Sélectionner la page

Qui va gagner la guerre du casse-dalle ?

Sibeth Ndiaye T-shirt Tous-les-garcons-et-les-filles

Dans sa tenue tri­co­lore adap­tée, 14 juillet oblige, Sibeth Ndiaye a volé au secours de l’a­ris­to­crate Goullet de Rugy, mal­me­né pour son goût du homard. La ques­tion est posée sur son maillot : que mangent « Tous les gar­çons et les filles » de son âge… qui savent bien ce que c’est qu’être heu­reux.

C’est donc en femme-sand­wich porte-parole du gou­ver­ne­ment, avec son élé­gance pas jus­te­ment Comme j’aime, qu’elle s’est fen­due de cette crous­tillante décla­ra­tion, bien cal­cu­lée :
Sibeth Ndiaye : “Nous avons conscience que nos conci­toyens ne mangent pas du homard tous les jours, bien sou­vent c’est plu­tôt des kebabs !

Le kebab aurait-il supplanté le roi des sandwichs, le jambon-beurre parisien ?

Au début était le John Montagu, 4ᵉ comte de Sandwich, des­cen­dant des conqué­rants nor­mands, qui eut l’i­dée au XVIIIe siècle de man­ger sur le pouce une tranche de viande froide entre deux bouts de pain. Depuis lors, son casse-croûte mini­ma­liste — Progrès oblige — s’est répan­du dans le monde, sous toutes ses formes.

Sandwich jambon beurre

En France c’est le jam­bon-beurre, le « pari­sien », qui s’est impo­sé depuis des décen­nies. En 2017, sur 2,5 mil­liards de sand­wichs consom­més en France, 1,2 mil­liard était com­po­sé de jam­bon beurre. Du sand­wich SNCF et sa mil­li­mé­trique tranche de jam­bon jus­qu’à sa ver­sion éla­bo­rée enri­chie de sa feuille de lai­tue, son gruyère et son cor­ni­chon. La concur­rence est rude et l’im­mi­gra­tion mas­sive bous­cule les lignes.

Le jambon-beurre se fait progressivement grignoter des parts de marché.

Dans une France de plus en plus com­mu­nau­ta­ri­sée, l’en-cas est deve­nu un enjeu cultu­rel. Ndiaye l’a bien com­pris et par­ti­cipe au lob­bying pro-kebab. Les forces culi­naires en pré­sence :

  • Le bur­ger bien gras pour les Teddy boys & girls. Coca-cola.
    Hamburger
  • Le tacos (galette de tor­tillas et gua­ca­mole) pour les lati­nos. Desperados.
    Tacos
  • Le wrap. Nom cana­dien bar­bare pour un mélange d’a­li­ments rou­lés (mais pas encore sous les ais­selles) !
    Wrap
  • Le pani­ni pour ita­los. Acqua friz­zante.
    Panini
  • Le hot­dog. En vente dans tous les stades pour les sup­por­ters qui braillent. Kronenbourg pres­sion.
    Hot-dog
  • Le pan bagnat pour les sudistes. Rosé de Provence. Sans doute le meilleur d’entre tous.
    Pan bagnat
  • Et main­te­nant le kebab pour tout le monde, mon­dia­li­sa­tion oblige. Ça tombe bien, il est halal. Né en Allemagne dans les années 70 dans une tête de Turc, l’ag­glo­mé­ré de viandes diverses et grillées est en passe de gagner la bataille cultu­relle, mais pas for­cé­ment celle des normes sani­taires. Mais qu’im­porte ! puisque c’est notre gou­ver­ne­ment qui le dit, il faut par­ti­ci­per à ce chan­ge­ment cultu­rel en même temps que s’o­père le chan­ge­ment de popu­la­tion.
    Kebab

Vous n’êtes jamais loin d’un kebab. Ici, bien implan­tés, la carte des kebabs à Cagnes sur Mer.

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.

Les res­tau­rants laissent la place aux Allah-snacks-bars et « baraks » à chur­ros. Casse-croû­ter est deve­nu un acte iden­ti­taire. Choisis ton camp et bon appé­tit. Hier faute de grives on man­geait des merles, demain faute de jam­bon, défi­ni­ti­ve­ment ban­ni du ter­ri­toire, on man­ge­ra du kebab. Le Progrès, c’est En Marche vers la mal-bouffe halal.

Rassurez-vous, le homard et les bons vins res­te­ront à la table des élites, à vos frais. La mal-bouffe c’est pour ceux qui n’ont pas réus­si et qui ne sont rien.

Michel Lebon

2 Commentaires

  1. Vu ses replis, notre ministre fran­co-séna­ga­laise ne se prive pas. Pour elle, c’est homard ou kebab ?

    Répondre
    • Poser la ques­tion, c’est y répondre. 😉 😀 😀 😀

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 4Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.