La nouvelle posture : « J’assume ! »

François de Rugy l’a dit, la semaine dernière : « J’assume ».

Christophe Castaner le reprend à son tour pour justifier le refus du ministère de l’Intérieur de communiquer sur le nombre de voitures brûlées, le 14 juillet, soir de match de football remportée par l’Algérie : « On ne donne pas et on assume. C’est toujours la même chose et ça n’apporte rien. » a-t-il déclaré doctement.

Les femmes le disent différemment. Rappelons nous du tristement mémorable “Responsable mais pas coupable” de Georgina Dufoix sur TF1 en 1991, alors qu’elle était ministre de Mitterrand.

« J’assume », ça, c’est un truc qui vous pose un homme, un vrai, un qui en a dans le froc !

En vérité, cette magistrale posture veut dire tout le contraire : « Je n’ai rien dans le froc ». Dans le cas qui nous occupe, cela veut dire : « Vous n’aurez pas les chiffres sur les bagnoles brûlées à l’occasion des “festivités” d’allégresse footballistique algérienne car j’ai la trouille que cela soit pire vendredi et que le peuple s’en inquiète. D’ailleurs, qui a dit qu’il y avait eu des voitures brûlées ? »

Le journal La Provence, par exemple, en a dénombré 195 en s’appuyant sur des « sources policières » ! Ce que, Place Beauvau, on appelle une « ambiance bon enfant ». Si, si !

Or, tout cela n’était qu’une mise-en-bouche : demain, il y aura la finale de la compétition qui opposera l’Algérie au Sénégal. On n’ose imaginer ce que cela sera quel que soit le résultat. Car l’esprit de compétition, qui déborde largement le périmètre des stades, on l’a constaté, pourrait bien inciter tous ces « bons enfants » à faire mieux encore pour fêter ça. 195 bagnoles ? Vous plaisantez, pour une finale gagnée — ou perdue —, on va vous faire quelque chose qui sera autrement à la hauteur de l’événement… toujours dans cet esprit « bon enfant », que chacun peut observer.

Depuis l’accession au pouvoir de Macron, les autorités ont pris l’habitude de casser le thermomètre pour faire tomber la température. Ainsi, chaque 1er janvier, on nous cache le nombre de voitures brûlées la nuit de la Saint Sylvstre. Cette année, Christophe Castaner y est même allé d’un communiqué fanfaron : « Partout en France, les festivités ont pu se dérouler normalement et ont été exemptes de tensions notables et d’incidents graves, même si des incidents mineurs sont, comme chaque année, à déplorer. » 568 bagnoles brûlées, d’après les médias, c’est ce que le ministère de l’Intérieur appelle des «incidents mineurs» ! Castaner a préféré se payer de mots que de donner les chiffres.

Or un peuple informé, c’est un peuple dangereux

Donc un peuple desinformé est un peuple maîtrisé, un peuple apaisé pour nos dirigeants. On met la poussière sous le tapis car « ça n’apporte rien » que le petit peuple – celui qui roule au diesel et fume des clopes – voit la chienlit qui s’installe dans le pays. Responsable mais pas coupable, comme toujours. « J’assume ! », mais j’assume quoi ? Ma démission ? La perte de mes privilèges ? Ma condamnation ? Rien de cela. « J’assume tout court ! », en fait je n’assume rien.

J’ai bien peur que, vendredi soir, notre Tartarin de Forcalquier constate que son thermomètre cassé n’a en aucune façon fait retomber la fièvre… Et qu’il ait encore à « assumer ».

Charles André