Les clowns !

Patrice Lemaître nous amu­sait déjà dans sa bonne semaine de mau­vaise foi du 9 juin 2019 avec la nomi­na­tion de Jean Leonetti, à l’o­ri­gine de la loi Claeys-Leonetti, sur les soins pal­lia­tifs en fin de vie. Nous écri­vions alors : « Il était donc tout à fait judi­cieux de mettre Jean Léonetti à la tête de ce qui reste de “Les Républicains”, pour une séda­tion pro­fonde, conti­nue, jusqu’au décès ! »

Nous n’avions pas fini d’en rire…

C’est au tour de Christian Estrosi de remettre le cou­vert en prô­nant le retour de Nicolas Sarkozy pour res­sus­ci­ter Les Républicains. Si, si ! Asseyez vous, c’est trop tor­dant : « Il y a une auto­ri­té morale au des­sus de toute légi­ti­mi­té dans notre mou­ve­ment, c’est Nicolas Sarkozy. Je consi­dère que nous pour­rions par­fai­te­ment faire appel à lui pour qu’il soit une sorte de juge de paix. » Oui, Sarkozy, juge de paix ! Celle-là, il fal­lait oser la sor­tir, notre maire l’a fait.

Estrosi oublie que son juge de paix :

  • Est pour­sui­vi par la Justice sur plu­sieurs affaires très graves qui com­mencent avec la fal­si­fi­ca­tion de ses comptes de cam­pagne de 2007 et qu’il ne s’en sort que par des pirouettes pro­cé­du­rales qui ne lui per­mettent que de gagner du temps, à la manière de Bernard Tapie (Ces affaires qui empoi­sonnent Sarkozy).
  • Fut un mau­vais pré­sident qui n’a res­pec­té aucune de ses pro­messes élec­to­rales : notam­ment retraites, chô­mage, sécu­ri­té.
  • Au contraire l’in­sé­cu­ri­té s’est consi­dé­ra­ble­ment accrue alors qu’il nous avait pro­mis de net­toyer les zones de non-droit au Kaerscher.
  • Pire ! L’immigration mas­sive et clan­des­tine a explo­sé sous son man­dat.
  • Pas éton­nant de la part d’un pré­sident qui veut rendre le métis­sage obli­ga­toire :

  • C’est tou­jours ce même « juge de paix » qui a décla­ré une guerre igno­mi­nieuse à la Libye sou­ve­raine dont les consé­quences dra­ma­tiques se font encore sen­tir aujourd’­hui.
  • Les Français ont vou­lu se débar­ras­ser de ce Président incom­pé­tent, voire dan­ge­reux dès qu’ils l’ont pu : d’a­bord ils l’ont viré en 2012 et lui ont pré­fé­ré le piètre Hollande.
  • Mais notre poli­chi­nelle y croit envers et contre tout et se pré­sente, lui l’an­cien Président, aux pri­maires de 2016 contre 6 autres can­di­dats ; mais le peuple ne veut vrai­ment pas de ce Président cala­mi­teux : il arrive troi­sième (20,6 %), loin der­rière François Fillon (44,1 %) et même Alain Juppé (28,6 %).
  • Là, vous dites : c’est bon, il a sa dose. De fait, Sarkozy annonce qu’il se retire de la vie poli­tique :

Vous y avez cru ? Mais c’était pour de rire !

😄
Oui, il vaut mieux en rire car ce serait pitoyable à pleu­rer.

Massimo Luce