Christian Estrosi nous embrouille

6 novembre 2020 | 6 Commentaires 

Notre quo­ti­dien régio­nal consacre sa une du 5 novembre, puis deux pages inté­rieures, à une longue inter­view de Christian Estrosi, maire de Nice. Celui-ci tente, avec la com­pli­ci­té de la presse régio­nale sub­ven­tion­née, de se dédoua­ner après deux très vio­lents atten­tats qui ont lour­de­ment endeuillé la ville qu’il administre.

Rappelons que Christian Estrosi est élu dépu­té de la cin­quième cir­cons­crip­tion des Alpes-Maritimes en 1988. Il a tout juste 33 ans. Depuis lors il a tout fait : dépu­té, secré­taire d’État, ministre, pré­sident du conseil dépar­te­men­tal, adjoint au maire, maire, pré­sident de la métro­pole Nice – Côte d’Azur, pré­sident de Région. Bref l’ar­ché­type du poli­ti­cien à la fran­çaise, sauf qu’il ne sort pas de l’ENA. Mais l’an­cien cou­reur moto­cy­cliste a vite appris à avan­cer sur les cir­cuits tor­tueux et glis­sants de la politique.

Il com­mence tout natu­rel­le­ment son inter­view par une auto­sa­tis­fac­tion appuyée. Sa pre­mière phrase ? « J’étais sur place dans les dix minutes qui ont sui­vi. » Et alors qu’est-ce que cela change ? Mais il a su « gar­der la tête froide » et « prendre les bonnes déci­sions ». Lesquelles ? Ou encore :« Alors qu’il y a tant à gérer, on attend de moi de res­ter res­pon­sable et lucide ». Responsable de l’at­ten­tat qu’il n’a pu réve­nir ? Estrosi dit de lui-même qu’il a été à la hau­teur. Mais pas que : l’État aus­si fut à la hau­teur (Macron est à pré­sent son ami). La preuve ? « L’État au plus haut niveau a conclu que c’é­tait une attaque ter­ro­riste » [sic] Chapeau ! Ou encore : « Un poli­cier natio­nal a dit [au Président Macron] qu’il aime­rait bien dis­po­ser des mêmes moyens que la police muni­ci­pale en termes de réac­ti­vi­té ». Niçois, soyez ras­su­rés : la police muni­ci­pale arri­ve­ra très rapi­de­ment sur les lieux lorsque vous serez égorgés !

On rirait de tout cela si les cir­cons­tances n’é­taient pas aus­si dramatiques.

Nice-Matin - 5 novembre 2020 - Estrosi - Mal partout

Christian Estrosi voit à pré­sent le mal partout.

Le mal, c’est l’« islamofascisme »

Personne ne sait bien ce que signi­fie ce néo­lo­gisme estro­sien. Mais le frère Estrosi ∴ a fait du com­bat contre le fas­cisme sa rai­son de vivre. Et ce mal isla­mo-fas­ciste est par­tout selon le maire de Nice : « Dans les asso­cia­tions, les admi­nis­tra­tions jus­qu’au plus haut niveau, au CHU comme sans doute dans les mos­quées. » À qui la faute ? Comment a‑t-on pu en arri­ver là ? Sans désem­pa­rer le maire pour­suit : « Des isla­mo­fas­cistes, il y en a peut-être chez vous, chez nous. » Ils sont par­tout ! Si vous en avez chez vous, com­ment peut-il les empê­cher de s’in­fil­trer dans toutes les struc­tures municipales.

Donc il n’y est pour rien ! Tout cela n’est pas de sa faute. CQFD.

Pas la peine d’a­voir fait l’ENA pour être « res­pon­sable mais pas cou­pable ». Estrosi, le vaillant adver­saire de tous les fas­cismes, nous annonce à pré­sent qu’il a « un conten­tieux avec la mos­quée de la plaine du Var ». Ah bon ?

On note­ra par ailleurs lors de ce débat l’at­ti­tude par­tiale du jour­na­liste qui ne cesse d’in­ter­rompre Philippe Vardon et l’at­ti­tude mépri­sante de Christian Estrosi à l’é­gard de son oppo­sant révé­lée par un regard railleur et un sou­rire narquois.

Christian Gallo éga­le­ment se demande dans Le Ficanas : « Pourquoi Christian Estrosi qui ne veut pas d’une mos­quée, cherche à favo­ri­ser la construc­tion d’une autre ? »

Mosquée Nice En Nour

« L’Institut Niçois En Nour », com­prendre « Mosquée de la Lumière »

La confu­sion s’ac­croît encore lorsque le maire de Nice annonce à pré­sent : « J’ai un conten­tieux avec la mos­quée de la plaine du Var ». Lequel ? Puis il ajoute : « J’espère qu’a­vec ce qu’a annon­cé le Premier ministre, cela va nous conduire à la fer­me­ture de ce lieu ». Tout ça pour ça ? Il eût tout de même été plus simple de ne pas en faci­li­ter la construction.

Christian Estrosi l’hu­ma­niste ∴ en pro­fite pour égra­ti­gner son frère enne­mi, Éric Ciotti ∴, pré­sident du conseil dépar­te­men­tal des Alpes mari­times, qui pré­co­nise un Guantanamo à la française :

Christian Estrosi lui réplique : « Guantanamo est un lieu de tor­ture, où sont bafoués les Droits de l’Homme. Alors, uti­li­ser les méthodes de Guantanamo que les plu­part des démo­cra­ties dénoncent, je n’adhère pas. » Pour le maire de Nice, le pré­sident du conseil dépar­te­men­tal veut créer un Guantanomo à la fran­çaise pour y tor­tu­rer les pri­son­niers ! Le mal est partout.

Estrosi, homme de lumière, lui ne sou­haite pas « flat­ter les bas ins­tincts ». Car pour lui : « La pire des choses serait qu’on se laisse entraî­ner dans le popu­lisme. » Nous y voi­là ! Les amal­games sont gros­siers et sur­an­nés. Les isla­mistes peuvent conti­nuer leurs crimes, avec Estrosi ils sont tranquilles.

Massimo Luce

6 Commentaires 

  1. Quand on regarde la vidéo du débat poli­tique l’intervention du bar­bu Philippe Vardon, qui prend trop de place autour de la table des par­ti­ci­pants, invec­tive sans res­pect M. Estrosi. Le bon maire de Nice lui a don­né une leçon de poli­tesse en sachant gar­der son calme.
    Quant aux Niçois, ils n’iraient pas loin si ce genre d’excité arri­vait aux affaires de la ville.
    Quant au petit fran­­co-ita­­lien Ciotti, il a trou­vé le moyen de faire par­ler de lui tou­jours dans la fan­fa­ron­nade pro­vo­ca­trice et l’exagération. Qu’il s’interroge d’abord sur ce qu’ont fait ses amis poli­tiques quand ils étaient au pou­voir. Hypocrisie quand tu nous tiens …

    Répondre
  2. Il a tel­le­ment chan­gé de veste que son dres­sing doit être impres­sion­nant ! Le vrai poli­tique à la française.

    Répondre
  3. Incroyable ces néo­lo­gismes qui sortent de nulle part. Islamo-fas­­cisme !! Què’s aquo ? Est-ce com­battre l’is­lam radi­cal (en sachant que islam=musulman) ou est-ce vou­loir réduire à néant les musul­mans chez nous en France, pays his­to­ri­que­ment chré­tien et Fille aînée de l’Église ?
    Le pre­mier : OUI, il le faut
    Le second : c’est une ques­tion de quan­ti­té et de fer­me­té de la part du Gouvernement

    Répondre
  4. Estrosi cumule un inca­pable doté du poli­ti­que­ment cor­rect et un men­teur : un vrai homme poli­tique français !

    Répondre
  5. Le jour où ils seront tou­chés dans leur chair, leurs avis et leurs actes chan­ge­ront : virage à 180 degrés ! Pour l ins­tant ils sont tran­quilles c est les sans dents qui morflent

    Répondre
  6. Le gau­cho­fas­ciste a par­lé.….. pour ne rien faire. Il fait comme le gui­gnol ély­séen, il bavasse.
    Qu’a‑t-il fait contre ceux qu’il appelle les isla­mo­fa­chistes en 33 ans de poli­tique ? Rien, sauf qu’il a par­ti­ci­pé à leur ins­tal­la­tion (!) dans NOTRE pays.
    Que ce gau­cho­fas­ciste se taise ?!

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code