Le jour d’après se dévoile peu à peu

Ce confi­ne­ment est un extra­or­di­naire labo­ra­toire de nos élites mon­dia­listes pour mesu­rer jus­qu’où on peut renon­cer à nos liber­tés. L’avenir tota­li­taire se met en place. La sidé­ra­tion des masses est par­fai­te­ment orches­trée.

Implant-NFC

Appli Covid, comp­teur Linky, implant RFID, l’é­tau Big Brother se res­serre inexo­ra­ble­ment.

Le diable est dans les détails. Dans ce long dis­cours fleuve tran­quille du 13 avril, il est des eaux tumul­tueuses. Ce pas­sage est sans doute le plus effrayant. Après avoir avoué qu’on sera inca­pable de pro­duire les tests à par­tir du 11 mai : « Nous n’al­lons pas tes­ter toutes les Françaises et tous les Français, cela n’au­rait aucun sens. » Macron déclare : « Plusieurs inno­va­tions font l’ob­jet de tra­vaux avec cer­tains de nos par­te­naires euro­péens, comme une appli­ca­tion numé­rique dédiée qui, sur la base du volon­ta­riat et de l’a­no­ny­mat, per­met­tra de savoir si, oui ou non, l’on s’est trou­vé en contact avec une per­sonne conta­mi­née. »Sondage - Appli Covid

Christophe Barbier, en bon petit mou­ton de la Macronie ouvre la boite de Pandore. C’est par­ti pour la lobo­to­mi­sa­tion média­tique des cer­veaux : les « pour » , sans doute pro­fon­dé­ment son­dés avec lubri­fiants, l’emportent déjà.

Comprenez donc qu’il vous fau­dra déam­bu­ler en socié­té avec votre télé­phone cré­celle qui tin­tin­na­bu­le­ra à votre entou­rage votre état de mor­ta­li­té trans­mis­sible. Comme au bon vieux temps des lépreux, mais ver­sion 2.0.Lêpreux - crécelle

En réa­li­té, cette appli­ca­tion n’au­ra aucun sens, aucune effi­ca­ci­té, « ils » le savent. Mais ce sera un ÉNORME POINT MARQUÉ pour le contrôle total des popu­la­tions. Certes de nom­breuses ques­tions per­sistent :
• Quelle auto­ri­té indi­que­ra sur le télé­phone votre état de conta­gio­si­té ? Quel sera la légi­ti­mi­té de celle-ci ?
• Une fois iden­ti­fié et conta­mi­né, qui véri­fie­ra que vous n’a­vez pas emprun­té le télé­phone sain de quel­qu’un d’autre pour pou­voir sor­tir tran­quille ?
• Aura-t-on le droit de sor­tir sans son télé­phone mou­chard ?
• Va-t-on en pro­fi­ter pour balan­cer la 5G volon­tai­re­ment obli­ga­toire ?
• À par­tir de quel âge les enfants devront-ils sor­tir faire du tobog­gan avec leur télé­phone ?
• Comment le télé­phone fera le tri entre por­teurs sains et le reste du monde, sachant que les tests qui ne servent à rien ne seront pas effec­tués sys­té­ma­ti­que­ment.

On peut ain­si conti­nuer à trou­ver toutes les absur­di­tés d’un tel sys­tème, vous l’au­rez com­pris, le but ultime est caché.

Revenons sur cette hypo­cri­sie abso­lue appe­lée « sur la base du volon­ta­riat ». Ce sera évi­dem­ment à terme une condi­tion sine qua non pour que vous puis­siez être décon­fi­nés. Vous aurez donc le libre choix entre
→ la peste (Rester éter­nel­le­ment dans votre gour­bi)
→ ou le cho­lé­ra (sor­tir espion­nés, tra­cés, tra­qués).
De plus, votre télé­phone pour­ra conte­nir toutes les nuances de décon­fi­ne­ment. Relié au centre des contra­ven­tions de Rennes, plus fort que les radars rou­tiers.

Vous connais­sez beau­coup de gens qui ont refu­sé le comp­teur Linky, au pré­texte que ce der­nier envoie toutes vos infor­ma­tions de vie sur Internet, donc à la terre entière ? Si vous êtes chez vous, si vous rechar­gez votre véhi­cule élec­trique, si vous étei­gnez la lumière en sor­tant. NON, le chan­tage à la moder­ni­té a gagné !
Nous allons tous être des volon­taires dési­gnés d’of­fice par le pou­voir exé­cu­tif Macron qui achève de nous exé­cu­ter.

Alors étape sui­vante, tou­jours sur la base du volon­ta­riat, bien sûr : on vous pré­sen­te­ra comme beau­coup plus pra­tique, beau­coup plus simple, beau­coup plus mieux : l’im­plant RFID (Radio Frequency IDentification).

Puce RFID

Puce RFID

Puce RFID

On est à 2 doigts d’a­voir une puce sous la peau et d’être tra­cés par GPS pour les moindres de nos faits et gestes.

La tech­nique est d’une sim­pli­ci­té enfan­tine. De nom­breuses socié­tés et autres com­merces pro­posent déjà l’im­plant.
Au Baja Beach Club de Barcelone, la carte VIP fait place à une puce élec­tro­nique que l’on implante sous la peau. Avec elle, plus besoin de faire la queue ou de sor­tir sa carte de cré­dit. Pour 125 euros, un méde­cin vous injecte dans le bras une cap­sule de la taille d’un grain de riz. Pour quelques euros vous pou­vez dores et déjà com­man­der votre propre seringue à implant RFID sur Internet.

C’est tel­le­ment pra­tique à l’a­ve­nir : plus de digi­codes, plus de carte de paie­ment, plus de codes PIN, plus de carte d’i­den­ti­té, de per­mis de conduire, de carte vitale, de per­mis de pêche, de mots de passe. Toute votre vie sous la peau. casier judi­ciaire, car­net de san­té, consul­tables par toutes les oli­gar­chies mon­diales.

Rappelez-vous tout ce qu’on a déjà accep­té pour lut­ter contre le « ter­ro­risme ». Accepter de pas­ser par­tout dans des por­tiques, accep­ter la fouille de nos sacs, la pal­pa­tion au corps par des vigiles pri­vés, les camé­ras de sur­veillance, la cen­sure dans tous les réseaux sociaux, etc…

Le Meilleur des Mondes se met tranquillement en place.

La dic­ta­ture par­faite serait une dic­ta­ture qui aurait les appa­rences de la démo­cra­tie, une pri­son sans murs dont les pri­son­niers ne son­ge­raient pas à s’é­va­der. Un sys­tème d’es­cla­vage où, grâce à la consom­ma­tion et au diver­tis­se­ment, les esclaves auraient l’a­mour de leur ser­vi­tude. (Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes, 1932)

Michel Lebon