Conflans, et après ?

17 octobre 2020 | 8 Commentaires 

Vendredi soir 17 octobre, une soixan­taine de mani­fes­tants défile à Saint-Étienne, dans la Loire, en réac­tion au dis­cours d’Emmanuel Macron sur le sépa­ra­tisme isla­miste il y a deux semaines. Selon les par­ti­ci­pants, le gou­ver­ne­ment encou­rage l’is­la­mo­pho­bie et même y par­ti­cipe : « C’est Emmanuel Macron qui sépare les Français, au lieu d’a­pai­ser la socié­té comme devrait le faire un pré­sident. La laï­ci­té est ins­tru­men­ta­li­sée jus­qu’à la détes­ta­tion. »

Aïcha, une des par­ti­ci­pantes, se lâche : « Deuxième, troi­sième géné­ra­tion, on est chez nous. Et on peut être Français et musul­man, comme on peut être fran­çais et juif, catho­lique ou boud­dhiste ».

À quelques cen­taines de kilo­mètres de là, Conflans St Honorine, Aboulakh, 18 ans, né à Moscou d’o­ri­gine tchét­chène, vient de déca­pi­ter Samuel Paty, un jeune pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie, en pleine rue. Samuel Paty

Le temps de par­cou­rir 200 m et de chan­ger ain­si de com­mune, le musul­man est rat­tra­pé par les agents de la BAC qui ouvrent le feu et le ren­voient au para­dis d’Allah.

Vous sau­rez tout sur cet énième fait divers (on parle de la 259e vic­time…) sur les chaînes de télé­vi­sion et les jour­naux, qui vont bla­bla­ter toute la jour­née. Une énième fois, on va se plaindre et dire que l’on va réagir. Slogans stu­pides, phrases creuses, tout y est déjà, à l’exemple de cette pan­carte bran­die par des ensei­gnants : vieille resu­cée du slo­gan qui fit for­tune après les atten­tats de Charlie Hebdo. Je suis enseignant

« Je suis ensei­gnant », et en tout petit, comme si on s’en excu­sait, « #je défends la liber­té d’ex­pres­sion » ! Ne manquent que les bou­gies et les nounours.

Les profs oublient trop sou­vent qu’a­vant d’en­sei­gner la laï­ci­té, ils ont pen­dant des années pri­vi­lé­gié et ensei­gné le « Vivre ensemble » comme on le leur deman­dait. Le chef de l’État, lui, y est allé de ses for­mules guer­rières de sol­dat de plomb, affir­mant tel Joffre et Pétain devant Verdun : « Ils ne pas­se­ront pas ! »

Oui mais… le chef de l’État était sans doute tour­né dans le mau­vais sens. Ce qu’il voyait devant lui, était en réa­li­té der­rière. Cela fait long­temps « qu’ils » sont pas­sés, et il n’a rien vu.


Au jour­nal télé­vi­sé de midi, l’i­né­nar­rable Pelloux, l’ur­gen­tiste de Charlie, déplore que les pre­mières vic­times de ces ter­ro­ristes sont les musul­mans eux-mêmes. Défense de rire.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, affirme qu’il fera tout pour « défendre » les ensei­gnants. Il va les armer ? Leur four­nir des minerves en titane pour évi­ter la déca­pi­ta­tion ? Il devrait com­men­cer par les écou­ter… Ou bien les iso­ler de cette dépu­tée Modem, Michèle de Vaucouleurs, qui n’hé­site pas à décla­rer que l’en­sei­gnant d’his­toire-géo a pro­vo­qué « par sa mal­adresse » sa déca­pi­ta­tion, ayant eu « la mau­vaise idée de mon­trer les cari­ca­tures de Mahomet ».

On accuse évi­dem­ment les réseaux sociaux, qui ne cen­surent pas cer­tains pro­pos ou cer­taines images trop « crues » pour des ado­les­cents, et qui les inci­te­raient à se radi­ca­li­ser. Pas faux, mais les réseaux sociaux sont tel­le­ment occu­pés à cen­su­rer tout ce qui pour­rait favo­ri­ser la réélec­tion de Trump…

Les poli­tiques y sont tous allés du même refrain, la main sur le cœur et la bouche en cul-de-poule

« Il faut agir » pour ceux de droite. « Il faut se ras­sem­bler » pour ceux de gauche, y com­pris les « Insoumis » qui clament à lon­gueur d’an­née la plus grande tolé­rance à l’é­gard de l’is­lam. Et puis ?

Cela fait plus de vingt ans qu’on nous bas­sine avec les mêmes his­toires, plus de vingt ans que l’on prône le même sur-place. Le ministre de l’Éducation a décla­ré que c’é­tait un atten­tat contre « la laï­ci­té ». Ce qui prouve le degré de capa­ci­té d’a­na­lyse de la caste qui nous gouverne… 

Non, ce n’est pas la laï­ci­té qui est visée, mais le pays entier tant qu’il se refu­se­ra à une domi­na­tion musul­mane totale.

Regardez le chan­ge­ment opé­ré en trente ans, il reste peu de che­min à par­cou­rir pour que les musul­mans arrivent à leur but.

Pourquoi ne par­vient-on pas à conte­nir la conquête isla­mique ? Pourquoi la jus­tice ne condamne t‑elle pas à l’exil sur une terre maho­mé­tane, tout musul­man tenant des pro­pos non conformes avec notre culture, que ce soit au sujet de l’a­li­men­ta­tion, de l’es­prit cri­tique, de la place des femmes, de l’art.Sondage musulmans France

Alors, M. Macron, une idée toute simple pour vaincre ce sépa­ra­tisme que vous « blâ­mez », vous qui aimez les chartes, les confé­rences : que chaque musul­man de France s’en­gage par écrit et devant la jus­tice, à res­pec­ter toutes les lois et les cou­tumes des Français, sans jamais leur en impo­ser d’autres qui leur soient étran­gères. À défaut, plus de natio­na­li­té fran­çaise, plus d’aides sociales et billet aller simple pour le pays musul­man de leur choix.

Et pour reve­nir à Aïcha que je citais au début de mon article, « on peut être fran­çais et juif, catho­lique, ou boud­dhiste ». Oui, mais on ne peut être fran­çais et musul­man si le fait d’être musul­man prime sur le fait d’être fran­çais. Que cela plaise ou non.

Patrice LEMAÎTRE

8 Commentaires 

  1. Un Mahomettan a vou­lu fêter l’aïd avant les autres cette année.
    Pour cela un ensei­gnant, qui n’est ni un héros, ni un saint, s’est fait déca­pi­ter pour avoir mon­tré à ses élèves des pseu­do cari­ca­tures d’un guer­rier conqué­rant que des sara­zins confondent avec un pro­phète.
    Le plus éton­nant est l’é­ton­ne­ment, la sidé­ra­tion des Français, sur­tout lorsque l’on sait que notre peuple, sous l’é­gide de nos rois, a tou­jours su conte­nir et même éclai­rer le monde ara­­bo-musul­­man, car nos anciens, très catho­liques, savaient jau­ger les héré­sies meur­trières. Jamais sous nos rois la moindre mos­quée n’é­tait tolé­rée trop long­temps sur notre sol sacré, ou même la pré­sence d’autres sectes, hor­mis vers la fin les franc-maçons mal­heu­reu­se­ment, dont nous consta­tons à pré­sent les méfaits les plus mor­bides.
    La République est par essence, nais­sance et des­ti­née ANTI-CATHOLIQUE, alors que la France est CATHOLIQUE par nais­sance, essence et des­ti­née. Si elle ne l’é­tait plus du tout, elle mour­rait tout à fait. Ouverte aux quatre vents, notre nation subit toutes les inva­sions idéo­lo­giques et migra­toires jus­qu’à la dépos­ses­sion totale de notre sou­ve­rai­ne­té et de nos liber­tés.
    Pourquoi S’ÉTONNER donc d’un acte, deve­nu si banal aujourd’­hui chez nous, et davan­tage encore dans le monde isla­mique, com­man­dé dans le coran, confir­mé depuis plus de 13 siècles par les faits et gestes des maho­met­tans eux-mêmes ?
    On juge un arbre à ses fruits. Quels sont ceux des islams ?
    La majo­ri­té des musul­mans ignore à peu près tout sur l’is­lam. C’est lors­qu’ils s’y inté­ressent qu’ils peuvent deve­nir dan­ge­reux.
    Sur 6300 ver­sets conte­nus dans le Coran des sun­nites, plus de 300 parlent de tuer ou com­battre. 5 au moins d’entre eux sont même des injonc­tions à TUER, dont la sou­rate 9–29 qui com­mande de « tuer les Juifs et les Chrétiens jus­qu’à ce qu’ils s’hu­mi­lient et versent la dhim », sou­rate chro­no­lo­gi­que­ment der­nière abro­geant les pre­mières, confor­mé­ment à la plu­part des écoles juri­diques sun­nites.
    Et c’est auto­ri­sé chez nous, dans le Royaume de France ! La République est com­plice.
    Il est d’ailleurs à parier que les déci­sions poli­tiques qui vont être prises seront absurdes, inef­fi­caces et liber­ti­cides, comme pour contrer la COVID. D’ailleurs la COVID est beau­coup moins meur­trière et dan­ge­reuse que les islams et les faux remèdes répu­bli­cains qui don­ne­ront pré­texte à s’at­ta­quer encore un peu plus à l’âme de la France, sa vraie reli­gion, sa foi catho­lique et sa sou­ve­rai­ne­té et nos liber­tés.
    Prions ET TEMOIGNONS avec cou­rage et VÉRITÉ pour la conver­sion de tous, Républicains, musul­mans,…
    Pas un ver­set du Nouveau Testament n’ap­pelle au meurtre, à l’ins­tar d’ailleurs du Christ.

    Répondre
  2. La majo­ri­té des musul­mans ignorent à peu près tout sur l’is­lam. C’est lors­qu’ils s’y inté­ressent qu’ils peuvent deve­nir dan­ge­reux.
    Sur 6300 ver­sets conte­nus dans le Coran des sun­nites, plus de 300 parlent de tuer ou com­battre. 5 au moins d’entre eux sont même des injonc­tions à TUER.
    A l’in­verse, les Évangiles sont dénués de tout appel au meurtre. Ils sont même l’ab­so­lu oppo­sé de la mort. En cela ils sont source de civi­li­sa­tion et de la vraie Religion catho­lique.
    Lorsqu’un chré­tien assas­sine, il le fait en désac­cord total avec les Evangiles, et donc pas en tant que catho­lique ou chré­tien.
    Lorsqu’un musul­man tue, il le fait au nom de l’is­lam : Allahu akbar !

    Répondre
  3. On est d’ac­cord : si l’is­lam était fran­­co-com­­pa­­tible, il fau­drait et il suf­fi­rait (comme en mathé­ma­tiques) qu’il n’existe pas de dérives, de déra­pages, ie de cha­ria, de taquia, de sec­ta­risme et de nature poli­tique dans cette reli­gion.
    Comme dans le judaïsme, voire le boud­dhisme.
    Or, il n’en est rien ; il s’a­git bien d’une reli­gion de guerre et de conquête à la base. Bien sûr qu’il y a des modé­rés.
    On garde les modé­rés qui res­pectent la Nation d’ac­cueil et on expulse les autres, TOUS les autres sauf repen­tance de leur part (à sur­veiller bien évi­dem­ment).
    Le chré­tien­té est notre socle, notre civi­li­sa­tion. De très nom­breux fidèles sont morts à défendre notam­ment le catho­li­cisme.
    NE SABORDONS PAS NOTRE HISTOIRE.

    Répondre
  4. Aujourd’hui nona­gé­naire j’ai vécu (de qua­trième géné­ra­tion) trente deux ans en Algérie au contact de toutes les couches de sa popu­la­tion.
    J’y ai acquis des expé­riences tout a fait en adé­qua­tion tant avec la poro­si­té du peuple algé­rien à l’is­lam que de l’in­fluence syn­di­cale au sein de l’é­du­ca­tion natio­nale.
    Ces tranches de vie ne s’en­seignent pas au sein de tous les cur­sus fussent-ils les plus pres­ti­gieux. Nos diri­geants sont certes pour une part titrés mais ont ils en rela­tion avec ces der­niers LES QUALITES cor­res­pon­dantes qui ont fait l’ex­pres­sion TITRES ET QUALITES.
    Ils sont au mieux de la géné­ra­tion RESPONSABLES (et encore!!) MAIS PAS COUPABLES.
    Comme au plan gas­tro­no­mique nos actuels étu­diants, colonne ver­té­brale de demain, sont de la géné­ra­tion MAC DO

    Répondre
  5. Il faut que quel­qu’un dise que l’Éducation natio­nale est en pointe sur l’in­té­gra­tion au for­ceps de l’is­lam à la République. Le but étant de finir d’a­néan­tir l’Église catho­lique. Tous les livres sco­laires ont été réécrits afin d’être isla­mo­com­pa­tibles. Nos gamins sont gavés de pro­pa­gande sur le Vivre Ensemble, l”«antiracisme », les bien­faits du cos­mo­po­li­tisme et du métis­sage.
    Les ensei­gnants sont les pre­miers à défi­ler pour régu­la­ri­ser les sans-papiers et à bran­dir les ban­de­roles « Welcome Refugees ».
    Voilà où cela nous mène.
    Peut-être qu’ils com­men­ce­ront à réflé­chir parce que là ils ont sen­ti le vent du boulet.

    Répondre
  6. Pour être un peu plus com­plet sur l’affaire :
    Deux faits autour de la déca­pi­ta­tion de #SamuelPaty, dont on parle trop peu :

    En 2011, l’ad­mi­nis­tra­tion fran­çaise a refu­sé le sta­tut de réfu­gié à la famille du ter­ro­riste. La JUSTICE est inter­ve­nue et a contré la déci­sion. Le meur­trier a donc tran­quille­ment obte­nu sa carte de séjour à sa majo­ri­té en 2020. Sinon, toute la famille aurait dû déga­ger dès 2011.

    Si la jus­tice rouge n’é­tait pas inter­ve­nue pour appli­quer son agen­da pro-migrant, Paty serait tou­jours en vie. Dupont-Moretti peut aujourd’­hui décla­rer que la France n’est pas un coupe-gorge.… L’expression vaut son pesant de cacahuètes…

    Une semaine avant le drame, la prin­ci­pale du col­lège a deman­dé à un ins­pec­teur de venir rap­pe­ler a Paty « les règles de laï­ci­té et de neu­tra­li­té ». La rec­trice s’apprêtait à sanc­tion­ner le pro­fes­seur. Autrement dit, la pro­tec­tion de la liber­té d’en­sei­gner, sans cen­sure ne pesait pas bien lourd devant la trouille de la réac­tion musul­mane, de la part de la prin­ci­pale et de l’au­to­ri­té aca­dé­mique. Blanquer a beau jeu de vou­loir faire croire le contraire aujourd’­hui. Qui sait ce qu’il se passe dans d’autres éta­blis­se­ments, sans avoir, heu­reu­se­ment, d’is­sue aus­si tragique.

    Répondre
    • La connais­sance de l’is­lam et spé­ci­fi­que­ment des injonc­tions civiques du Coran que nulle part les diri­geants actuels n’ont apprises et n’ont vu dans les musul­mans que des élec­teurs comme les autres.
      La sinistre actua­li­té per­met une réflexion : Conflans Saint Honorine était de longue date (années 50) un ter­reau pour de telles actions. A l’é­poque son maire était membre actif du RESEAU JEANSON qui autres acti­vi­tés col­lec­tait des fonds pour ache­ter des armes a la rébel­lion algérienne.

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code