Le sourire kabyle

2 novembre 2020 | Aucun com­men­taire

Le sourire kabyle pour voler l’Algérie hier, pour voler la France aujourd’hui

Le sou­rire kabyle était le nom don­né par les mili­taires aux assas­si­nats per­pé­trés au cou­teau par le FLN pen­dant la guerre d’Algérie ; consis­tant à égor­ger le rou­mi d’une oreille à l’autre. Quand ces assas­sins ne lui cou­saient pas la bouche de leurs vic­times de ses organes. Cette tra­di­tion, bar­ba­resque et bar­bare, s’est expor­tée aujourd’­hui, sur la terre de France. Après l’in­dé­pen­dance de l’Algérie obte­nue par le FLN en 1963 le Kassaman a été offi­ciel­le­ment adop­té comme hymne natio­nal. Cet extrait des paroles est expli­cite, nous avons bien été prévenus ! 

« … Ô France ! Le temps des palabres est révo­lu
Nous l’a­vons clos comme on ferme un livre.
Ô France ! Voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
Prépare toi ! Voici notre réponse… »

En effet, voi­là donc leur réponse. Les comptes se règlent au hachoir de cui­sine. Un demi-siècle plus tard, la ran­cune est tenace et a fait tache d’huile de palme. C’est main­te­nant tout le monde musul­man qui exècre les Français : 1,8 mil­liard, 24% de la popu­la­tion mon­diale ; ça en fait des ennemis.

De la Turquie du calife Erdogan au Koweït, du Maroc au Pakistan.

Macron-haine-musulmans

Ici au Bengladesh

La déca­pi­ta­tion récente de Samuel Paty nous a rap­pe­lés à ces nom­breux sou­ve­nirs que les médias s’empressent de faire dis­pa­raître, une fois les bou­gies éteintes et les nou­nours par­tis à la benne.

Un petit rap­pel, non exhaus­tif :
• 2015, Yassin Salhi, musul­man, déca­pite son patron Hervé Cornara et accroche son tro­phée sur un grillage dans l’Isère. L’image est insou­te­nable.
• 2016, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, musul­mans, égorgent en pleine messe le père Hamel, âgé de 86 ans.
• 2016, Larossi Abballa, musul­man, égorge un couple de poli­ciers à Magnanville, devant leur enfant de 3 ans.
• 2017, Ahmed Hanachi, musul­man, mas­sacre Laura et Mauranne, toutes deux âgées de 20 ans, gare St Charles, à Marseille.
• 2018, Radouane Lakdim, musul­man, tranche la gorge du lieu­te­nant-colo­nel Beltrame au Super‑U.

Si ces exemples ont pu béné­fi­cier (si j’ose dire) d’une large cou­ver­ture média­tique, pour Adrien Perez, il aura fal­lu deux jours aux grands médias sou­mis pour réagir, après que les réseaux sociaux se sont empa­ré de l’af­faire et leur forcent la parole. Impossible alors de mettre la pous­sière sous le tapis de prière musul­mane. Younes et Yanis, musul­mans sont identifiés.

Si l’on se donne la peine de s’in­for­mer un peu en par­cou­rant les presses quo­ti­diennes régio­nales, on s’a­per­çoit vite que ces attaques au cou­teau sont quo­ti­diennes.

Attaques couteau - Béziers

Campagne de sen­si­bi­li­sa­tion lan­cée par la muni­ci­pa­li­té de Béziers

Des centaines par an !

Et ce, depuis des années. Bien avant Samuel Paty. Bien avant le sacris­tain de Nice !

Dans la presse, les vic­times n’é­taient jamais égor­gées mais frap­pées au cou ou toute autre péri­phrase adou­cis­sante. Les temps ont chan­gé, on parle bien aujourd’­hui, si ce n’est de sou­rire kabyle, de DÉCAPITATION ! On pro­gresse, merci.

Par contre, le suri­neur n’est jamais iden­ti­fié, Padamalgam oblige.

Il ne faut sur­tout pas « don­ner le nom de l’assassin » estime ce psy­chiatre azu­réen après l’at­ten­tat à Nice.[source]

Seules les vic­times ont droit aux gros titres. Mais c’est trop tard.

La peur des mots est une totale sou­mis­sion à la reli­gion de la sou­mis­sion à Allah. Paradoxe dans notre pays qui s’af­fiche laïc ou athée, en réa­li­té anti-chrétien.

Dans notre France maçon­nique, on ne touche pas à Charlie-Hebdo.

https://www.nicematin.com/faits-divers/il-ne-faut-surtout-pas-donner-le-nom-de-lassassin-estime-ce-psychiatre-azureen-apres-lattentat-a-nice-595242

Mauel Valls, alors pre­mier ministre, arbo­rant Charlie Hebdo dans la cour de l’Élysée ((14 jan­vier 2015)

Macron s’est mis en colère, non mais ! Il s’est mis à dos le reste du monde, musul­man. Bêtise contre bêtise : d’un côté on ne touche pas à Allah, de l’autre on ne touche pas à Charlie.

En même temps, chaque jour les Français, Charlie bien mal­gré eux, désar­més, conti­nuent à se faire sai­gner. Incapable de res­tau­rer la sécu­ri­té, le gou­ver­ne­ment, à se deman­der s’il n’est pas com­plice, se contente de maquiller les sta­tis­tiques, de cacher l’identité des cri­mi­nels et de mettre le cou­vercle sur un maxi­mum de crimes et d’informations.

Dans les faits, rien n’est entrepris qui pourrait endiguer la Dictature en Marche du Grand Remplacement

Aucune mesure, au mini­mum judi­ciaire, n’est prise pour pro­té­ger les Français. Pas d’ex­pul­sions de masse et des peines de pri­son sym­bo­liques pour ceux des délin­quants qui finissent par pas­ser en jus­tice. Le fichier S n’est qu’un trom­bi­no­scope inutile. Tout juste ferme-t-on une mos­quée (six mois) ou invi­tons à repar­tir, s’il le veut bien, un imam par­ti­cu­liè­re­ment vindicatif.

Eric Ciotti, pré­sident du conseil dépar­te­men­tal des Alpes mari­times, évoque la néces­site d’un Guantanamo à la fran­çaise. Sans blague, on croit rêver !

En atten­dant, pré­pa­rez les nou­nours et les bougiesAttentats bisounours

et tro­quez vos masques contre des minerves !Minerve

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code