Philippe de Villiers appelle à l’insurrection des consciences

1 mai 2021 | 3 Commentaires 

Dans l’entretien accor­dé à TVLibertés, Philippe de Villiers n’est jamais allé aus­si loin dans sa cri­tique de la per­son­na­li­té d’Emmanuel Macron. Celui qui évo­quait un lien ami­cal avec le pré­sident de la République consi­dère aujourd’hui que ce der­nier « n’a pas le goût de la France. Ce pays est trop vieux pour lui ! ». La rup­ture date du 3 mars 2019. Il s’en explique ouver­te­ment et évoque la néces­si­té abso­lue de battre l’actuel loca­taire de l’Élysée.
Philippe de Villiers décrit aus­si dans son nou­veau livre à suc­cès « Le jour d’après », un monde qui passe du poli­tique au bio poli­tique. Il cible ceux qui, comme le patron du Forum de Davos, Klaus Schwab, veulent mettre à pro­fit les crises sani­taires pour nous faire bas­cu­ler dans une socié­té dis­tan­ciée, désa­gré­gée, contrô­lée par le numé­rique et impo­sant le capi­ta­lisme de sur­veillance : « On nous pré­pare le gou­lag numé­rique, l’épadhisation de la vie avec un tiers accom­pa­gnant, un auxi­liaire de vie digi­tale ».
Cependant, même si « notre socié­té coule à pic et est en per­di­tion », Philippe de Villiers réfute avec force tout esprit de défai­tisme. Il appelle à un tra­vail de re-fran­ci­sa­tion de notre pays et à une véri­table insur­rec­tion des consciences.
Un entre­tien puis­sant avec des argu­ments nou­veaux, Philippe de Villiers dit tout !!
À regar­der et par­ta­ger de toute urgence.

3 Commentaires 

  1. De Villiers et frère seront appe­lés pour sor­tir la France de cette merde qui colle aux sou­liers des Français

    Répondre
  2. À lire absolument.

    Répondre
    • Le pro­blème c’est qu’on a du mal à croire que celui qui a déjà été au gou­ver­ne­ment avec la droite avec un médiocre bilan puisse aujourd’­hui avoir des solu­tions. Surtout qu’il a été inca­pable d’empêcher l’inceste au sein de sa propre famille quand le grand frère vio­len­tait sexuel­le­ment son cadet durant des années. C’est trop grave.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *