Liberté de la presse : là aussi la France s’enfonce

Reporters Sans Frontières a publié son rap­port annuel sur la liber­té de la presse dans le monde, et le fameux clas­se­ment, (que l’on n’at­tend pas aus­si impa­tiem­ment que le Michelin), apporte cette année encore son lot d’in­for­ma­tions inté­res­santes.

Le prin­cipe en est fort simple, chaque pays reçoit une note de 0 (meilleure note) à 100 (plus mau­vaise). Ces points sont don­nés en fonc­tion de plu­sieurs cri­tères comme la trans­pa­rence, le plu­ra­lisme et l’in­dé­pen­dance des médias, en tout 87 thèmes abor­dés. S’ajoute à cela éga­le­ment le rele­vé des « exac­tions » com­mises contre la presse et l’in­for­ma­tion en géné­ral.

Si la liber­té de l’information est jugée bonne (8 %) ou assez bonne (18 %) dans seule­ment un quart des États du monde, ce n’est pas une sur­prise, les pays nor­diques, appa­raissent en haut du clas­se­ment (en clair sur la carte ci-des­sous), alors que les pays les moins bien notés (en noir sur la carte), se situent à peu près tous en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie, petites dic­ta­tures arabes ou musul­manes ou der­niers restes d’États com­mu­nistes.

En Europe, Norvège, Finlande, Danemark, Suède et Pays-Bas occupent dans cet ordre les cinq premières places du classement mondial.

Et la France me direz-vous ? Elle occupe une peu glo­rieuse 34e place sur 180, encore en recul de deux places par rap­port à l’an der­nier.

Du côté des exac­tions, elle se situe à la 35e place mon­diale, avec un score de 44,66 (en hausse éga­le­ment), ce qui la place entre la Mauritanie et Israël ! Ce qui semble mal­heu­reu­se­ment évident après la crise et les mani­fes­ta­tions des Gilets Jaunes tout au long de l’an­née der­nière, où les mani­pu­la­tions des médias ins­ti­tu­tion­nels étaient gro­tesques et omni­pré­sentes.

Une ana­lyse de ce clas­se­ment montre très rapi­de­ment qu’en France, (pays dont le mot « liber­té » figure au fro­ton de toutes les mai­ries et de la plu­part des édi­fices publics), la liber­té de la presse conti­nue de s’é­tio­ler sous le macro­nisme. Il n’est qu’à regar­der le trai­te­ment de l’in­for­ma­tion par toutes les chaines de télé­vi­sion natio­nales, dont les jour­naux ne dif­fèrent que par les pré­sen­ta­teurs, les titres étant rigou­reu­se­ment les mêmes (la palme reve­nant quand même à BFM, pour toutes les cour­bettes et tous les aban­dons affi­chés chaque heure de chaque jour­née). C’est la même chose avec les grandes sta­tions de radio, où l’on retrouve d’ailleurs de plus en plus les vedettes de l’in­for­ma­tion télé­vi­suelle.

Dans la presse écrite, tous les grands jour­naux sont sous la coupe de mil­liar­daires amis de l’Élysée (y com­pris notre Nice-Matin, comme nous vous l’ex­pli­quions récem­ment). Il n’y a plus d’op­po­si­tion, comme vous pou­vez le consta­ter sur les info­gra­phies publiées par le Monde Diplomatique :

Presse française - Qui possède quoi

Cliquer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir [source Le Monde Diplomatique]

Quant à l’in­for­ma­tion sur Internet, la coupe des puis­sants est certes moins pré­sente, mais on y trouve quand même le reflet de ce qui se passe sur les écrans ou dans les jour­naux. Les « réseaux sociaux », qui ont pris tant d’im­por­tance dans la cir­cu­la­tion des infor­ma­tions aujourd’­hui, sont sous le joug des même puis­sants du Système.

Ne vous éton­nez pas si la France sombre dans le clas­se­ment mon­dial de Reporters Sans Frontières. Dans ce domaine aus­si la France s’en­fonce. Par voie de consé­quence elle s’en­fonce dans le domaine de l’ins­truc­tion, de son niveau d’é­veil poli­tique, de son niveau éco­no­mique. Nous devons résis­ter à cette déca­dence.

Liberté Presse Monde 2020

Cliquer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir

Classement com­plet :

Liberté Presse Monde 2020 Liberté Presse Monde 2020

Cliquer sur les images pour les agran­dir

Patrice LEMAÎTRE