Sélectionner la page

L’abbaye de Jouques : un petit coin de paradis en Provence !

Cap sur l’abbaye de Jouques !

Cap aujourd’­hui sur la Provence et l’abbaye de Jouques, avec Divine Box ! Plus pré­ci­sé­ment ren­dons nous sur les hau­teurs du pla­teau qui sur­plombe la val­lée de la Durance, à une ving­taine de kilo­mètres d’Aix-en-Provence. Sur ce pla­teau soli­taire, les béné­dic­tines résident depuis 1969 bien que l’histoire de la com­mu­nau­té remonte à 1850. Aujourd’hui les sœurs s’occupent des vignes et des arbres frui­tiers pour la fabri­ca­tion des dif­fé­rents pro­duits. Tout est expli­qué juste en-des­sous !

Abbaye Jouques

La splen­dide abbaye de Jouques se trouve en Provence, entou­rée de champs de lavande – © Divine Box

Vive le roi !

Tout com­mence au len­de­main de la Révolution, en 1816… À l’époque, la prin­cesse Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé sou­haite en effet fon­der une com­mu­nau­té de béné­dic­tines. Pour s’installer, son cou­sin Louis XVIII (et roi de France, tout de même) lui offre alors le “Temple”, ancienne pri­son de Louis XVI ! Mais, après des débuts encou­ra­geants pour les sœurs, la dona­tion du “Prieuré Saint-Louis du Temple” est annu­lée après la révo­lu­tion de 1848. Les sœurs doivent alors fuir. Sauve qui peut !

En cavale…

Pour retom­ber sur ses pattes, la com­mu­nau­té s’installe alors rue Monsieur, à Paris, où elle fonde un pen­sion­nat. Mais le cli­mat poli­tique n’est pas vrai­ment pro­pice ! D’abord mena­cées en 1904, les sœurs sont ensuite chas­sées en 1938, quand le monas­tère est mis en vente. Oui, oui, sans scru­pule. Cette fois, direc­tion Meudon ! Au pro­gramme : une ins­tal­la­tion “pro­vi­soire” avant de trou­ver de meilleures condi­tions. Pour la petite his­toire, cette période “pro­vi­soire” dure­ra quand même plus de douze ans…

On y est !

Tout est bien qui finit bien : après la deuxième guerre mon­diale, en 1951, la com­mu­nau­té s’installe à Limon dans l’Essonne, dans une toute nou­velle abbaye que les sœurs ont fait construire. La com­mu­nau­té, nom­breuse et rayon­nante, envoie alors en 1967 un groupe de béné­dic­tines à Jouques en Provence pour fon­der un monas­tère. On y est ! Enfin presque, puisqu’en réa­li­té les sœurs vivent au départ dans une ferme. Une vie monas­tique plu­tôt “sur­pre­nante” donc, mais à laquelle les sœurs s’accommodent très vite !

Abbaye Jouques

Visite des jar­dins de l’abbaye de Jouques en com­pa­gnie de deux sœurs – © Divine Box

L’abbaye de Jouques rayonne

Très vite, la vie bat son plein à Jouques, et la com­mu­nau­té car­tonne ! Les tra­vaux d’aménagement sont ter­mi­nés en deux ans, le nombre de sœurs aug­mente vite, et la com­mu­nau­té atteint rapi­de­ment l’autonomie. La nature pro­ven­çale (vignes et oli­viers notam­ment !) apporte aux sœurs ce dont elles ont besoin, et la dépen­dance vis-à-vis de l’abbaye-mère de Limon s’estompe peu à peu. Jouques devient offi­ciel­le­ment une abbaye auto­nome en 1981 ! Et face au nombre de sœurs qui aug­mente, Jouques doit son­ger à fon­der, à son tour…

Vers de nouvelles contrées !

Au début des années 1990, l’abbaye de Jouques regroupe en effet plus de cin­quante sœurs, qui sont donc à l’étroit… Un petit groupe de sœurs file alors direc­tion Rosans (lire L’abbaye de Rosans : des béné­dic­tines au cœur de la Provence), dans les Hautes-Alpes, et s’installent dans… une vieille ferme. Décidément ! Puis à nou­veau en 2005, cinq sœurs de Jouques s’envolent direc­tion le Bénin pour y implan­ter la vie contem­pla­tive. C’est pas beau ça ?

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, l’abbaye de Jouques compte qua­rante-cinq sœurs béné­dic­tines qui conti­nuent de suivre la règle de Saint-Benoît “ora et labo­ra” : prière et tra­vail. Elles assistent ain­si à sept offices par jour (le pre­mier à cinq heures du matin !) et tra­vaillent de leurs mains pour sub­ve­nir à leurs besoins. En par­ti­cu­lier, elles ont une agri­cul­ture rela­ti­ve­ment déve­lop­pée et un bel ate­lier de reliure. L’artisanat monas­tique bat son plein. Et, bien évi­dem­ment, les sœurs tiennent une petite hôtel­le­rie sous ce soleil de Provence : avis aux ama­teurs de paix et de repos !

Abbaye Jouques

Les sœurs béné­dic­tines de Jouques pré­sentent leur bou­tique avec tous leurs pro­duits monas­tiques – © Divine Box

Silence ça pousse !

On vous le disait juste avant : les sœurs de Jouques cultivent la nature avec brio ! Bio bien sûr. Plus de huit hec­tares de vignes sont entre­te­nues toute l’année et ven­dan­gées par les sœurs. L’abbaye est aus­si entou­rée de plus de deux hec­tares d’oliviers, que les sœurs récoltent pour en faire de l’huile d’olive. Et côté basse-cour, les sœurs bichonnent leurs quelques vaches, leurs ânes et une cen­taine de poules ! Sans par­ler de leurs fruits et légumes, miel et lavande… Un petit para­dis, on vous dit, foncez‑y !

Les sacrées sœurs de l’abbaye de Jouques… !

Un des pro­duits phares des sœurs est le vin, issu des vignes de l’abbaye. Et en la matière, les sœurs aiment bien plai­san­ter ! Une par­celle de vignes, très capri­cieuse et dure à entre­te­nir, s’appelle par exemple “la par­celle Saint-Jérôme”, en réfé­rence au saint, connu pour ses grandes colères. Plus récem­ment, les sœurs ont sor­ti un tout nou­veau vin, bap­ti­sé “Louange”. Et sur l’étiquette, on peut y lire “Sa louange sera tou­jours sur ma bouche”. Qui a dit que les reli­gieuses n’avaient pas d’humour ?

Découvrez les produits de l’abbaye de Jouques

Les sœurs de l’abbaye de Jouques fabriquent arti­sa­na­le­ment toute une ribam­belle de pro­duits avec leurs vignes, leurs aman­diers et leurs oli­viers : du vin, des amandes, des tape­nades aux olives… Cliquez ci-après pour retrou­ver les mer­veilles de l’Abbaye Notre-Dame de Fidélité de Jouques chez Divine Box.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.