Sélectionner la page

L’abbaye de Rosans : des bénédictines au cœur de la Provence

Dans la conti­nui­té de notre tour­née des abbayes (pré­cé­dem­ment Castagniers, Lérins et Ganagobie), Divine Box vous emmène cette fois-ci visi­ter la com­mu­nau­té de l’abbaye de Rosans. La jeune com­mu­nau­té de béné­dic­tines rayonne par son dyna­misme et ses mul­tiples acti­vi­tés dont nous allons tout vous racon­ter.

Tout commence il y a 50 ans…

Pour com­prendre l’histoire de la jeune abbaye de Rosans, il faut remon­ter quelques années dans le temps, en 1967. En effet, un groupe de béné­dic­tines est envoyé de l’abbaye de Saint-Louis du Temps (à Limon, dans l’Essonne) à Jouques, une char­mante bour­gade de Provence. Sur place, les sœurs fondent une nou­velle com­mu­nau­té au sein d’une vieille ferme, au milieu des vignes et des oli­viers. Dès leur ins­tal­la­tion, les béné­dic­tines de Jouques lancent de grands tra­vaux pour adap­ter l’environnement fer­mier à la vie monas­tique ! La com­mu­nau­té gran­dit alors vite et le monas­tère est éri­gé en abbaye dès 1980. Chapeau ! Les sœurs sont alors bien­tôt cin­quante sur place, un peu à l’étroit dans cette ancienne ferme… Il faut son­ger à fon­der d’ici pas trop long­temps ! Qui voi­ci – voi­là Rosans !

Des sœurs dégourdies !

C’est donc en 1992 qu’un groupe de béné­dic­tines de Jouques s’installe dans les Hautes-Alpes à Rosans : on y est ! Et comme à Jouques, les sœurs inves­tissent une ancienne ferme. D’ailleurs, le lieu-dit s’appelle « Baudon », ce qui signi­fie « Benoît ». Une coïn­ci­dence amu­sante pour des béné­dic­tines !
Pendant sept ans, les sœurs retapent alors le lieu, pelles et pioches à la main, et grâce à la géné­ro­si­té de nom­breux dona­teurs. Fin du labeur en 1999 : la vraie vie monas­tique peut donc com­men­cer.

Abbaye Rosans

Les sœurs se sont ins­tal­lées dans cette ancienne ferme – © Divine Box

Les bénédictines de Rosans, une communauté en plein essor !

Rosans rayonne alors rapi­de­ment, et la com­mu­nau­té s’accroît de jour en jour ! D’abord par les venues régu­lières des sœurs de Jouques, mais aus­si par des voca­tions exté­rieures. Les béné­dic­tines de Rosans doivent alors ouvrir un novi­ciat en 1998 pour for­mer tout ce beau monde, alors qu’elles sont encore en pleins tra­vaux !

Et en 2002, l’abbaye de Rosans devient offi­ciel­le­ment une abbaye : la com­mu­nau­té élit sa propre abbesse et ne dépend plus de Jouques.

Récemment, en 2016, l’abbaye de Rosans a fêté les vingt-cinq ans de sa fon­da­tion. Et comme chez les béné­dic­tines les fes­ti­vi­tés ne sont jamais de trop, elles en ont pro­fi­té pour ras­sem­bler toutes les per­sonnes qui leur ont filé un coup de main pour que tout cela prenne vie. Généreux dona­teurs, agri­cul­teurs voi­sins, amis du cler­gé et autres : tout ce beau monde se réunis­sait pour célé­brer cette belle étape de l’abbaye de Rosans.

Abbaye Rosans

Deux sœurs devant l’abbaye de Rosans – © Divine Box

Des travaux à n’en plus finir !

Mais à Rosans, les sœurs ne chôment pas. Une fois la fête finie, la com­mu­nau­té repart pour de grands chan­tiers, côté ate­lier de pro­duits monas­tiques cette fois-ci, pour assu­rer leur sub­sis­tance à long terme. Neuf mois de dur labeur et d’application à la lettre des normes d’hygiène, et voi­là les sœurs opé­ra­tion­nelles !
Elles peuvent alors lan­cer une fabri­ca­tion d’hosties, un ate­lier de reliures, un autre d’enluminures, etc. La ques­tion est alors : que ne savent-elles pas faire ?!

Abbaye Rosans

La com­pote d’abricots de Rosans, un clas­sique de l’artisanat monas­tique de l’abbaye de Rosans – © Divine Box

Comment va la communauté aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les sœurs sont vingt-huit à vivre à l’abbaye. Elles conti­nuent tou­jours de vivre selon la règle de saint Benoît : « prière et tra­vail » (« ora et labo­ra » en latin). Elles récitent alors sept offices par jour (le pre­mier à 7h !), et tra­vaillent de leurs mains pour assu­rer leur sub­sis­tance.

Entretien des terres de l’abbaye, cueillette de fruits pour en faire des bocaux ou des com­potes, récolte de miel, mois­son d’épeautre, fabri­ca­tion d’hosties, etc. Inutile de vous dire que leur arti­sa­nat monas­tique fait mouche à chaque fois !

Abbaye Rosans

Une sœur tra­vaillant à la mise en bocal des com­potes d’abricots – © Abbaye de Rosans

Depuis l’arrivée des pre­mières sœurs sur place, la com­mu­nau­té a une dévo­tion par­ti­cu­lière pour la Miséricorde de la Sainte Vierge. Alors pour mon­trer leur atta­che­ment concret à cette ver­tu, les sœurs font brû­ler en per­ma­nence un cierge au pied de la sta­tue de Notre-Dame de Miséricorde, qui repré­sente toutes les inten­tions de la com­mu­nau­té.

Abbaye Rosans

Oratoire exté­rieur dédié à la Sainte Vierge – © Abbaye de Rosans

Pour décou­vrir l’abbaye de Rosans ou envoyer un petit mot à la com­mu­nau­té, vous pou­vez vous rendre à cette adresse :
Abbaye béné­dic­tine de Rosans
05150 Rosans

Et pour goû­ter les déli­cieux pro­duits de l’abbaye de Rosans, vous pou­vez visi­ter leur bou­tique sur place ou com­man­der direc­te­ment sur la bou­tique en ligne de Divine Box.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 5Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.