L’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux où la tradition amène les vocations !

Cette semaine, direc­tion l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux dans le Vaucluse ! Situé près d’Orange et Carpentras, le monas­tère accueille une com­mu­nau­té béné­dic­tine ins­tal­lée depuis seule­ment qua­rante ans dans la région suite à l’arrivée d’un père béné­dic­tin. Divine Box vous en dit plus sur cette abbaye super dyna­mique, allez c’est par­ti !

Abbaye Barroux - vue générale

L’abbaye du Barroux, construite à la fin des années 1980, est située en Provence au pied du mont Ventoux.

Les débuts d’une communauté

Tout débute en août 1970 avec le père Gérard Calvet, moine béné­dic­tin, qui quitte l’ab­baye Notre-Dame de Tournay, avec l’ac­cord de son père abbé, et s’ins­talle à proxi­mi­té de la cha­pelle de Sainte Madeleine de Bédoin, petit vil­lage du Vaucluse. Il dési­rait vivre la règle de saint Benoît dans la fidé­li­té avec les tra­di­tions litur­giques romaines.

Rapidement, il est rejoint par quelques jeunes gens qui dési­raient vivre la vie béné­dic­tine. Si bien qu’en 1971, la vie monas­tique s’or­ga­nise : le petit prieu­ré en ruine est res­tau­ré pour accueillir les onze moines déjà réunis autour du père Gérard.

Face à une com­mu­nau­té tou­jours gran­dis­sante, des par­celles d’une tren­taine d’hectares sont acquises en 1978 entre le Ventoux et les Dentelles de Montmirail, sur la com­mune du Barroux.

Le site est beau et sau­vage. Dom Gérard sillonne la France en quête de dons pour finan­cer les construc­tions. Une vague de géné­ro­si­té est sus­ci­tée et la pre­mière pierre peut être posée en mars 1980 !

Commence alors la construc­tion d’une abbaye de style roman avec les moyens tech­niques modernes. Dans le même temps, la com­mu­nau­té fémi­nine de Notre-Dame-de-l’Annonciation du Barroux, fon­dée par Élisabeth de La Londe, s’ins­talle sur un autre ter­rain situé à quelques enca­blures de la com­mu­nau­té mas­cu­line. Et un an plus tard, les frères célèbrent Noël dans leur nou­veau monas­tère au Barroux en décembre 1981 dans des condi­tions encore un peu pré­caires : pas de chauf­fage, pas d’élec­tri­ci­té, les novices campent en dor­toir…

Abbaye Barroux - les vignes

Le Père O. nous montre la com­mu­nau­té fémi­nine du Barroux sépa­rée par les vignes des deux com­mu­nau­tés. © Divine Box

La reconnaissance et une église consacrée !

En 1989, le monas­tère se voit accor­der un sta­tut cano­nique : le monas­tère est édi­fié en abbaye auto­nome par Dom Dammertz, abbé Primat des Bénédictins, venu spé­cia­le­ment de Rome avec le docu­ment signé quelques jours aupa­ra­vant. Il aura fal­lu quinze ans de patience à la com­mu­nau­té !

La même année l’église est consa­crée au cours d’une céré­mo­nie de 5 heures après trois ans de construc­tions ! C’est le car­di­nal Gagnon, entou­ré de l’ar­che­vêque d’Avignon et de qua­torze autres pré­lats, qui célèbre lors de la fête des saints Anges gar­diens.

En 1990, une par­tie de la com­mu­nau­té s’est ren­due au Vatican pour une audience pri­vée avec le pape Jean-Paul II. C’est une réelle recon­nais­sance de la nou­velle abbaye Sainte-Madeleine du Barroux par le Saint-Siège. Puis en 2008, l’abbaye intègre la confé­dé­ra­tion béné­dic­tine dont le but est de favo­ri­ser la vie selon la Règle de saint Benoît et la cha­ri­té fra­ter­nelle entre les monas­tères.

Abbaye Barroux - intérieur

L’église abba­tiale, comme le reste de l’abbaye du Barroux, est construite selon le style roman. © Divine Box

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les 55 frères (en 2018) de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux suivent tou­jours la règle de saint Benoît « Ora et labo­ra » : prière et tra­vail. Leurs jour­nées sont ain­si ryth­mées par les huit offices qui débutent à 3h30 par les matines ! Et par le tra­vail manuel quo­ti­dien : bou­lan­ge­rie, menui­se­rie, infir­me­rie, ou encore culture des oli­viers, de la vigne et du pota­ger… Ils ne chôment pas ! L’artisanat monas­tique au Barroux est très déve­lop­pé grâce à cette nom­breuse com­mu­nau­té.

Le res­pect de la tra­di­tion litur­gique romaine apporte des voca­tions. Ainsi forts de leur expé­rience, huit frères sont par­tis fon­der en 2002 le monas­tère Sainte-Marie de la Garde à Saint-Pierre-de-Clairac dans le Lot-et-Garonne. Ce sont les deux seuls monas­tères en France à por­ter la ton­sure !

Abbaye Barroux - le fournil

La bou­lan­ge­rie de l’abbaye du Barroux four­nit la bou­tique et la table du réfec­toire. Les frères tra­vaillent chaque jour entre none et vêpres. © Divine Box

Où trouver les produits de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux ?

Les frères béné­dic­tins du Barroux confec­tionnent eux-mêmes de nom­breux pro­duits monas­tiques. Comme leurs vins blancs, rouges et rosés ain­si que leurs huiles d’olives, pres­sées dans leur propre mou­lin, ont une belle noto­rié­té !

Pour retrou­ver tous leurs pro­duits, le mieux est d’aller sur place :
Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux
1201 Chemin des Rabassières
84330 Le Barroux
Mais si vous êtes loin, il y a leur site en ligne ou bien celui de Divine Box : cli­quez juste ici pour retrou­ver les pro­duits de l’abbaye du Barroux.