Pourquoi la dictature sanitaire ne s’arrêtera plus

9 mars 2021 | 6 Commentaires 

Retour en arrière, c’é­tait il y a juste un an :
L’inter­dic­tion de dépla­ce­ment en France, vul­ga­ri­sée dans les médias en nov­langue par « confi­ne­ment », est mise en place pour la pre­mière fois du 17 mars 2020 à 12 h pour trois semaines… puis recon­duit… jus­qu’au 11 mai, soit les 55 jours de Pékin.
Un galop d’es­sai pour mesu­rer la sou­mis­sion de la popu­la­tion à ces mesures liber­ti­cides et leur degré d’ac­cep­ta­tion.

C’est un succès !

Depuis lors cette inter­dic­tion sera sans arrêt recon­duite, par­tiel­le­ment ou tota­le­ment, jus­qu’au couvre-feu militaire.

Par le décret du 29 octobre 2020, une usine à gaz, le gou­ver­ne­ment expose pas moins de 47 articles qui encadrent l’en­semble de toutes ces res­tric­tions pré­ten­dues sani­taires. On en retien­dra sym­bo­li­que­ment la fer­me­ture pure et simple des restaurants.

Novembre… décembre… janvier… février… mars…
Tant que ça marche, on continue.

Depuis l’o­ri­gine, c’est toute une ingé­nie­rie sociale qui s’est mise en place avec tous les acteurs inté­res­sés à la chose. Avec la puis­sance du rou­leau com­pres­seur des médias mains­tream aux ordres. Avec les encou­ra­ge­ments appuyés des labos à vac­cins, des indus­triels des pro­duits déri­vés, masques et autres gad­gets sani­taires. Et tous les comi­tés Théodule, les agences indé­pen­dantes de san­té, les experts com­plices qui leur servent la soupe et les myriades de poli­tiques aux ordres qui passent les lois, trop contents de pou­voir étouf­fer toute vel­léi­té de mani­fes­ta­tion de masse des Gilets Jaunes et autres Gaulois réfrac­taires. Ceux qu’on nomme les complotistes.Soumission - Rébellion

Stop dictature sanitaire - Gilets Jaunes

Des mil­liers de fonc­tion­naires, agences de san­té, rédac­teurs, légistes, juristes, sont enga­gés et pro­duisent des textes, pondent des mesures, des pro­to­coles dans une com­plexi­té dont on ne sor­ti­ra plus. Ils n’ont pas fait tout ça pour rien.

Une crise qui s’installe dans la durée n’est plus une crise, c’est un système

Toutes les ins­ti­tu­tions publiques com­mu­niquent à tout va sur la manière de s’in­té­grer la crise sani­taire dans la durée. La Région Provence Alpes Côte d’Azur n’est bien enten­du pas en reste. Extrait d’un com­mu­ni­qué du pré­sident de Région, Renaud Muselier :

Muselier - Région PACA - Mesures anti-Covid_1

Ces mesures reprennent celles qui sont annon­cées sur le site inter­net de la Région.

On y trouve tout et n’im­porte quoi, jus­qu’à l’ab­surde : le for­fait bol d’air, le billet soli­daire pour aller au spec­tacle (fer­mé), la fête des ter­rasses ! En pas­sant par Le mil­lion ! Le mil­lion ! comme au Loto. Mai, juin, juillet 2021… pas ques­tion d’un retour à la normale !

L’argent coule à flot pour s’installer durablement dans la crise sanitaire

Imaginez un peu les innom­brables ser­vices, les innom­brables fonc­tion­naires, les innom­brables élus, les sous-trai­tants qui ont été mobi­li­sés, payés par vos impôts pour sor­tir toutes ces sor­nettes. Et vous croyez qu’ils ont fait tout ça pour que tout revienne, tout sim­ple­ment, à la nor­male demain ? Trop de per­sonnes trouvent leur inté­rêt dans cette situa­tion de crise : des action­naires mil­liar­daires de Big Pharma à toutes ces dizaines de mil­liers d’é­lus et de fonc­tion­naires ter­ri­to­riaux, et natio­naux bien sûr.

Tout est bien en place

Pourvu que ça dure ! On com­mence à entendre par-ci par-là que la sor­tie de crise ne vien­dra pas avant l’ho­ri­zon(*) 2022. Ben voyons !

Âne - Carotte - de funès

Michel Lebon

(*) L’horizon étant une ligne qui recule au fur et à mesure que l’on avance.

6 Commentaires 

  1. Ce monde aber­rant va conti­nuer car la popu­la­tion accepte sans bron­cher, sans agir
    Heureusement qu’il y a des résis­tants à cette conne­rie monu­men­tale, mer­ci aux Citoyens dans la rue depuis 28 mois

    Répondre
  2. La Covid 19 est l’arbre qui cache la forêt, ce qui pro­vo­que­ra l’hé­ca­tombe est la 5 G, mais elle ne sera jamais remise en ques­tion, cela inci­te­ra de très nom­breuses per­sonnes à se ruer vers les dis­pen­saires, en vue de se faire vac­ci­ner et à en subir mal­heu­reu­se­ment les consé­quences. Les com­pa­gnies phar­ma­ceu­tiques ont signé des pro­to­coles avec les gou­ver­ne­ments cor­rom­pus qui les affran­chissent de toutes res­pon­sa­bi­li­tés. Au Québec les assu­rances ne paie­ront en aucun cas pour le vac­cin ino­cu­lé car il s’a­git d’un vac­cin expé­ri­men­tal, les mul­ti­na­tio­nales qui pos­sèdent pra­ti­que­ment tous ces orga­nismes savent per­ti­nem­ment ce dont il s’a­git. Pour plus de com­pré­hen­sion, c’est comme si vous alliez chez votre bou­cher et qu’il vous fai­sait signer un papier qui le dis­cul­pait de toute plainte à venir si vous tom­biez malade à cause d’un pro­duit qu’il vous aurait ven­du, ce qui laisse sup­po­ser qu’ils agissent avec une volon­té de nuire, nous pour­rions dire en pleine conscience, mais de conscience ils n’en n’ont aucune.

    Répondre
  3. Le mutisme de la popu­la­tion, la sou­mis­sion amè­ne­ra un sys­tème d’en­ca­dre­ment bien rodé, contrô­lé, après des siècles de men­songes, de mani­pu­la­tion par la dis­trac­tion, une popu­la­tion de cer­veaux vidés de tout rai­son­ne­ment ration­nel a été ins­tau­rée, les gens ne réagissent plus, ont per­du toute per­son­na­li­té, ce sont des pan­tins aux ordres, le pire arrive.

    Répondre
  4. Éclaircie annon­cée à l’ho­ri­zon des élec­tions pré­si­den­tielles de mai 2022, dans un an déjà.
    Macron se pré­sen­te­ra, dans un timing bien orches­tré au prin­temps, comme libé­ra­teur en lâchant la grappe aux Français qui le remer­cie­ront dans les urnes.
    Quelques semaines de répit annon­cées, pour reprendre dès le len­de­main du deuxième tour plus féro­ce­ment encore.
    La mar­tin­gale fonc­tionne à chaque coup, il le sait.

    Répondre
  5. Tous ces élus ne savent pas comp­ter !
    Muselier annonce 5 mesures et il en cite 6.
    La sixième, c’est du bonus.
    Merci. C’est trop !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

17 − 11 =