Sélectionner la page

Expliquez moi : « Pour le climat »

Je dois avouer que j’ai du mal avec ce slo­gan qui nous est rabâ­ché sur tous les médias : « Pour le cli­mat ». Oui, pour le cli­mat, et alors ? Pour le cli­mat chaud ? le cli­mat froid ? le cli­mat tem­pé­ré ? Pour quel cli­mat en fait ? Contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ? Vous en êtes bien sûrs(1) ? Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ou la pol­lu­tion ?

Greta Thunberg Skolstrejk för Klimatet

Les nou­velles ama­zones de la guerre pour le cli­mat

Cette pro­pa­gande mas­sive pour le cli­mat me rap­pelle celle de Danette dans les années 80 On se lève tous pour Danette :

On se lève tous pour le climat, oui, et après ?

Qu’est-ce que cela signi­fie en termes d’ob­jec­tifs ? En termes de stra­té­gie et de tac­tique ? En termes de com­por­te­ments ? d’é­thique ? Quels sont les alliés ? les adver­saires ?

Lettre ouverte aux jeunes qui militent « pour LE climat »

Chers conci­toyens « cli­ma­tistes »,

expli­quez moi : « Pour le cli­mat » !

Vous avez l’am­bi­tion d’a­gir « contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique », si j’ai bien com­pris. À sup­po­ser que cela soit une réa­li­té scien­ti­fique, car de nom­breux cli­ma­to­logues contestent cette hypo­thèse, vous avan­cez que c’est l’ac­ti­vi­té humaine qui est à l’o­ri­gine de ce dérè­gle­ment en confon­dant dérè­gle­ment cli­ma­tique et pol­lu­tion. Mais essayons de com­prendre votre démarche et par­tons donc de votre hypo­thèse de « réchauf­fe­ment cli­ma­tique lié à l’ac­ti­vi­té humaine ».

Avez-vous pro­cé­dé à une ana­lyse des acti­vi­tés humaines les plus pré­pon­dé­rantes quant à ce réchauf­fe­ment ? Quels sont vos plans d’ac­tion ?

Parmi les acti­vi­tés humaines le plus pol­luantes, je relève :

Toute la chaîne d’ex­trac­tion et de trans­for­ma­tion des hydro­car­bures : je pense aux pla­te­formes off-shore, aux navires pétro­liers tita­nesques qui sont la pre­mière menace pour l’en­vi­ron­ne­ment : Déversement de 40.000 litres de pétrole dans les eaux les plus pures de la pla­nète (28 juillet 2019).
→ Que faites vous pour réduire la consom­ma­tion d’hy­dro­car­bures ? À part les solu­tions fac­tices des voi­tures élec­triques ou des éoliennes.
→ Prévoyez vous un déploie­ment impor­tant de l’éner­gie nucléaire ?
Le com­merce mon­dia­li­sé qui ne tient éco­no­mi­que­ment que par la défis­ca­li­sa­tion des car­bu­rants des avions et des porte-conte­neurs tou­jours plus gigan­tesques et plus pol­luants : Les 20 plus grands navires pol­luent plus que toutes les voi­tures de la pla­nète.
→ Prévoyez vous de taxer les car­bu­rants des trans­ports mari­time et aérien à l’ins­tar du trans­port auto­mo­bile ?
→ Prévoyez vous la remise en place des droits de douane dis­sua­sifs pour endi­guer cette fré­né­sie de cir­cu­la­tion de mar­chan­dises, y com­pris les fruits et légumes ?
Les cli­ma­ti­seurs : ces appa­reils sont une aber­ra­tion éco­lo­gique. Un cli­ma­ti­seur pro­duit de la cha­leur et consomme de l’éner­gie. En outre le gaz réfri­gé­rant est sou­vent encore très nocif (R134, R410 ou R32). Pour refroi­dir l’air, un cli­ma­ti­seur pol­lue deux fois : une fois en pro­dui­sant de la cha­leur (ce qui ampli­fie le pro­blème) et une deuxième fois en consom­mant de l’éner­gie.
Les centres com­mer­ciaux, les lieux publics sont des catas­trophes éco­lo­giques de ce point de vue. Mais les cli­ma­ti­seurs enva­hissent doré­na­vant les domi­ciles, les voi­tures, les bus, les trains.
→ Prévoyez vous d’in­ter­dire les cli­ma­ti­seurs ?

Climatiseurs

Les cli­ma­ti­seurs : un fléau éco­lo­gique

• La des­truc­tion mas­sive des terres agri­coles vierges : des mil­lions d’hec­tares vierges sont détruits pour y culti­ver de l’huile de palme qui n’est même pas bonne pour la san­té.
→ Prévoyez vous l’in­ter­dic­tion de la des­truc­tion de toute terre fores­tière ?
→ et par suite la replan­ta­tion des forêts détruites ?
Oran Outan déforestation
La des­truc­tion des terres agri­coles dans les pays déjà très urba­ni­sés : les terres agri­coles fran­çaises sont gri­gno­tées chaque jour par les routes tou­jours plus larges, par des centres com­mer­ciaux (Open Sky par exemple), par des rési­dences pavillon­naires « agri­vores ».

Zones pavillonnaires banlieue Paris nord

Banlieue Paris nord

→ Prévoyez vous l’in­ter­dic­tion de la des­truc­tion de toute terre agri­cole ?
→ et par suite le retour à l’a­gri­cul­ture des terres détruites ?

Je ne vois pas bien vous vou­lez en venir. Je ne vois pas bien ni les efforts que vous êtes prêts à accom­plir ni les sacri­fices que vous êtes prêts à accep­ter pour enrayer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique que vous dénon­cez. J’ai l’im­pres­sion qu’à l’ins­tar de vos parents soixante-hui­tards et res­pon­sables du monde actuel, vous vous fas­siez — vous aus­si — ber­ner par les mêmes forces maté­ria­listes, mon­dia­listes et sui­ci­daires.

Mai 68 Sous les pavés la plage

« Sous les pavés, la plage » est deve­nu dans la réa­li­té post-soixante-hui­tarde « Sur les champs, le béton » !

Je me trompe ?

Massimo Luce

Note : toute réponse sin­cère et bien écrite retien­dra notre atten­tion pour une éven­tuelle publi­ca­tion dans nos colonnes.

Notre illus­tra­tion à la une : Manifestation « Pour le cli­mat » à Poitiers 12 décembre 2018 [source Nouveau Parti Anticapitaliste].

(1) Voici, à titre d’exemple, ce que l’on pou­vait lire dans un jour­nal anglais, le Ampshire Advertiser from Southampton, le 17 juillet… 1852 :
En 1132, en Alsace les sources se tarirent et les ruis­seaux s’asséchèrent. Le Rhin pou­vait être tra­ver­sé à pied. En 1152 la cha­leur était si intense que l’on pou­vait faire cuire des oeufs dans le sable.
En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de sol­dats mou­rurent en rai­son de la cha­leur exces­sive.
En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut tota­le­ment détruite par la cha­leur.
En 1303 et 1304, la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pou­vaient être tra­ver­sés à pied.
En 1393 et 1394, un grand nombre d’animaux tom­bèrent morts et les récoltes anéan­ties en rai­son de la cha­leur.
En 1440, la cha­leur fut exces­sive.
En 1538, 1539, 1540 et 1541, les rivières euro­péennes étaient lit­té­ra­le­ment assé­chées.
En 1556, il y eut une séche­resse géné­ra­li­sée dans toute l’Europe.
En 1615 et 1616, la cani­cule s’abattit sur la France, l’Italie et les Pays-Bas.
En 1646, il y eut en Europe 56 jours consé­cu­tifs de grandes cha­leurs.
En 1676, des cani­cules à nou­veau.
Les mêmes évè­ne­ments se repro­dui­sirent au XVIIIe siècle.
En 1718, il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre. Les récoltes furent brû­lées, les rivières assé­chées et les théâtres fer­més à Paris par ordre du Préfet de police en rai­son des tem­pé­ra­tures exces­sives. Le ther­mo­mètre enre­gis­tra 36 degrés Réaumur (45 degrés C) à Paris. Dans les jar­dins de la ban­lieue arro­sés les arbres frui­tiers fleu­rirent deux fois pen­dant la sai­son. En 1723 et 1724 les tem­pé­ra­tures étaient extrêmes.
En 1746, l’été fut par­ti­cu­liè­re­ment chaud et sec et les récoltes furent lit­té­ra­le­ment cal­ci­nées. Pendant plu­sieurs mois il n’y eut aucune pluie.
En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788, les cha­leurs d’été furent exces­sives.
En 1811, l’année de la comète, l’été fut très chaud et le vin très bon y com­pris à Suresnes.
En 1818, les théâtres pari­siens res­tèrent fer­més pen­dant un mois en rai­son des cha­leurs exces­sives, la cha­leur avait atteint 35 degrés C.
En 1830, alors que des com­bats avaient lieu, le ther­mo­mètre affi­cha des tem­pé­ra­tures de 36 degrés C les 27, 28 et 29 juillet.
En 1832, lors de l’insurrection du 6 juin, le ther­mo­mètre rele­va une tem­pé­ra­ture de 35 degrés.
En 1835, la Seine était presque à sec.
En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épi­dé­mie de cho­lé­ra de l’année le ther­mo­mètre affi­cha 34 degrés.

Et d’autres récits tout aus­si édi­fiants dans Libération, sur Contrepoint, sur Agoravox.

1 commentaire

  1. Toute la galaxie se réchauffe ! De plus ceux qui parlent de réchauf­fe­ment cli­ma­tique ne montrent pas l’exemple « al gore, nico­las hulot, de rugy, etc…).
    Simplement l empreinte éco­lo­gique de la petite oui celle qui vient du nord en avion, der­rière son dos nos deputes votent le pacte avec le Canada, les sacs plas­tiques pas de suite, en 2022, les ralen­tis­seurs plus de pol­lu­tion on acce­lère après l’a­voir pas­sé.
    Les porte-contai­ners = un mil­lions de véhi­cules jour, le bateau de croi­sière idem. Le tri sélec­tif fonc­tionne très mal voire pas du tout. Les inci­né­ra­teurs sont trop petits et ne peuvent pas absor­ber le sur­plus ou l’a­gran­dis­se­ment des villes.
    Le verre, ils ont du mal à suivre. Les déchet­te­ries saturent.
    L’obsolescence n’est pas pro­gram­mée mais vou­lue, oui vou­lue car on fabrique un objet avec une date de fin de fabri­ca­tion connue et ensuite vous jetez votre appa­reil. On ne trouve plus de pièces de rechange (j’en ai fait l’ex­pé­rience). Alors le réchauf­fe­ment lui aus­si est vou­lu comme l’ob­so­les­cence !
    Ha une chose : j’ai tou­jours sur mon Renault Espace la pas­tille verte que dis­tri­buait madame Royal et qui main­te­nant pol­lue ! 15 après elle le rend pol­luant car c’est un die­sel alors « les sachants » vous vou­lez la révo­lu­tion ? Vous l’au­rez ! Elle sera pire que 1789 car on a un peu plus de culture et de savoir dans la tête que dans ces années là, et sur­ement aus­si plus de haine.

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.