Ma bonne semaine de mauvaise foi (10 mai 2020)

Dimanche 3 mai 2020

Chronique du Kali Yuga

On a sou­vent ici mon­tré les fai­blesses de notre ensei­gne­ment natio­nal et dénon­cé les consé­quences de la baisse inexo­rable et conti­nue du niveau des élèves. Un nou­vel exemple d’une source peu habi­tuelle vient de nous en être four­ni.
Le rap­port du jury de l’édition 2019 du concours externe SAS (com­prendre celui des « secré­taires admi­nis­tra­tifs spé­cia­li­sés » de la DGSE, autre­ment dit les ser­vices de ren­sei­gne­ments fran­çais vient d’être ren­du public. Les can­di­dats sont en géné­ral pos­ses­seurs d’un Master 2, c’est-à-dire au moins Bac + 5. Et pour­tant, selon le jury, le niveau est jugé plus que « moyen », voire « très infé­rieur au niveau atten­du » pour cer­taines options comme « Rédaction, admi­nis­tra­tion géné­rale » ou « Arabe lit­té­ral ». Dans cette der­nière option par­ti­cu­liè­re­ment, aucun can­di­dat n’a été rete­nu ! Ce qui a été recon­nu éga­le­ment, c’est le manque de moti­va­tion des can­di­dats pré­sen­tant des lettres de moti­va­tion très banales et non pré­pa­rées, ain­si qu’une ortho­graphe déplo­rable. Alors si même nos espions sont ava­chis…DGSE logo

Lundi 4 mai 2020

Une fois de plus, qui cherche à pro­fi­ter de la crise ?
Depuis le début du confi­ne­ment, les res­tau­rants, les petits com­mer­çants, les petits ser­vices de res­tau­ra­tion sont fer­més. Qui reste ouvert ? La grande dis­tri­bu­tion, et c’est vers elle que sont obli­gés de se tour­ner les éle­veurs pour écou­ler leur mar­chan­dise.
Selon ces der­niers, elle en pro­fite jus­te­ment pour bais­ser ses prix d’a­chat (alors que beau­coup de témoi­gnages ont mon­tré une aug­men­ta­tion des prix de vente!). Du coup cer­tains éle­veurs bour­gui­gnons ont déci­dé de ne plus vendre leurs bêtes.
Selon la Fédération Nationale Bovine, dans un cour­rier daté 16 avril, le ministre de l’Agriculture a refu­sé d’ins­tau­rer un prix mini­mum payé aux éle­veurs.
Selon les éle­veurs, les prix actuel­le­ment pro­po­sés ne cou­vri­raient que trois quarts des coûts de pro­duc­tion. Chaque bête ven­due serait donc de l’argent per­du. Les éle­veurs ont donc déci­dé de ces­ser d’envoyer leurs bêtes à l’abattoir et de sus­pendre leurs ventes. Est-ce le début d’un bras de fer contre les géants de la dis­tri­bu­tion ?Interbev logo

Mardi 5 mai 2020

Le 5 mai 1981, la France en pleine cam­pagne élec­to­rale pour des pré­si­den­tielles qui allaient son­ner le début d’une fan­tas­tique des­truc­tion des valeurs ayant for­gé notre pays, n’a pas appor­té beau­coup d’at­ten­tion à la mort de Bobby Sands.
Né en 1954 dans une famille catho­lique du com­té d’Antrim, Bobby voit son enfance très for­te­ment mar­quée par les vio­lents affron­te­ments entre les com­mu­nau­tés pro­tes­tante et catho­lique. De fait, il rejoin­dra l’Armée Républicaine Irlandaise en 1972.
Après avoir été arrê­té, il est condam­né pour la pos­ses­sion d’un revol­ver à une peine de 14 ans de pri­son.
Les déte­nus irlan­dais béné­fi­cient d’un sta­tut spé­cial qui sera sup­pri­mé par un décret tra­vailliste en 1976, ce qui va sus­ci­ter un vent de révolte chez les déte­nus, refu­sant de por­ter l’u­ni­forme de « tau­lards », de par­ti­ci­per aux tra­vaux com­muns, etc…
Cette révolte se conti­nue­ra par la grève de la faim de Bobby Sands le 1er mars 1981.
Il en mour­ra le 5 mai, sui­vi par neuf autres déte­nus dans les quatre mois qui sui­virent. À par­tir de ce jour, l’IRA a vu les dons et le nombre de ses membres aug­men­ter sen­si­ble­ment, et une nou­velle vague de vio­lence remar­quable par le dur­cis­se­ment des posi­tions tant des natio­na­listes que des Unionistes com­men­ça.Bobby Sands

Mercredi 6 mai 2020

Un point sur l’é­pi­dé­mie ?
Dans un entre­tien publié à la mi-mars par le maga­zine Fortune, l’envoyé spé­cial de l’OMS, David Nabarro, disait s’attendre à un mil­liard de cas en juin, au rythme actuel. On en est ce jour à 3 667 527. Il en fau­drait donc envi­ron 275 fois plus !!!
Heureusement l’aug­men­ta­tion des chiffres a ten­dance à se sta­bi­li­ser. Mais on aime faire peur aux gens…
Les chiffres sont ici :

Statistiques CoronaVirus Covid19 monde pays

Cliquer sur l’i­mage pour consul­ter les sta­tis­tiques actua­li­sées

Jeudi 7 mai 2020

La fin de l’Euro ? Grâce à l’Allemagne ?
On a très lar­ge­ment accu­sé Mario Draghi, pré­dé­ces­seur jusqu’à fin 2019 de la Française Christine Lagarde à la tête de la Banque Centrale Européenne, d’avoir assé­ché les fonds de pen­sion garan­tis­sant les retraites (par l’effet de la baisse des taux), vidé les livrets des petits épar­gnants alle­mands (pour la même rai­son) et mis au bord de la faillite le sys­tème ban­caire alle­mand. Rien que ça ! Méfions-nous que cela n’ar­rive pas en France.
Mais tout cela était-il jus­ti­fié ? En d’autres termes plus tech­niques, les objec­tifs de poli­tique moné­taire n’é­taient-ils pas dis­pro­por­tion­nés par rap­port aux effets de poli­tique éco­no­mique et bud­gé­taire résul­tant du pro­gramme ?
La BCE a donc trois mois pour prou­ver le bien fon­dé de ses actions. À défaut de la démons­tra­tion requise, la Bundesbank, banque cen­trale alle­mande, devra ces­ser de « par­ti­ci­per à la mise en œuvre et à l’exécution des déci­sions de la BCE ».
Cette déci­sion inquiète de nom­breuses per­son­na­li­tés euro­péennes, comme notre ministre de l’é­co­no­mie Bruno Le Maire qui craignent une faille dans la cohé­sion de la zone Euro.Euro

Vendredi 8 mai 2020

La pré­fec­ture de Paris a publié un tweet concer­nant une audio-confé­rence entre le pré­fet de police Lallement et les maires d’ar­ron­dis­se­ment. Rien que de très banal. Oui, mais… le gra­phiste char­gé de l’illus­tra­tion du mes­sage a orné le pré­fet d’une cas­quette arbo­rant une « fran­cisque », sym­bole par­fois oublié du régime de Vichy.
Les inter­nautes ayant rapi­de­ment réagi, le mes­sage a vite dis­pa­ru des réseaux, mais les copies d’é­cran furent heu­reu­se­ment nom­breuses.tweet Préfecture police Paris casquette francisque

Petit rap­pel his­to­rique : la Francisque fut une déco­ra­tion créée le 26 mai 1941 pour récom­pen­ser les ser­vices ren­dus à l’État fran­çais ou à son chef, le maré­chal Pétain. Le titu­laire de cette déco­ra­tion prê­tait le ser­ment sui­vant :
« Je fais don de ma per­sonne au maré­chal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m’en­gage à ser­vir ses dis­ci­plines et à res­ter fidèle à sa per­sonne et à son œuvre. »
Un peu plus de 2 600 per­sonnes furent déco­rées de cet ordre, dont beau­coup occu­pe­ront sous la IVe et la Ve Républiques des fonc­tions remar­quables, dont la plus impor­tante fut sans doute François Mitterrand, Président de la République de 1981 à 1995, déco­ré par le Maréchal avec le numé­ro 2 202.Francisque

Samedi 9 mai 2020

Pour finir cette période de confi­ne­ment, puisque nor­ma­le­ment, lun­di nous aurons retrou­vé un sem­blant de liber­té, je vous pro­pose deux exemples de l’ab­sur­di­té de cette situa­tion ubuesque d’en­fer­me­ment.
Tout d’a­bord une vidéo qui montre un héli­co­ptère de la gen­dar­me­rie obli­geant un pro­me­neur abso­lu­ment seul sur une plage à quit­ter celle-ci. Vu la dan­ge­ro­si­té de la situa­tion on se demande bien si l’in­di­vi­du n’a­vait pas obtem­pé­ré, les gen­darmes auraient tiré ?

On est pas bien là ?

Gepostet von Fred Galland am Freitag, 24. April 2020

Ensuite, une blague réa­li­sée par un habi­tant de Carnon dans l’Hérault. Les gen­darmes sont venus ver­ba­li­ser une femme se tenant sur la plage de la commune.Ce n’est qu’en arri­vant exac­te­ment sur place qu’ils se sont aper­çus qu’il s’agissait en fait d’une pou­pée gon­flable.

POLICE PRANK : une pou­pée trans­gresse le confi­ne­ment

😎 Poupée gon­flable vs. poli­tique répres­sive 😂La scène se passe à la plage de Carnon dans l’Hérault. Un beau pied de nez à l’absurdité des mesures répres­sives et infan­ti­li­santes choi­sies par l’Etat pour endi­guer l’épidémie de covid.En France, plus d’1 mil­lion d’amendes ont été dres­sées depuis le confi­ne­ment avec sou­vent le double ou le triple par rap­port à la moyenne dans les quar­tiers popu­laires alors qu’on se décon­fine tout autant voire plus dans les quar­tiers riches (cf. Montmartre, 16e arr de Paris, etc). Le constat est sans appel : l’Etat a dis­tri­bué plus d’a­mendes que de tests ! Dès le début des alertes avaient dénon­cé le concept même d’attestation comme une infan­ti­li­sa­tion et un choix poli­tique uni­que­ment basé sur le répres­sif au détri­ment de la res­pon­sa­bi­li­té et de la dif­fu­sion auto­nome de bonnes pratiques.Cependant, face au grand nombre d’abus de poli­ciers zélés, des groupes et des avo­cats ont éla­bo­ré un pro­ces­sus de contes­ta­tion des amendes tan­dis que d’autres comme Raphaël Kempf ont aus­si « dénon­cé l’Etat d’urgence sani­taire pour ce qu’il est : une loi scé­lé­rate »video : Jane Kozlowski

Gepostet von Cerveaux non dis­po­nibles am Sonntag, 3. Mai 2020

Deux exemples par­mi des dizaines qui montrent bien l’ab­sur­di­té de cette période d’en­fer­me­ment volon­taire (cer­tains en rede­mandent) qu’ont connue les Français depuis le 17 mars, au mépris de toute légis­la­tion qui sti­pule que la pri­va­tion de liber­té ne peut être exi­gée que sur une déci­sion de jus­tice

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain, enfin libres !

Patrice LEMAÎTRE