Les pépites monastiques ensoleillées de l’abbaye du Barroux

L’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux est une abbaye béné­dic­tine située en Provence et fon­dée en 1970. Les cin­quante-cinq moines qui y vivent, loin de se repo­ser sous le soleil du sud de la France, prient ardem­ment et s’activent chaque jour pour fabri­quer toutes sortes de pro­duits.

Selon la règle de saint Benoît, Ora et Labora (prière et tra­vail), les frères par­tagent en effet leur quo­ti­dien entre les huit offices qui rythment leurs jour­nées et diverses acti­vi­tés manuelles. Ils pro­duisent ain­si du vin, de l’huile, du nou­gat…

Divine Box vous emmène barrou(x)der en Provence à la décou­verte de ces petites pépites.

En avant !

Abbaye Barroux - Église

Un moulin à domicile pour une multitude d’huiles d’olives

Ding dong ! Il est 14h30, la cloche annonce la fin de l’office de None : au tra­vail ! Les moines enfilent leur habit bleu et se dirigent vers leurs dif­fé­rentes acti­vi­tés. Pour cer­tains d’entre eux, c’est au mou­lin à huile d’olive que va se pas­ser l’après-midi !

Eh oui, depuis presque vingt ans, les moines de l’abbaye du Barroux ont leur propre mou­lin. Et en plus d’utiliser les olives de leurs oli­viers, les frères tra­vaillent avec envi­ron 500 oléi­cul­teurs des alen­tours. Chaque année, en novembre et décembre, les oléi­cul­teurs du coin, petits et grands, apportent leur récolte et tra­vaillent main dans la main avec les moines. C’est pas beau ça ?

Abbaye Barroux - Moulins huile

Les olives sont broyées sur place à l’abbaye du Barroux par ces meules en gra­nit : un pro­cé­dé mil­lé­naire ! © Divine Box

Une fois à l’intérieur du mou­lin, un long périple attend toutes ces olives. D’abord sépa­rées de leurs feuilles, elles sont ensuite lavées et broyées afin d’obtenir une pâte. Cette pâte est ensuite décan­tée et l’huile est récu­pé­rée. On a beau­coup sim­pli­fié, mais c’est l’idée !

En plus d’un mou­lin, les frères de l’abbaye du Barroux ont un labo­ra­toire pour contrô­ler que tout ça se passe en bonne et due forme. Eh oui, ce n’est pas parce que c’est arti­sa­nal qu’il ne faut pas le faire pro­pre­ment ! L’un des frères de la com­mu­nau­té a même pas­sé un diplôme pour apprendre à goû­ter les huiles et à détec­ter les défauts usuels. Les moines ne font déci­dé­ment pas les choses à moi­tié…

L’huile fabri­quée est répar­tie entre les oléi­cul­teurs et l’abbaye. Les huiles ven­dues par les frères sont de plu­sieurs types et ont toutes un joli nom. En voi­ci le détail :
• La Reïalo : dans une bou­teille verte, elle a un goût frui­té et végé­tal, avec des notes d’artichaut, d’ananas, et de banane entre autres. Étonnant, non ? D’après les frères, c’est l’huile qui se marie le mieux à une salade. Et, petite info bonus, son nom signi­fie “Roi” !
• La Joïo : elle est très douce et a des arômes de fruits rouges (mûre, prune) et de fruits secs (amandes et noi­settes). C’est celle qui a une bou­teille rouge.
• Et enfin, dans sa bou­teille noire, la Siavo est celle qui a le plus de carac­tère. En effet, elle a des arômes d’olives confites, de cham­pi­gnons, voire de cacao ! Le petit conseil des frères : uti­li­ser la Siavo sur des pommes de terre, de la viande ou du pois­son. C’est “l’huile de nos grands-mères” aime dire frère L. !

Abbaye Barroux - Huiles olive

Les trois sortes d’huiles fabri­quées par les frères : la Reïalo, la Siavo et la Joïo © Divine Box

Des frères, des soeurs et des vignerons : une équipe qui gagne pour les vendanges !

Après les olives, le rai­sin ! Les frères ont peu à peu déve­lop­pé le pro­jet de redon­ner vie au vignoble de leur domaine. Et ce n’est pas n’importe quel vin, il a quelques par­ti­cu­la­ri­tés remar­quables :
• La pre­mière spé­ci­fi­ci­té du vignoble de l’abbaye du Barroux, c’est sa den­si­té. Grâce à la den­si­té éle­vée de pieds de vignes sur leurs huit hec­tares de vignoble, les moines obtiennent des vins par­ti­cu­liè­re­ment concen­trés, c’est-à-dire aux arômes très déve­lop­pés.
• Le vin des frères béné­fi­cie aus­si du cli­mat pro­ven­çal très favo­rable.
• Et puis, le vignoble culti­vé par les moines n’est pas n’importe lequel : il a appar­te­nu au pape au XIVe siècle !
Alors, il sort de l’ordinaire ce vin, pas vrai ?

Abbaye Barroux - les vignes

Les frères de l’abbaye du Barroux font eux-mêmes les ven­danges de leurs par­celles © Abbaye du Barroux

Avant les ven­danges, les frères sélec­tionnent avec pré­ci­sion les plants qu’ils gardent : la qua­li­té du vin en dépend ! Tout au long de la pro­duc­tion, les frères tra­vaillent avec les sœurs voi­sines de l’abbaye de l’Annonciation et des vigne­rons de la région ; et pour ven­dan­ger, des sai­son­niers viennent les aider. Un vrai tra­vail d’équipe ! Ensemble, ils sélec­tionnent, récoltent, effeuillent,… Et tout ça pour pro­duire des vins blancs, rouges et rosés, regrou­pés en dif­fé­rentes gammes, par­mi les­quelles la Via Caritatis ou la Lux Caritatis. D’après le père abbé, le mot Caritas (cha­ri­té) illustre bien l’esprit d’équipe caché der­rière ces bons vins !

Abbaye Barroux - Vin Caritatis

Le vin rouge Vox Caritatis fait par­tie de la gamme Via Caritatis de l’abbaye du Barroux, pro­duite avec les vigne­rons de la région © Divine Box

Et pour l’anecdote, les frères s’amusent aujourd’hui de leur manque de connais­sance au début de leur pro­jet vini­cole. Ils ont tout appris sur le ter­rain au fur et à mesure, ont par­fois un peu tâton­né, mais ça valait le coup : ils ont fini par gagner plu­sieurs prix au Salon de l’Agriculture ! Et puis, les moines ont aus­si été beau­coup aidés. Pour la fabri­ca­tion de leurs vins, un grand œno­logue les conseille pour valo­ri­ser leurs vignes au mieux. Sympa, non ?

Les spécialités au miel de l’abbaye du Barroux

En plus de l’huile et du vin, les frères ont aus­si pen­sé à ceux qui ont le bec sucré ! Ils fabriquent notam­ment une déli­cieuse pâte d’amande au miel entiè­re­ment natu­relle : du sucre, des amandes et… du miel (bien vu !).
Et à pro­pos de miel, les moines du Barroux fabriquent aus­si dans leurs grands chau­drons en cuivre un déli­cieux nou­gat au miel. Leurs voi­sines, les sœurs de l’Annonciation les y aident beau­coup : il faut dire qu’avec un si bon nou­gat, on se bat­trait pour se fau­fi­ler dans les cui­sines !

Abbaye Barroux - nougats

Un frère découpe le nou­gat au miel avant de le condi­tion­ner. Ça donne envie, hein ? © Abbaye du Barroux

On pour­rait encore vous par­ler de leur pain, de leurs bis­cuits apé­ri­tifs, et de beau­coup d’autre choses, mais on vous laisse décou­vrir les pro­duits de l’abbaye du Barroux par vous-mêmes ! Vous pou­vez pour ça vous rendre au maga­sin de l’abbaye (Abbaye Sainte-Madeleine, 1201 che­min des Rabassières, 84330 Le Barroux). Vous pou­vez aus­si aller jeter un œil à la bou­tique en ligne de pro­duits monas­tiques Divine Box.