La vérité est têtue

29 août 2020 | 6 Commentaires 

Enfin… de plus en plus de médecins osent s’exprimer

Exaspéré, le Dr Dominique Rueff, méde­cin can­nois, spé­cia­liste en méde­cine géné­rale et can­cé­ro­lo­gie a par­ta­gé ce mes­sage d’un de ses confrères, le Dr Louis Fouché via Facebook [source] :

Bonjour à tous,

À quoi joue le gou­ver­ne­ment ?
À quoi jouent les médias ?
À quoi jouent les méde­cins ?
Quand réagi­rons-nous ?
Je lance ici un appel aux méde­cins, phar­ma­ciens, soi­gnants et admi­nis­tra­tifs de l’AP-HM de bonne volon­té.
Il faut arrê­ter l’instauration et la péren­ni­sa­tion de lois d’exception liber­ti­cides.
Depuis quand le gou­ver­ne­ment se donne t‑il le droit de déci­der de ce que les méde­cins peuvent pres­crire ?
Pourquoi les gens doivent-ils encore por­ter un masque aujourd’hui ? Pourquoi leur inter­di­sait-on d’en ache­ter quand c’était utile ?
Pourquoi les phar­ma­ciens n’ont-ils pas eu le droit de vendre des masques quand c’était utile ?
Ce sont désor­mais les super­mar­chés qui le peuvent avec la com­pli­ci­té de l’État et de ses forces de répres­sion ?
Ceux qui constatent l’écart crois­sant entre le réel et la nar­ra­tion média­tique et poli­tique se doivent de réagir.
Ceux qui savent lire et inter­pré­ter sans peur des courbes épi­dé­miques se doivent de par­ler en masse et de ne pas lais­ser seul l’IHU dans cette bataille.
Il n’y a pas de seconde vague.
Nous ne sommes depuis bien long­temps plus en situa­tion épi­dé­mique selon les défi­ni­tions habi­tuelles des stan­dards d’épidémie pour la grippe (plus de 150 cas/​j/​100000 habi­tants).
Cette défi­ni­tion a été chan­gée tout bon­ne­ment pour la COVID dans un but qui nous échappe.
Le réel est rem­pla­cé par une nar­ra­tion dou­teuse. Les « infor­ma­tions » dif­fu­sées par les médias sont désor­mais décor­ré­lées de la réa­li­té sani­taire.
Les courbes épi­dé­miques sont inter­pré­tées de manière fal­la­cieuse.
L’État aurait-il modi­fié les seuils épi­dé­miques habi­tuels pour main­te­nir un dis­cours alar­miste et jus­ti­fier des res­tric­tions de liber­té ?
Les nou­veaux cas sont bénins.
Ils sont à la hausse du fait de l’incrémentation du nombre des tests.
C’est très ras­su­rant quant à la béni­gni­té de l’infection au final.
Nous n’avons pas consta­té en avril le déno­mi­na­teur des cas totaux faute de pou­voir tes­ter comme le bon sens nous le recom­man­dait.
Aujourd’hui nous tes­tons de manière qua­si sys­té­ma­tique sans rap­port avec une quel­conque symp­to­ma­to­lo­gie.
Nous trou­vons sim­ple­ment ce que nous nous sommes inter­dits de voir en mars, avril et en mai : le déno­mi­na­teur et la foule des cas bénins.
Tous les par­ti­sans de la thèse de l’immunité col­lec­tive devraient s’en réjouir.
Les hos­pi­ta­li­sa­tions en réani­ma­tion, les hos­pi­ta­li­sa­tions et les décès ne font que bais­ser ten­dan­ciel­le­ment !
Nous nous devons de sor­tir des pola­ri­sa­tions poli­tiques qu’on a vou­lu infli­ger au débat.
Nous devons retour­ner à des argu­ments de bon sens : médi­caux en pre­mier, scien­ti­fiques en second.
Merci à Jean-François Toussaint, à Alexandra Henrion-Caude, à Jean-Dominique Michel, à Didier Raoult, à Philippe Parola, à Jean Christophe Lagier, à Christian Perronne et à tous les autres héros que j’oublie.
La Science, la méde­cine et la poli­tique sont ter­nies de tant de conflits d’intérêt et de cor­rup­tions.
Le « Nous » de nos conci­toyens va mal. Nous devons réin­for­mer et réou­vrir l’espace du dia­logue et du débat quand il se ferme.
Il y a aujourd’hui plus de morts quo­ti­diens de sui­cide que de COVID.
Les soi­gnants doivent réagir.
Nous devons libé­rer nos conci­toyens. Veiller à leur san­té. Nous avons tous prê­té ser­ment !
Chaque jour, il meurt en moyenne en France 1671 per­sonnes selon Santé publique France :
419 per­sonnes de mala­dies car­dio vas­cu­laires /​460 de can­cers /​110 morts de mala­dies res­pi­ra­toires /​27 de sui­cides /​10 morts d’accidents de la route /​
Pour la COVID-19 : sur les 15 pre­miers jours d’août une moyenne de 8,3 morts hos­pi­ta­liers /​jour.
Je ne compte pas les morts en Ehpad puisque nous ne savons pas de quoi ils sont morts. Vous consta­te­rez avec le sou­rire que du 1er au 15 août, 10 per­sonnes auraient d’ailleurs res­sus­ci­té selon le cumul des morts en Ehpad.
Nous sommes deve­nus fous ?!
Merci à tous ceux qui vou­dront nous rejoindre pour que l’AP-HM se réveille du mirage et agisse.
Merci à tous ceux qui ne sont pas d’accord et qui vou­dront renou­ve­ler l’espace du débat pour une dis­cus­sion cour­toise et construc­tive.
Bien confra­ter­nel­le­ment,

Louis Fouché
Praticien hos­pi­ta­lier
Centre Interrégional des Brûlés de la Méditerranée

La véri­té est têtue. Faut-il y voir les limites de la grande mani­pu­la­tion mas­quée qui ne pour­ra ad vitam fonc­tion­ner sur des men­songes ? L’avenir le dira.

6 Commentaires 

  1. J’approuve tota­le­ment toutes ces remarques et il est temps que tous les méde­cins éveillés et res­pec­tueux du ser­ment d’Hippocrate osent se ral­lier de façon natio­nale pour dénon­cer tous les men­songes poli­­ti­­co-média­­tiques qui entre­tiennent la peur, qui imposent un port du masque à nos enfants ce qui relève de la mal­trai­tance, un port du masque en exté­rieur ce qui est tota­le­ment déli­rant, un port du masque tout court dont il n’y a aucune preuve scien­ti­fique actuelle du béné­fice compte-tenu de la fin de l’é­pi­dé­mie qui a déjà com­men­cé depuis le mois de juin…
    Retrouvons nos liber­tés de res­pi­rer, de com­mu­ni­quer, et de sou­rire… entre autres.
    Pour info l’ac­tion en jus­tice sur le droit de pres­crire menée par My SmartCab avo­cats (« n’ou­blions rien ») a eu pour effet un décret du 11 juillet qui auto­rise de nou­veau les méde­cins à pres­crire l’hy­droxy­chlo­ro­quine en ville et oblige les phar­ma­ciens à déli­vrer cette pres­crip­tion qui reste mal­gré tout hors AMM aux frais du patient ; cette infor­ma­tion semble-t-il n’a pas été dif­fu­sée lar­ge­ment au corps médi­cal…
    Une autre action en jus­tice contre le port du masque est en cours avec les mêmes avo­cats dans le cadre de « agir ensemble » dont voi­ci le site Internet :
    https://agir-ensemble.eu/respirer-librement/.
    Soyez nom­breux à les sou­te­nir et rapi­de­ment car le recours doit être dépo­sé avant demain le 10 09…
    Bien confra­ter­nel­le­ment.

    Répondre
  2. Manifestez pour la LIBERTE DE TUER les autres. On s’en lalec” des autres, qu’ils crevent, de toutes facons ils cre­ve­ront bien un jour, alors autant que ce soit fait tout de suite. Vive la Covid et à mort les viocs et inutiles

    Répondre
  3. Oui, je suis d accord aus­si…
    Pourquoi les mes­sages des méde­cins et de la popu­la­tion, CONTRE ces obli­ga­tions de port du masque, ne sont pas plus dif­fu­sés que ça dans les médias ?
    Pourquoi le gou­ver­ne­ment n’en tient pas compte ?
    Comment peut on obli­ger les enfants dans les écoles à por­ter le masque et se dis­tan­cier…
    Je suis en colère car les rai­sons ne sont pas aus­si belles et huma­nistes que ceux qui nous les imposent osent le dire…
    Je dis ce que je pense mais si jamais dans le cadre de mon tra­vail, j’ai un contrôle, je sau­rais d’où ça vient…
    On en repar­le­ra…

    Répondre
  4. Que le virus cir­cule ne fait aucun doute mais, de tous temps, il y a eu des virus létaux et des fac­teurs de risque mor­tels dans tous les domaines de la vie quo­ti­dienne, par­tout dans le monde. Maintenant que les hôpi­taux ne sont plus sur­char­gés pour­quoi impo­ser d’une manière uni­forme à tout le monde et par­tout une pseu­­do-pro­­tec­­tion qui va à l’en­contre de la liber­té indi­vi­duelle (même com­bat pour le port obli­ga­toire de la cein­ture de sécu­ri­té en voi­ture)? Que ceux qui veulent le mettre le mettent et que ceux qui ne veulent pas le mettre ne le mettent pas. C’est aus­si simple que cela.

    Répondre
  5. Merci pour votre révolte si bien expri­mée !
    Oui les méde­cins, le per­son­nel hos­pi­ta­lier, les phar­ma­ciens doivent réagir !
    Les médias aus­si !
    En tant que simple citoyenne, j’ai­me­rais par­ti­ci­per à cette révolte mais com­ment faire à part trans­mettre votre mes­sage (et des vidéos aus­si).
    Les gens sont tel­le­ment dans la peur qu’ils refusent même de regar­der ce qui n’est pas conforme aux direc­tives de l’État, c’est grave et vou­lu !
    Il faut espé­rer qu’il y ait de plus en plus de méde­cins qui s’in­surgent comme vous le faites !
    Un grand mer­ci à vous

    Répondre
    • les patients en réani­ma­tion sont pas­sés de 8 à 41 dans les bouches du rhône en quelques jours, pour une mala­die bénigne, vous repas­se­rez.
      41 c’est le chiffre le + éle­vé de tous les dépar­te­ments fran­çais après Paris où il y en a 42

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code