La propagande LGBT se déchaîne

20 mai 2021 | 5 Commentaires 

La pro­pa­gande LGBT nous matraque tous azimuths :

La campagne gouvernementale :

Payée par les impôts du citoyen, à qui on ne demande pas son avis, une cam­pagne gou­ver­ne­men­tale s’af­fiche dans la presse quotidienne.Transsexualité - Campagne gouvernementale

Le gou­ver­ne­ment verse ain­si des sub­sides dégui­sés à la presse conve­nue qui béné­fi­cie par ailleurs de sub­ven­tions impor­tantes. Ne vous éton­nez plus si celle-ci se fait l’é­cho bien­veillant du Pouvoir.

Les entreprises

Les entre­prises éga­le­ment par­ti­cipent acti­ve­ment à la Bien Pensance. Citons par exemple Renault et une impor­tante entre­prise de service.

Ou encore ce mes­sage dif­fu­sé à tous les employés d’une grande entre­prise de services :

De : DRH
À : DIFFUSION GENERALE ET FILIALES
Objet : Journée inter­na­tio­nale de lutte contre l’ho­mo­pho­bie, la bipho­bie et la transphobie

Homophobie LGBTQIA+

On apprend ain­si que LGBT est res­tric­tif. Il faut par­ler à pré­sent de LGBTQIA, sans oublier le + pour tous les autres.

Les entre­prises, dont ce n’est pas le rôle, le gou­ver­ne­ment, dont ce n’est pas le rôle, l’é­cole, dont ce n’est pas le rôle, créent, par ces intru­sions omni­pré­sentes et aga­çantes, un pro­blème là où il n’y en avait pas.

Pourquoi ce déferlement de propagande ? Quel est le problème ?

Ce matra­quage est bien orches­tré et s’ap­puie sur des moyens finan­ciers consi­dé­rables qui pour­raient être utiles par ailleurs. Il fut un temps où les homo­sexuels vivaient dans la socié­té sans grand pro­blème. Ils pou­vaient exer­cer des fonc­tions de haut rang, pas seule­ment dans les arts et les lettres, mais dans l’ar­mée, la presse ou les affaires. Mais il est vrai que cela se pas­sait dans la France chré­tienne, blanche et maso­chiste. Que craignent les homo­sexuels à pré­sent ? Ils ne font qu’at­ti­ser les haines et les com­mu­nau­ta­rismes. L’exa­cer­ba­tion des com­mu­nau­tés est sans doute la cause à tout ce tapage :

Diviser, diviser encore afin qu’aucune majorité ne puisse jamais se dessiner

Une mino­ri­té peut ain­si se main­te­nir au Pouvoir avec un sys­tème élec­tif majo­ri­taire. C’est bien le cas de notre Président actuel, élu avec une mino­ri­té tant au pre­mier qu’au deuxième tour.

Mais il existe peut-être une autre rai­son, inavouable : la crainte de l’ex­ten­sion de l’is­lam, into­lé­rant à cet égard.

Les LGBTQIA+ prennent-ils.elles peur face à l’avancée de l’islam ?

Là encore, c’é­tait mieux avant, pour tout le monde.

Massimo Luce


Addendum du 21 mai : Pour ne pas être en reste, la Fédération Française de Rugby s’est sen­tie obli­gée d’ap­por­ter sa contri­bu­tion à cette cam­pagne LGBTQIA+. Des fois que l’on prenne les rug­by­men pour des hommes ! Et bien non, vous vous trompiez.

Fédération Française de Rugby

Marcoussis, le 17 mai 2021

Chères licen­ciées, chers licenciés,

Le rug­by est un sport inclu­sif, de par­tage, sans dis­tinc­tion de sexe, de genre, d’o­ri­gine, de reli­gion. La FFR est intrai­table contre toutes formes de dis­cri­mi­na­tions et œuvre au quo­ti­dien pour que cha­cun puisse exer­cer sans contrainte son libre-arbitre dans le rug­by. En effet il est impor­tant de per­mettre à tous nos licen­ciés de pra­ti­quer leur pas­sion dans le res­pect des droits de chacun.

À ce titre, la FFR a deman­dé à la Commission anti-dis­cri­mi­na­tions et éga­li­té de trai­te­ment (CADET) de tra­vailler sur une pro­po­si­tion règle­men­taire pour que l’inclusion des trans-iden­ti­taires de genre dans les com­pé­ti­tions de la FFR se fasse équi­ta­ble­ment et sans risque.
Ainsi sur pro­po­si­tion de la CADET et afin d’assurer un par­fait équi­libre civil et spor­tif, l’inclusion des trans-iden­ti­taires de genre dans les com­pé­ti­tions offi­cielles se fera sous deux conditions :

  • Une recon­nais­sance admi­nis­tra­tive dans leur nou­veau sexe par l’autorité civile
  • Un trai­te­ment hor­mo­nal de 12 mois minimum.

Pleinement conscient de la dou­leur de tous ceux qui se sentent lais­sés pour compte dans le sport, la FFR s’est appuyée sur la com­mis­sion fédé­rale CADET afin d’amorcer un véri­table chan­ge­ment pour l’intégration totale et sans condi­tion de la com­mu­nau­té LGBT+ dans le rug­by. Considérant qu’il était temps que la pra­tique du rug­by soit en cohé­rence avec la vie que l’on a choi­sie, et non celle qui nous a été assi­gnée, la FFR a déci­dé que les trans-iden­ti­taires, trans­sexuels et trans­genres puissent par­ti­ci­per à toutes ses com­pé­ti­tions offi­cielles.

Cette déci­sion prise par la FFR accom­pa­gnée de plu­sieurs fédé­ra­tions est sym­bo­li­que­ment forte au moment où nos socié­tés luttent encore trop sou­vent contre la dis­cri­mi­na­tion et l’égalité des droits. En effet nous avons tou­jours vou­lu que le rug­by soit un sport inclu­sif, qui­conque est pas­sion­né de rug­by doit pou­voir le pra­ti­quer. Il était donc impor­tant d’apporter un cadre régle­men­taire pour que tous les joueurs et joueuses trans-iden­ti­taires sachent qu’ils ont leur place dans le rugby.

Sportivement,

Dr Serge Simon
Vice-pré­sident de la FFR

5 Commentaires 

  1. Inouï ! Je suis aba­sour­die par cette cam­pagne gou­ver­ne­men­tale.
    Pour nos diri­geants, qui se paient ces pubs : « L’hétérosexualité n’est plus ten­dance ».
    Glup ! J’ai dû relire pour com­prendre.
    Ainsi la sexua­li­té serait une ques­tion de… mode !
    Alors lais­sons la mode se démo­der, comme disait Coco Chanel, et l’ho­mo­sexua­li­té bien­tôt ne sera plus ten­dance.
    La nature tou­jours reprend ses droits.

    Répondre
  2. Rien à ajou­ter aux billets de Bernard Hénou et de Dissident : ils ont par­fai­te­ment et suc­cinc­te­ment résu­mé la situation.

    Répondre
  3. Macron pré­pare sa réélec­tion. En effet il est soup­çon­né d’être un DSO (Déni du Sexe Opposé), et je pense qu’un grand nombre de per­sonnes âgées comme moi n’ap­pré­cie pas trop cette déviance sexuelle (car le sexe d’un point de vue éco­lo­gie a été créé par la nature pour la repro­duc­tion, jus­qu’à preuve du contraire).
    Ainsi il se pro­tège des pro­chaines attaques élec­to­ra­listes en sug­gé­rant au peuple inculte scien­ti­fi­que­ment que l’ho­mo­sexua­li­té est une grande qua­li­té humaine.

    Répondre
  4. On ne va pas bar­gui­gner : en cap­tant outra­geu­se­ment les moyens de « l’État Profitence » (com­prendre notre pognon extor­qué par l’impôt confis­ca­toire), la secte LBGT dont les petits princes (Macron, Attal,…) font par­tie, risque fort de pré­pa­rer sa future Shoah.
    Les « déviants socié­taux » qui étaient jusque là tolé­rés avec une bien­veillance dont ils auraient pu (dû ?) se satis­faire, devront demain affron­ter une hos­ti­li­té pro­por­tion­nelle au mépris et à la morgue propres à ceux qui croient béné­fi­cier d’un pou­voir sans limites.

    Répondre
    • De la M. en barre !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *