Le jour d’après s’organise sans vous : la preuve

« LE JOUR D’APRÈS » annon­cé par le Président de la République dans son allo­cu­tion du 16 mars et repris depuis lors comme les­lo­gan de la moder­ni­té et de la « nou­velle France » annon­cé par le can­di­dat Macron dans son pro­gramme. Dans sa nou­velle allo­cu­tion d’hier, lun­di de Pâques, le Président n’a pas réus­si à res­sus­ci­ter d’entre les morts. Les annonces majeures annon­cées à grand fra­cas ont fait « pschitt » !

Mais de quoi sera donc fait « CE JOUR D’APRÈS » ? Il ne le sait pas !

Écoutons le : « Le gou­ver­ne­ment pré­sen­te­ra d’i­ci 15 jours, sur la base de ces prin­cipes, le plan de L’APRÈS 11 mai et les détails d’or­ga­ni­sa­tion de notre vie quo­ti­dienne », plus loin : « Il est de notre res­pon­sa­bi­li­té de bâtir dès aujourd’­hui des soli­da­ri­tés et des coopé­ra­tions nou­velles. Il nous revien­dra aus­si, dans les pro­chaines semaines, de pré­pa­rer l’APRÈS. » ou encore :« Je revien­drai donc vers vous pour par­ler de cet APRÈS. »

La pro­lon­ga­tion du confi­ne­ment n’a d’autre but que de lais­ser au gou­ver­ne­ment un délai sup­plé­men­taire pour concoc­ter la France nou­velle annon­cée par ce jeune can­di­dat moderne et pro­gres­siste qui se vou­lait ouverte au monde, sans culture et sans fron­tière. Mais pata­tras, ce pro­gramme mis en œuvre s’est grip­pé. Les têtes dé-pen­santes qui ont déci­dé de régir notre ave­nir contre nous sont prises au dépour­vu. Alors elles bottent en touche et s’ef­forcent de gagner du temps.

Mais les Français ne peuvent attendre et n’attendent pas

La France d’a­près se met en œuvre sans vous attendre. Elle est faite de soli­da­ri­té et de proxi­mi­té.

Les Français redé­couvrent leurs res­sources qui étaient écra­sées par une mon­dia­li­sa­tion effré­née. Ils redé­couvrent notam­ment leurs pay­sans, du moins ceux qui ne se sont pas encore sui­ci­dés. Ils découvrent des pro­duits natu­rel­le­ment bio et frais comme ci-des­sous à Saint-Jeannet, sur la rive droite du Var qui n’a pas encore été recou­verte de bitume comme sur l’autre rive.

Nice - Plaine du Var - Ikéa

La rive gauche du Var : toutes les fer­tiles terres agri­coles de la métro­pole Nice – Côte d’Azur sont recou­vertes de bitume et de béton

Mais par­tout en France s’or­ga­nisent éga­le­ment des cir­cuits courts. Allez y ! Re-décou­vrez nos ter­roirs ! Re-décou­vrez nos labo­rieux pay­sans !

Et surtout n’attendez pas « LE JOUR D’APRÈS » que nos politiciens incompétents et manipulateurs nous concoctent en catastrophe dans leurs loges ministérielles parisiennes !

Les paniers de Saint-Jeannet

Plus de ren­sei­gne­ments en cli­quant sur l’i­mage ci-des­sous : 

Massimo Luce