Les vaccins Covid sont « inutiles, inefficaces et dangereux »

20 mai 2021 | 13 Commentaires 

Ce n’est pas dans la presse sub­ven­tion­née, mani­pu­lée par le Pouvoir, lui-même mani­pu­lé par Big Pharma, que vous lirez cette infor­ma­tion sur la vac­ci­na­tion de masse impo­sée par nos diri­geants. Vous com­pren­drez vite pour­quoi en lisant cet article métho­di­que­ment docu­men­té et argumenté.

[source : LifeSite, tra­duc­tion auto­ma­tique révi­sée par nos soins]

Plus de 160 experts qualifient les vaccins Covid d”«inutiles, inefficaces et dangereux » dans une lettre percutante

19 mai 2021 ( LifeSiteNews ) – Des dizaines d’ex­perts médi­caux ont émis un aver­tis­se­ment ce mois-ci au sujet des vac­cins Covid-19, qua­li­fiant les injec­tions d”« inutiles, inef­fi­caces et dan­ge­reuses » et sus­cep­tibles d’en­traî­ner des « décès mas­sifs pré­vi­sibles ».

« En bref, les preuves dis­po­nibles et la science indiquent que les vac­cins Covid-19 sont inutiles, inef­fi­caces et dan­ge­reux », ont décla­ré Doctors for Covid-19 Ethics dans une lettre ouverte il y a deux semaines. « Les acteurs auto­ri­sant, contrai­gnant ou admi­nis­trant une vac­ci­na­tion expé­ri­men­tale contre le Covid-19 exposent les popu­la­tions et les patients à des risques médi­caux graves, inutiles et injus­ti­fiés. »

Doctors for Covid-19 Ethics, un groupe cofon­dé par l’an­cien vice-pré­sident de Pfizer Michael Yeadon, compte, par­mi ses signa­taires, plus de 160 experts médi­caux du monde entier.

Dr Michael Yeadon

Dr Michael Yeadon, ancien vice-pre­sident de Pfizer and co-fon­da­teur de Doctors for Covid-19 Ethics
The Last American Vagabond /​Odysee

Parmi les autres membres fon­da­teurs figurent le pro­fes­seur Sucharit Bhakdi, MD, ancien pré­sident de l’Institut de micro­bio­lo­gie médi­cale et d’hy­giène de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, et le Dr Wolfgang Wodarg, ancien chef du comi­té de la san­té de l’Assemblée par­le­men­taire du Conseil de l’Europe.

Les méde­cins ont écrit plu­sieurs lettres à l’Agence euro­péenne des médi­ca­ments sur les pro­blèmes du vac­cin Covid-19 et font face à la cen­sure, bien que leur lettre la plus récente puisse être consul­tée ici. Ce groupe d’ex­perts peut éga­le­ment être trou­vé sur Twitter.
Leurs publi­ca­tions reprennent aus­si les appels d’un nombre crois­sant de médé­cins, tels le Dr Janci Chunn Lindsay ou le Dr Peter McCullough, à mettre fin à cette vac­ci­na­tion de masse.

La pointe d’un énorme iceberg

Dans leur lettre au début du mois, Doctors for Covid-19 Ethics a sou­li­gné les graves impli­ca­tions sani­taires des vac­cins tant pour les per­sonnes en bonne san­té que pour les malades, affir­mant que les vac­cins « ne sont pas sûrs, ni pour les rece­veurs, ni pour ceux qui les uti­lisent ou auto­risent leur uti­li­sa­tion ».

Ils ont sou­li­gné les risques de « per­tur­ba­tions létales et non létales de la coa­gu­la­tion san­guine, y com­pris les troubles hémor­ra­giques, la throm­bose céré­brale, les acci­dents vas­cu­laires céré­braux et les crises car­diaques », « une aggra­va­tion de la mala­die dépen­dant des anti­corps », des réac­tions auto-immunes et les effets poten­tiels des « impu­re­tés vac­ci­nales dues à des normes de fabri­ca­tion pré­ci­pi­tées et non régle­men­tées. »

« Contrairement aux affir­ma­tions selon les­quelles les troubles san­guins post-vac­ci­na­tion sont “rares”, de nom­breux effets secon­daires cou­rants du vac­cin (maux de tête, nau­sées, vomis­se­ments et érup­tions cuta­nées res­sem­blant à un héma­tome sur le corps) peuvent indi­quer une throm­bose et d’autres ano­ma­lies graves », ont décla­ré les experts. « Les évé­ne­ments de coa­gu­la­tion qui retiennent actuel­le­ment l’at­ten­tion des médias ne sont pro­ba­ble­ment que la “pointe d’un énorme ice­berg”.»

« En rai­son de l’a­mor­çage immu­no­lo­gique, les risques de coa­gu­la­tion, de sai­gne­ment et d’autres évé­ne­ments indé­si­rables peuvent aug­men­ter avec chaque revac­ci­na­tion et chaque expo­si­tion au coro­na­vi­rus inter­mé­diaire », ont ajou­té Doctors for Covid-19 Ethics. « Au fil du temps, que ce soit des mois ou des années, cela rend à la fois la vac­ci­na­tion et les coro­na­vi­rus dan­ge­reux pour les groupes d’âge jeunes et en bonne san­té, pour qui sans vac­ci­na­tion COVID-19 ne pose aucun risque sub­stan­tiel », ont-ils soutenu.

« Tout comme le taba­gisme pour­rait être et était pré­dit pour pro­vo­quer le can­cer du pou­mon sur la base des pre­miers prin­cipes, tous les vac­cins à base de gènes peuvent pro­vo­quer des troubles de la coa­gu­la­tion san­guine et des sai­gne­ments, en fonc­tion de leurs méca­nismes molé­cu­laires d’ac­tion », conti­nuen­tont-ils. « Dans le même ordre d’i­dées, des mala­dies de ce type ont été obser­vées dans tous les groupes d’âge, entraî­nant des sus­pen­sions tem­po­raires de vac­cins dans le monde entier. »

« Depuis le déploie­ment du vac­cin, l’in­ci­dence de la Covid-19 a aug­men­té dans de nom­breuses régions où les taux de vac­ci­na­tion sont éle­vés. En outre, plu­sieurs séries de décès par Covid-19 se sont pro­duites peu de temps après le début des vac­ci­na­tions dans les rési­dences pour per­sonnes âgées », tou­jours selon Doctors for Covid-19 Ethics. « Ces cas peuvent être dus non seule­ment à une amé­lio­ra­tion dépen­dante des anti­corps, mais aus­si à un effet immu­no­sup­pres­seur géné­ral des vac­cins, ce qui est sug­gé­ré par la sur­ve­nue accrue du zona chez cer­tains patients. »

Et ces émi­nents experts de pré­dire : « Quel que soit le méca­nisme exact res­pon­sable de ces décès signa­lés, nous devons nous attendre à ce que les vac­cins aug­mentent plu­tôt que réduisent la léta­li­té de la Covid-19 ».

Le groupe a sou­li­gné que les injec­tions res­tent tech­ni­que­ment expé­ri­men­tales, un fait qui inter­dit léga­le­ment la vac­ci­na­tion obli­ga­toire dans de nom­breux cas. « Ces vac­cins sont expé­ri­men­taux par défi­ni­tion. Ils res­te­ront dans les essais de phase 3 jus­qu’en 2023. Les des­ti­na­taires sont des sujets humains ayant droit au consen­te­ment éclai­ré libre en ver­tu du trai­té de Nuremberg et d’autres pro­tec­tions, y com­pris la réso­lu­tion 2361 de l’Assemblée par­le­men­taire du Conseil de l’Europe et les condi­tions d’au­to­ri­sa­tion d’u­ti­li­sa­tion d’ur­gence de la FDA. »

Assaut complet du système immunitaire

Les méde­cins de Doctors for Covid-19 Ethics ont notam­ment mis en garde contre les vac­cins, comme ceux pro­duits par Pfizer et Moderna, qui reposent sur la nou­velle méthode de vac­ci­na­tion à l’ARNm L’expérience ini­tiale pour­rait sug­gé­rer que les vac­cins déri­vés d’a­dé­no­vi­rus (AstraZeneca /​Johnson & Johnson) pro­voquent des effets indé­si­rables plus graves que les vac­cins à ARNm (Pfizer /​Moderna).»
« Cependant, lors d’in­jec­tions répé­tées, le pre­mier indui­ra bien­tôt des anti­corps contre les pro­téines du vec­teur adé­no­vi­rus », selon les méde­cins. « Ces anti­corps neu­tra­li­se­ront ensuite la plu­part des par­ti­cules virales du vac­cin et pro­vo­que­ront leur éli­mi­na­tion avant qu’elles ne puissent infec­ter des cel­lules, limi­tant ain­si l’intensité des lésions tis­su­laires. » Et encore : « En revanche, dans les vac­cins à ARNm, il n’y a pas d’an­ti­gène pro­téique à recon­naître par les anti­corps. Ainsi, quel que soit le degré d’im­mu­ni­té exis­tant, l’ARNm du vac­cin attein­dra sa cible – les cel­lules du corps. Ceux-ci expri­me­ront alors la pro­téine de pointe et subi­ront par la suite l’as­saut com­plet du sys­tème immu­ni­taire. Avec les vac­cins à ARNm, il est pra­ti­que­ment garan­ti que le risque d’é­vé­ne­ments indé­si­rables graves aug­men­te­ra à chaque injec­tion suc­ces­sive. »

Doctors for Covid-19 Ethics avance encore : « Leur appa­rente pré­fé­rence par rap­port à ces der­niers est pré­oc­cu­pante au plus haut degré. »

Vaccins inutiles, « pas de données à moyen ou long terme »

« Dans la plu­part des pays, une grande par­tie de la popu­la­tion est désor­mais immu­ni­sée contre le SRAS-CoV‑2 », écrivent tou­jours ces 160 experts, sou­li­gnant que le coro­na­vi­rus a un taux de sur­vie esti­mé à 99,8% dans le monde. « Quelle que soit la gra­vi­té de la mala­die, les popu­la­tions dis­po­se­ront désor­mais d’une immu­ni­té suf­fi­sante pour être pro­té­gées d’une mala­die grave en cas de nou­velle expo­si­tion. Cette majo­ri­té de la popu­la­tion ne béné­fi­cie­ra aucu­ne­ment d’a­voir été vac­ci­née. »

« Pour les per­sonnes à risque d’in­fec­tion grave, le virus reste trai­table » affirment les méde­cins de Doctors for Covid-19 Ethics, s’ap­puyant sur : « Une conver­gence de preuves [qui] indique qu’un trai­te­ment pré­coce avec des médi­ca­ments exis­tants réduit l’hos­pi­ta­li­sa­tion et la mor­ta­li­té d’en­vi­ron 85% et 75%, res­pec­ti­ve­ment », sou­li­gnant « de nom­breux médi­ca­ments anti-inflam­ma­toires, anti­vi­raux et anti­coa­gu­lants éprou­vés, ain­si que des médi­ca­ments mono­clo­naux anti­corps, zinc et vita­mines C et D. »

« L’immunité natu­relle des lym­pho­cytes T offre une pro­tec­tion plus forte et plus com­plète contre toutes les souches de SRAS-CoV‑2 que les vac­cins, car l’im­mu­ni­té natu­rel­le­ment amor­cée recon­naît plu­sieurs épi­topes viraux et signaux costi­mu­la­teurs, pas sim­ple­ment une seule pro­téine (de pointe)», ont-ils poursuivi.

La lettre des médecins dément les affirmations selon lesquelles la vaccination est nécessaire pour empêcher la propagation du virus par une infection asymptomatique.

« Les vac­cins ont été pré­sen­tés comme un moyen de pré­ve­nir une infec­tion asymp­to­ma­tique et, par exten­sion, une “trans­mis­sion asymp­to­ma­tique”», ont décla­ré les méde­cins de Doctors for Covid-19 Ethics. « Cependant, la “trans­mis­sion asymp­to­ma­tique” est un arte­fact de pro­cé­dures et d’in­ter­pré­ta­tions de test PCR inva­lides et peu fiables, condui­sant à des taux éle­vés de faux posi­tifs. Les preuves indiquent que les per­sonnes asymp­to­ma­tiques posi­tives à la PCR sont des faux posi­tifs en bonne san­té, et non des por­teurs. »

Le groupe a cité une étude chi­noise por­tant sur près de 10 mil­lions de per­sonnes, qui a révé­lé que les por­teurs asymp­to­ma­tiques de Covid ne trans­mettent pra­ti­que­ment jamais le virus. « En revanche, les articles cités par le Center for Disease Control pour jus­ti­fier les allé­ga­tions de trans­mis­sion asymp­to­ma­tique sont basés sur des modèles hypo­thé­tiques et non sur des études empi­riques. En clair, les vac­cins ne sont pas néces­saires pour pré­ve­nir une mala­die grave. »

Les experts ont éga­le­ment expri­mé des inquié­tudes quant à l’ef­fi­ca­ci­té des vac­cins Covid-19, décla­rant qu ”« aucune don­née lon­gi­tu­di­nale à moyen ou long terme » ne prouve l’ef­fi­ca­ci­té du vac­cin. Ils ont cri­ti­qué les essais de vac­cin contre le coro­na­vi­rus, obser­vant que l’Agence euro­péenne des médi­ca­ments « a noté à pro­pos du vac­cin Comirnaty (Pfizer mRNA) que les cas graves de Covid-19 “étaient rares dans l’é­tude et que des conclu­sions sta­tis­ti­que­ment cer­taines ne pou­vaient en être tirées”».

« Le cal­cul béné­fice-risque est donc clair, les vac­cins expé­ri­men­taux sont inutiles, inef­fi­caces et dan­ge­reux. » « Accélérer la vac­ci­na­tion pour “pro­té­ger les autres” n’a donc aucun fon­de­ment en fait », conclut la lettre de Doctors for Covid-19 Ethics, offrant un aver­tis­se­ment sévère qui donne à réflé­chir à ceux qui encou­ragent la vac­ci­na­tion(1).

Cet aver­tis­se­ment conti­nue : « Les acteurs auto­ri­sant, contrai­gnant ou admi­nis­trant une vac­ci­na­tion expé­ri­men­tale contre la Covid-19 exposent les popu­la­tions et les patients à des risques médi­caux graves, inutiles et injus­ti­fiés », tout en rap­pe­lant : « Les fabri­cants de vac­cins se sont exo­né­rés de toute res­pon­sa­bi­li­té légale pour les évé­ne­ments indé­si­rables pour une rai­son. En cas de décès et de dom­mages liés aux vac­cins, la res­pon­sa­bi­li­té incom­be­ra aux per­sonnes res­pon­sables de l’au­to­ri­sa­tion, de l’ad­mi­nis­tra­tion et/​ou de la coer­ci­tion des vac­cins via les pas­se­ports sani­taires, dont aucun ne peut être jus­ti­fié par une ana­lyse risques-avan­tages sobre et fon­dée sur des preuves. »

[source : 160+ experts slam COVID vac­cines as “unne­ces­sa­ry, inef­fec­tive and unsafe” in power­ful let­ter]

(1) Rappelons les pro­pos de notre Président du 31 mars 2021 :

Ensuite, c’est vac­ci­ner le plus vite pos­sible tous ceux qui en ont le plus besoin.
[…]
À par­tir de là, nous met­tons tous les moyens pour vac­ci­ner, vac­ci­ner, vac­ci­ner. Sans répit, sans jour férié. Le same­di et le dimanche comme la semaine.
[…]
Les vac­ci­na­tions sont en cours et elles accé­lèrent partout.

[NDLR] Lire éga­le­ment : Vaccins contre la Covid-19 : des incer­ti­tudes même sur la qua­li­té intrin­sèque des pro­duits, sur leurs pro­cé­dés de fabri­ca­tion, sur les lots com­mer­cia­li­sés, cri d’a­larme du Centre Territorial d’Information Indépendante et d’Avis Pharmaceutiques (Centre hos­pi­ta­lier de Cholet), métho­di­que­ment étouf­fé par la presse subventionnée.

13 Commentaires 

  1. IL FAUT PURIFIER L EAU DES RIVIERES RESPONSABLES DE MALADIES AVEC LES GEOTUBE L ETNA ET LE SOUFFRE DE CE VOLCAN UN GRAND DANGER POUR LES PERSONNES MEURENT PAR INSUFFISANCE RESPIRATOIRE PAR SOUFFRE

    Répondre
  2. Tout est dit, il faut arrê­ter d’être mouton

    Répondre
    • Moi pas mouton

  3. Après avoir lu cet article on ne sait tou­jours pas s’il faut ou non se lais­ser vacciner.

    Répondre
    • Vous devriez com­prendre la dif­fé­rence entre obéir et réflé­chir…
      Et sur­tout savoir que si vous com­men­cez à réflé­chir, alors vous com­men­cez aus­si à désobéir…

    • C’est pour­tant évident, non ? Quand il est affir­mé de manière étayée que ces injec­tions sont inutiles, inef­fi­caces et dan­ge­reuses, tout est dit.

      Une réflexion sur la balance bénéfice/​risque per­met d’af­fi­ner la déci­sion per­son­nelle, selon les cri­tères d’âge, de comor­bi­di­tés, etc.

      TAUX DE SURVIE = 99.8% !!! Pourquoi s’in­fli­ger une injec­tion de quelque chose d’i­nu­tile, inef­fi­cace et dan­ge­reux pour une mala­die à laquelle la sur­vie est assu­rée. Ce n’est pas ebo­la, ni la peste, ni la fièvre jaune, dont la léta­li­té est bien plus élevée.

      Et des trai­te­ments existent… Y a pas pho­to, comme on dit. Sans par­ler des nom­breux cas de per­sonnes injec­tées qui font des AVC et autres thromboses.

      Enfin, juri­di­que­ment, il n’y a pas de consen­te­ment dans la coer­ci­tion, que cette der­nière soit directe (obli­ga­tion) ou indi­recte (pass sani­taire). Merci au Code de Nuremberg qui explique bien tout cela.

    • Relisez le donc.
      C est limpide !

    • Moi c est non
      J ai 72 ans avec dia­béte hyper­ten­sion et trom­boses lors d une ope­ra­tion et oedemes de Quincke tous les mois

    • ce site est juste conspi… rien de sour­cé, rien de prouvé…

  4. Une vaste impos­ture tou­jours pour ma même rai­son : l’argent

    Soigner les gens (4 fois moins de morts a l’IHU de Marseille) et arrê­ter de les prendre pour des cobayes.

    Répondre
  5. Venez nous rejoindre sur tele­gram le canal de la résis­tance de cette plan­dé­mie à par­tir du lien sui­vant. Vous aurez accès éga­le­ment aux articles scien­ti­fiques, docu­men­taires, péti­tions, pro­cé­dure judi­ciaire, action locale, natio­nale, mondiale…
    https://t.me/joinchat/Vb0HAUYwnX9GIfQa

    Répondre
  6. Oui, mais les vac­cins contre le Covid-19 ont per­mis à au moins neuf per­sonnes de deve­nir mil­liar­daires, notam­ment le PDG fran­çais de Moderna Stéphane Bancel. Qui est-ce qui com­mande, qui est-ce qui décide ? Les labos ou le gou­ver­ne­ment ? Combien les membres concer­nés de celui-ci ont-ils touché ?

    Répondre
    • Il faut un gou­ver­ne­ment com­pé­tent et hon­nête dis­po­sant des infor­ma­tions néces­saires pour répondre à ces ques­tions.
      Adhérez à mon mou­ve­ment l’ALS, le plus com­pé­tent sur le mar­ché politique !
      Pierregodicheau@wanadoo.fr

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

75 +  = 77