Xavier Niel, seul maître à bord de Nice Matin

Ainsi donc, M. Xavier Niel vient d’ac­qué­rir offi­ciel­le­ment le quo­ti­dien phare et his­to­rique de notre région, Nice Matin. Dans le même panier, il récu­père le reste de la famille, à savoir Var Matin et Monaco Matin.
Le pro­prié­taire de Free s’ins­talle donc et de façon durable dans notre région.

Pourtant Xavier Niel n’é­tait pas le bien­ve­nu à Nice Matin : lire Xavier Niel, un nou­vel emmer­deur pour Nice Matin ? du 20 juin 2019.

On peut le com­prendre au vu du par­cours ori­gi­nal de l’homme d’af­faires :

Xavier Niel amorce sa for­tune avec le mini­tel rose, ce qui paraît bien loin­tain aujourd’hui à l’heure du tout gra­tuit sur inter­net, y com­pris la por­no­gra­phie. Il est encore lycéen lorsqu’il se lance dans le mini­tel rose. L’année sui­vante il arrête ses études en Maths Sup pour se consa­crer à ses affaires por­no­gra­phiques : peep-shows et sex-shops. Il est mil­lion­naire en euros à 24 ans.
La Justice n’entravera pas la « réus­site » de Xavier Niel.

Selon Wikipédia :
Xavier Niel est mis en exa­men et pla­cé en déten­tion pro­vi­soire à la pri­son de la Santé (Paris) le 28 mai 2004 pen­dant un mois pour proxé­né­tisme aggra­vé et recel d’abus de biens sociaux concer­nant un de ses « peep-shows ». Le 30 août 2005, une ordon­nance de non-lieu est ren­due en sa faveur par le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke concer­nant les accu­sa­tions de proxé­né­tisme.
Il est condam­né le 27 octobre 2006 à deux ans d’emprisonnement avec sur­sis et à 250 000 euros d’amende par la 11e chambre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Paris pour recel d’abus de biens sociaux datant de 2001 à 2004 dans un « peep-show » dont il était action­naire. La somme per­çue sur trois ans avoi­sine les 200 000 euros. À la suite de cette affaire, Xavier Niel attaque plu­sieurs fois en dif­fa­ma­tion le jour­nal Libération et le jour­na­liste Renaud Lecadre, auteur d’articles dans le quo­ti­dien et sur le site liberation.fr évo­quant ses démê­lés judi­ciaires. Mais Xavier Niel et la socié­té Free sont débou­tés sys­té­ma­ti­que­ment lors des pro­cès qui se sont tenus au deuxième tri­mestre 2008, et condam­nés à ver­ser des dom­mages-inté­rêts à Libération pour pro­cé­dures abu­sives.

Mais l’argent n’a pas d’odeur et Xavier Niel pour­suit ses rachats de médias. Après un tour d’essai avec Le Nouveau Magazine Littéraire, il est prêt pour s’attaquer au Monde. Ce qu’il entre­prend avec Matthieur Pigasse (qui a ven­du depuis lors ses parts au mil­liar­daire tchèque Daniel Kretinsky).

Business is busi­ness et l’actionnaire belge Nethys, qui ne deman­dait qu’à se désen­ga­ger de l’af­faire, a ven­du ses 34% de parts à Xavier Niel et non pas au magnat fran­co-liba­nais Iskandar Safa comme le sou­hai­tait ouver­te­ment le jour­nal.

Mais la majo­ri­té des parts (64 %) res­tait entre les mains des 456 action­naires de la coopé­ra­tive (SCIC) qui ne voyaient pas cette arri­vé d’un bon œil : lire Les sala­riés de Nice Matin font la fine bouche du 18 juillet 2019. Xavier Niel a tout sim­ple­ment atten­du que le fruit mûrisse pour tom­ber et le ramas­ser car Nice Matin perd chaque jour de l’argent. Les sala­riés n’a­vaient nul­le­ment l’in­ten­tion de remettre à main au por­te­feuille pour ren­flouer la barque. Xavier Niel leur a pro­po­sé de rache­ter leur part 5 fois la mise qu’ils avaient enga­gée. Difficile de résis­ter.

Voici donc Xavier Niel seul à la barre

Logo niel-matinLe plan de restruc­tu­ra­tion avan­cé par l’homme d’af­faires pré­voit 80 licen­cie­ments par­mi le per­son­nel non-jour­na­liste. Voilà pour­quoi les jour­na­listes ne sont pas mon­tés au cré­neau et que les lec­teurs du quo­ti­dien ne sont pas infor­més de ces manœuvres.

Cette opé­ra­tion devrait coû­ter à Xavier Niel la coquette somme de 50 mil­lions d’eu­ros. Sachant que le jour­nal a accu­sé 5 mil­lions de pertes l’an der­nier et que 2020 sera sans doute autant défi­ci­taire, on peut légi­ti­me­ment se deman­der où est l’in­té­rêt de Xavier Niel dans cette affaire.

Xavier Niel est aujourd’hui détenteur d’un très impor­tant réseau de médias de notre pays, à la tête des­quels il a placé un fidèle et solide homme de main, Louis Dreyfus. Actionnaire notam­ment du groupe Le Monde, mais aus­si de l’Obs, il possède des par­ti­ci­pa­tions dans de nom­breux médias français — y com­pris une par­ti­ci­pa­tion dans Médiapart (200 000 euros).

N’oublions pas que Xavier Niel a par­ti­ci­pé acti­ve­ment au putsch média­ti­co-élec­to­ral de Macron, comme Juan Branco l’a très bien démon­tré dans son petit opus­cule « Crépuscule ».
Alors, même s’il n’est pas répu­té pour inter­ve­nir direc­te­ment dans les rédac­tions, ses pen­chants plus que Macron-com­pa­tibles comme ceux de son « beau-père » Bernard Arnault, ne sont pas un secret.

Tout ceci arrange bien Christian Estrosi

L’actuel maire de Nice et can­di­dat à sa propre suc­ces­sion, intègre des can­di­dats LREM dans sa nou­velle équipe. Il est deve­nu l’al­lié d’Emmanuel Macron. On peut ima­gi­ner que l’ac­tuel et futur maire de Nice s’en­ten­dra bien avec le nou­veau patron de Nice Matin puis­qu’ils ont les mêmes objec­tifs.

Mais à plus long terme, si on regarde les acquis de M. Niel : L’Obs, Le Monde, Le Parisien, Les Échos, Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin, France Antilles (ache­té tout récem­ment), cela pour­rait consti­tuer en 2022 une for­mi­dable force de frappe pour redon­ner un coup de pouce à Macron qui en aura de plus en plus besoin.

Les banques cen­trales amé­ri­caine et euro­péenne injectent en Bourse des mil­liards de liqui­di­tés sor­ties de nulle part. Cette fausse mon­naie — il faut bien l’ap­pe­ler par son nom — arrive dans les poches des action­naires des grands groupes cotés qui amassent ain­si des for­tunes ver­ti­gi­neuses infon­dées. Avec cet argent facile ils achètent tous les médias, ce qui leur per­met de mani­pu­ler les opi­nions et ain­si de conso­li­der leurs posi­tions.

Nous com­pre­nons mieux l’ar­ri­vée de Xavier Niel sur la Région.

Patrice LEMAÎTRE