La vaccination médiatique

26 jan­vier 2021 | 1 com­men­taire

Franck BULEUX publie dans metainfos.com un article per­ti­nent sur la « vac­ci­na­tion média­tique ».
Nous avons sou­hai­té par­ta­ger cette analyse :

La vaccination médiatique

Voici quelques semaines, un débat sem­blait s’ouvrir entre les par­ti­sans de la vac­ci­na­tion contre la Covid-19 et ses oppo­sants. Ce sujet n’est pas nou­veau, y com­pris sur « le pays de Pasteur » (expres­sion tra­di­tion­nelle pour rendre le débat désuet, voire incon­gru) : il y a tou­jours eu des mou­ve­ments scep­tiques au tout-vac­cin, sou­vent proches d’ailleurs des mou­ve­ments éco­lo­giques et alter­na­tifs. Aussi, avant la mise à l’encan du com­plo­tisme, notion récente qui per­met l’élargissement du rejet poli­tique (le fameux « cor­don sani­taire » entre les « démo­crates » et les « autres ») au-delà de la tra­di­tion­nelle extrême droite qu’il convient de com­battre. Le « qua­trième pou­voir », celui des médias, s’est, en effet, aper­çu que les thèses dis­si­dentes au Pouvoir en place pou­vaient éma­ner d’autres sys­tèmes de valeur et qu’il pou­vait appa­raître déma­go­gique de vili­pen­der des thèses en les qua­li­fiant d’ « ultra droite » alors qu’elles pou­vaient éma­ner d’autres sources, par­fois oppo­sées. Certes, le Pouvoir média­tique ajou­te­ra méca­ni­que­ment et sys­té­ma­ti­que­ment, « thèses reprises par l’extrême droite », per­met­tant ain­si la mise en place de la reduc­tio ad hit­le­rum(1) de toute idée qui serait sus­cep­tible de remettre en cause la doxa pro­gres­siste qu’il convient de pro­mou­voir, de déve­lop­per voire d’instituer comme uni­ci­té de la pen­sée, lais­sant aux mar­gi­naux poli­tiques le soin de défendre l’antithèse. La mar­gi­na­li­té poli­tique entraî­nant inexo­ra­ble­ment la mar­gi­na­li­té sociale, cha­cun com­pren­dra la gra­vi­té de ne pas être dans les idéaux pro­mus par le sys­tème. Le pas­se­port vac­ci­nal est la consé­quence de cette extré­mi­té poli­tique : un droit pour les uns, ceux qui suivent et com­prennent (l’élite) et l’absence de droit, si ce n’est celui du confi­ne­ment (et encore, avec la « juris­pru­dence trum­piste », l’accès limi­té aux réseaux sociaux).

Le débat entre les tenants du tout-vac­cin et les autres, les mar­gi­naux poli­tiques, pour­tant long­temps lar­ge­ment majo­ri­taires dans les enquêtes d’opinion a donc été esqui­vé par les médias, non pas aux ordres du sys­tème mais mieux encore, qui pré­cèdent l’exécutif dans ce qui doit être fait et dit.

Ainsi, dans les médias, vous consta­te­rez que l’opposition au gou­ver­ne­ment se mue en décla­ra­tions met­tant au défi les Français de faire plus que les injonc­tions venues des élus de 2017.

Si un audi­teur, un télé­spec­ta­teur tente d’apporter un contre­dit à la poli­tique vac­ci­nale, il lui est auto­ma­ti­que­ment et sys­té­ma­ti­que­ment sug­gé­ré la pro­po­si­tion sui­vante : vous vou­lez dire que le gou­ver­ne­ment ne met pas en place suf­fi­sam­ment de moyens pour que tout le monde (et la liber­té vac­ci­nale ?) soit vac­ci­né avant l’été 2021 ? Et que vou­lez-vous que réponde l’impétrant qui manie dif­fi­ci­le­ment la langue média­tique ? Il approuve, pen­sant désta­bi­li­ser le gou­ver­ne­ment alors que le jour­na­liste (sic) l’entraîne dans une poli­tique vac­ci­nale pour tous.

L’opposant se voit pié­ger par une impla­cable dia­lec­tique : vous avez rai­son de cri­ti­quer le gou­ver­ne­ment (phé­no­mène de vali­da­tion qui per­met de détendre l’interlocuteur) car il ne met pas en place la poli­tique sani­taire effi­ciente nécessaire…

Aussi, le débat est dépla­cé du choix entre vac­cin ou non à celui qui « oppose » le vac­cin tout de suite et le vac­cin pour demain (ce qui est, bien évi­dem­ment, une fausse oppo­si­tion puisque le fait essen­tiel, la néces­si­té du vac­cin, est vali­dé). Comprenons-nous, l’opposant au gou­ver­ne­ment ne peut être que favo­rable à une vac­ci­na­tion plus rapide et géné­rale, glo­bale, « pour tous ».

L’opposant, ravi de s’opposer, tombe dans le piège : il passe d’une oppo­si­tion de prin­cipe, celle qui entraîne un débat sur le fond, à une oppo­si­tion de pure forme sur un débat biai­sé sur la date de la vac­ci­na­tion, ce qui entraîne la pro­po­si­tion du ministre-doc­teur Véran dans son délire qua­si-mys­tique, à base de sché­mas télé­vi­sés, de 70 mil­lions de vac­ci­nés en août 2021, alors qu’il avait été rap­pe­lé que cet acte médi­cal ne serait pas une obli­ga­tion. Un nou­veau men­songe d’État ? Probablement, à moins que le ministre-doc­teur Véran ne connaisse pas le nombre de per­sonnes rési­dant sur le ter­ri­toire natio­nal, ce qui est tou­jours du domaine du pos­sible. Peut-être compte-t-il aus­si les clan­des­tins, donc 4 mil­lions de per­sonnes si je compte bien.

Nous l’avons com­pris, la seule contes­ta­tion pos­sible est celle qui s’inscrit dans l’accélération du pro­ces­sus vac­ci­nal, celle qui dit « encore », « plus vite » et « plus fort », vous ne pour­rez contes­ter l’exécutif qu’à cette condi­tion, à défaut vous êtes com­plo­tiste, ama­teur et émet­teur de Fakes News et fai­sant « le jeu de l’extrême droite ». La fin de la phrase pré­cé­dente consti­tue l’extrême logique d’un sys­tème tota­le­ment à bout de souffle dont la sur­vie tient à deux fils (épais) : celui des ins­ti­tu­tions dont le pré­si­den­tia­lisme s’affirme encore et la pro­pa­gande média­tique qui n’a rien à envier à celle de la Corée du Nord ou de la Chine com­mu­niste, pour res­ter dans les exemples contemporains.

Il n’est plus ques­tion de déve­lop­per un contre-pou­voir mais de deman­der à ce pou­voir d’accélérer sa poli­tique, lui per­met­tant, in fine, de se confor­ter lui-même. Les médias pour­ront ain­si se tar­guer d’avoir eu rai­son de pous­ser le pou­voir vers plus de rigueur. Et si le pire advient, l’exécutif pour­ra tou­jours s’auto-satisfaire de sa modé­ra­tion. Dans ce ren­ver­se­ment, on pour­rait même arri­ver à pen­ser que les oppo­sants au vac­cin sou­tiennent le pou­voir puisqu’il modère sa posi­tion vis-à-vis des « Robespierre du vac­cin ». La pro­pa­gande média­tique per­met ce détour­ne­ment de pen­sée : pour s’opposer aux par­ti­sans du tout-vac­cin rapide, les anti­vac­cins peuvent être ame­ner à louer une poli­tique de vac­ci­na­tion « en dou­ceur ». Macron contre Véran ? Lorsque, dans une socié­té, l’ancien ministre Jack Lang devient, par ses décla­ra­tions, le rem­part ultime à la pédo­phi­lie, tout devient pos­sible et incongru.

Franck Buleux

(1) [NDLR] Le 18 jan­vier 2021 Daniel Cohn-Bendit com­pa­rait Donald Trump à Adolf Hitler sur le pla­teau de LCI

1 commentaire

  1. Les maîtres de ce monde savent per­ti­nem­ment que nous sommes à la fin d’un cycle et comme à la fin du cycle pré­cé­dent, ils veulent pro­fi­ter du cycle sui­vant, c’est-à-dire, des­truc­tion de l’ADN + irra­dia­tion pour un oubli com­plet de l’hu­ma­ni­té actuelle et un retour à la nature de celle-ci et la domi­na­tion totale sur celle-ci, comme il en a été à chaque fois. L’histoire est un éter­nel recommencement.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *