Le voile se lève sur les comportements pédosatanistes des élites

Bien rares étaient les médias qui révélèrent en 2016 l’insoutenable scandale du “Pizzagate“. Nice Provence Info pourtant le fit. Hélas ces articles dérangeants ont été effacés par notre ancien hébergeur OVH. C’est que l’on touche ici à l’un des interdits les plus tabous du Politiquement Correct.

PizzaGate Hillary Clinton

Hillary Clinton, au cœur du Pizzagate

Rappelons nous que Bayrou fut obligé de s’excuser parce-qu’il rappelait à Daniel Cohn-Bendit ses propres écrits sur ses penchants pédophiles. Extraits :

“Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : ‘Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ?’ Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même”. “J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi”.
Ce n’est pas Cohn-Bendit qui s’est excusé, c’est Bayrou! D’autres personnalités politiques françaises bien en vue affichent également leur perversité en toute impunité tandis qu’outre-Atlantique des forces sourdes s’organisaient pour éradiquer cette dépravation.

 

Le mur du silence se brise aux États-Unis. Mais pas dans la presse française.

Cela a commencé avec la chute aussi brutale qu’inattendue du mac d’Hollywood : Harvey Weinstein. C’était le début d’un combat aussi titanesque que secret dans les coulisses du Pouvoir aux États-Unis. Malgré sa proximité avec Jeffrey Epstein,
Donald Trump - Jeffrey Epsteinon peut penser que Donald Trump joue un rôle important dans ce nettoyage puisqu’il avait annoncé lors de sa campagne électorale qu’il ferait condamner Hillary Clinton. Peu à peu Trump a placé ses pions face à une hostilité vent debout du Politiquement Correct aux États-Unis comme en France. Malgré ses appuis au cœur du Pouvoir américain chez les Démocrates et dans les grands médias, Epstein est tombé. C’est une nouvelle d’une importance considérable qu’aucun média français — ou presque — n’a transmise. Il convient donc de s’interroger sur les connivences du Pouvoir en France avec les réseaux pédosatanistes américains. De quelle nature sont-elles ? Cependant la brèche est ouverte et les médias alternatifs s’y glissent peu à peu. Le 11 juillet deux sites alternatifs majeurs révèlent toutefois l’information :
• le site suisse francophone LesObservateurs.ch titre : Jeffrey Epstein, l’affaire de pédophilie du siècle
• tandis que Médiapart avance : L’élite et l’oligarchie mondiales pédophiles (vous avez bien noté : mondiales et pédophiles avec un S).
• auourd’hui dans le Saker francophone : Au cœur des ténèbres : les prédateurs sexuels au sein de l’élite du pouvoir américain.

La presse française préfère se consacrer aux homards de François de Rugy. Cela protégera toujours notre élite pédophile, le temps de la polémique. Mais l’affaire de Rugy avance bien vite — trop vite ? — et voici que la pédocriminalité se retrouve au devant de la scène et enflera en même temps que l’affaire Jeffrey Epstein se dévoilera.

Massimo Luce

Notre illustration à la une : tableau de Francisco Goya, peint en 1798 et intitulé “Le sabbat des sorcières“. On appelait « sabbat » les assemblées que les sorciers et sorcières tenaient la nuit sous l’autorité du Diable, pour célébrer les rites satanistes et se livrer entre eux à tous les emportements de leurs passions obscures et déviantes. Parmi ces passions : la pédocriminalité. Le tableau de Goya représente de tout jeunes enfants offerts à Satan pour célébrer les rites criminels qu’il affectionne. Les enfants morts sont ensuite exhibés sur une perche.