­table que dans des tentes.
11 – Un gym­nase doit cer­tai­ne­ment conte­nir plus de 30 lits sur­tout s’il est acco­lé à un autre local d’ac­ti­vi­té spor­tive.
12 – Un gym­nase est facile à net­toyer ou décon­ta­mi­ner : pas de meubles, juste 2 buts de hand­ball à sor­tir ou des tapis et des bal­lons à enle­ver.
13 – Les ves­tiaires existent et sont net­toyés régu­liè­re­ment donc pas de gros pro­blèmes pour assai­nir.

Alors pour­quoi s’emm… à trans­por­ter par avions des tentes mili­taires de cam­pagne pré­vues pour les « Sahel » ou d’autres zones inha­bi­tées ?

Pourquoi faire simple quand on peut faire com­pli­qué ?