La synagogue de Satan

6 juin 2021 | 12 Commentaires 

Prenez le temps de lire cet article lumineux — et très rigoureusement documenté — de Mazetto qui vous apporte les clés pour comprendre la façon dont va le monde aujourd’hui.

La Synagogue de Satan

par Mazetto, le 3 juin 2021

Je connais ta tri­bu­la­tion et ta pau­vre­té bien que tu sois riche, et les calom­nies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une syna­gogue de Satan.

Apocalypse 2–9

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que per­sonne ne pût ache­ter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’in­tel­li­gence cal­cule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six-cent-soixante-six. 

Apocalypse 13–17

Le Messie de 1666

C’est dans sa ville natale de Smyrne, qu’en décembre 1665, Sabbataï Tsevi se pro­cla­ma « l’oint du Dieu de Jacob, rédemp­teur d’Israël », et fixa la date de la rédemp­tion au 15e jour de Sivan 5426, cor­res­pon­dant au 18 (6+6+6) du 6e mois de 1666(1). Le nombre de la bête mar­que­ra le plus impor­tant mou­ve­ment mes­sia­nique du judaïsme depuis la des­truc­tion du second temple.

Sabbataï Tsevi naquit en 1626 et, dès l’âge de 18 ans, était déjà consi­dé­ré par ses maîtres comme un grand kab­ba­liste. Il fut l’ins­pi­ra­teur de la secte turque des Sabbatéens ou Dönmeh(2) et pro­vo­qua, au sein du judaïsme, un schisme pro­fond, qui s’ac­cen­tua, un siècle plus tard, avec Jacob Frank(3). Celui-ci se décla­ra comme son suc­ces­seur et il pro­pa­gea en Europe la doc­trine sab­ba­téenne, qui devint le sab­ba­téo-fran­kisme, ou le frankisme.

Sabbataï Tsevi, Jacob Frank et leurs adeptes se dis­tin­gue­ront par leur rejet de toute loi morale ou reli­gieuse(4), en plus d’une appa­rente flexi­bi­li­té reli­gieuse. Tout en res­tant des kab­ba­listes dans l’âme, ils pré­ten­de­ront être des juifs res­pec­tueux de la Torah, ou se conver­ti­ront, les uns à l’is­lam, les autres au catho­li­cisme, qu’ils sub­ver­ti­ront de l’in­té­rieur. Pour les sab­ba­téo-fran­kistes la vrai foi ne peut être celle qu’on pro­fesse, elle doit res­ter cachée. Nous avons ici les fon­de­ments du men­songe et de l’inversion qui carac­té­risent les agis­se­ments de cette secte, qui subit dans son his­toire l’excommunication de la com­mu­nau­té juive, mais réus­sit à reprendre l’ascendant sur celle-ci à par­tir de Weishaupt, en tant que sorte d’État pro­fond du judaïsme, jusqu’à en prendre le contrôle total, comme c’est le cas aujourd’hui.

La kabbale lourianique

L’avènement de Sabbataï Tsevi ne peut être dis­so­cié de l’in­fluence consi­dé­rable, qu’eurent sur le monde juif, les concepts théo­lo­giques de la kab­bale lou­ria­nique (Isaac Louria, 1534–1572):(5)

« Les spé­cu­la­tions mys­tiques lou­ria­niques sur la nature de la rédemp­tion et du « monde res­tau­ré » (olam ha-tik­kun) qui devait suivre, ajou­tèrent de nou­veaux conte­nus et de nou­velles dimen­sions au mythe popu­laire mes­sia­nique d’un héros natio­nal conqué­rant, l’é­le­vant au niveau d’un drame cos­mique suprême : le pro­ces­sus rédemp­teur n’est plus conçu comme une simple réa­li­sa­tion de l’é­man­ci­pa­tion tem­po­relle d’Israël du joug des Gentils, mais comme une trans­for­ma­tion fon­da­men­tale de la Création tout entière, tou­chant aus­si bien les mondes maté­riels que spi­ri­tuels et condui­sant à une rec­ti­fi­ca­tion de la catas­trophe pri­mor­diale de « la bri­sure des vases » (che­vi­rat ha-kelim), au cours de laquelle les mondes divins retrou­ve­ront leur uni­té et leur per­fec­tion ori­gi­nelles. »(6)

Selon Isaac Louria, c’est Dieu lui-même qui serait à l’origine de la catas­trophe pri­mor­diale, car, lors de la créa­tion, Il aurait sous-esti­mé la puis­sance de sa lumière divine :

« Les trois pre­mières « sefi­rot », les trois pre­miers vases – la Couronne (Keter), la Sagesse (Hokhmah), l’Intelligence (Binah) – dis­posent d’un récep­tacle assez solide pour sup­por­ter la crois­sance de l’intensité lumi­neuse, mais les vases des sept autres « sefi­rot » sont trop fra­giles pour conte­nir l’afflux de la lumière. Ils se brisent. C’est la « che­vi­rat hake­lim. » »(7)

Si la kab­bale lou­ria­nique a exer­cé une influence aus­si pro­fonde sur la com­mu­nau­té juive, c’est qu’elle a don­né une dimen­sion cos­mique à la ques­tion, qui tour­men­tait le monde juif dans la période fai­sant suite à la catas­trophe de 1492, sur la nature de la dia­spo­ra (galout) et de la rédemp­tion. La kab­bale lou­ria­nique expli­que­ra que lors du che­vi­rat hake­lim, des étin­celles de la lumière divine tom­bèrent dans les pro­fon­deurs où résident les forces des ténèbres, du mal et de l’im­pu­re­té. Ces étin­celles étaient celles de la she­khi­na, la mani­fes­ta­tion de l’as­pect fémi­nin de la divi­ni­té. Ainsi, il en résul­ta aus­si une « dia­spo­ra » d’une par­tie du divin, ces étin­celles de la she­khi­na, qui aspirent à retour­ner à leur source divine, mais qui ne le peuvent, tant qu’elles ne sont pas secourues.

Gershom Scholem,(8) la haute auto­ri­té en matière de kab­bale, le résume ainsi :

« Nous avons ici une image cos­mique de la dia­spo­ra (galout), non pas la dia­spo­ra du seul peuple d’Israël, mais la dia­spo­ra de la « she­khi­nah » dès l’o­ri­gine même de sa venue en exis­tence. Tout ce qui se passe dans le monde n’est qu’une expres­sion de cette dia­spo­ra ori­gi­nelle et fon­da­men­tale. Toute exis­tence, y com­pris, « pour ain­si dire », Dieu, réside dans la dia­spo­ra. »(9)

Voilà donc le drame ori­gi­nel au cœur de la cos­mo­go­nie kab­ba­lis­tique, d’où décou­le­ra le concept de la néces­saire « répa­ra­tion du monde » : tik­koun olam(10). Et ce sera au peuple élu qu’in­com­be­ra la tâche de « répa­rer » le monde et de res­tau­rer l’harmonie universelle.

On doit aus­si à Isaac Louria d’a­voir énon­cé le prin­cipe selon lequel il ne faut pas s’en remettre pas­si­ve­ment à la volon­té divine pour la rédemp­tion, mais qu’il faut y tra­vailler acti­ve­ment, afin de hâter sa venue. C’est ce prin­cipe kab­ba­lis­tique qui est à la racine du sio­nisme et que rejettent les tenants de la vraie foi juive, qui consi­dèrent que « le sio­nisme est un mou­ve­ment fon­da­men­ta­le­ment héré­tique qui nie l’im­pé­ra­tif divin selon lequel les Juifs doivent res­ter en exil jus­qu’au jour du miracle de la rédemp­tion de toute l’hu­ma­ni­té » (11)

Kabbale et satanisme

Ce qui frappe, de prime abord, dans la kab­bale, c’est la remise en cause, dans sa cos­mo­go­nie, de la per­fec­tion de la créa­tion divine, avec cette mis­sion don­née à l’homme de « répa­rer » les man­que­ments à la créa­tion, que Dieu aurait été inca­pable de pré­voir. Ce pou­voir, prê­té au peuple élu sur la créa­tion, semble fran­chir l’ultime fron­tière de l’hu­bris et empié­ter sur le domaine de Satan.

Un des attri­buts du sata­nisme est aus­si l’in­ver­sion des valeurs, ce que les sab­ba­téens mettent en pra­tique par leur concept de « rédemp­tion par le péché », par lequel toutes les per­ver­sions ima­gi­nables sont permises.

Les kab­ba­listes ont repris à leur compte un prin­cipe occulte que les socié­tés secrètes, à tra­vers les âges, ont enseigné :

« Le mys­tique peut trou­ver la rédemp­tion à tra­vers une volon­té héroïque de faire le mal au nom d’une ascen­sion rédemp­trice ulté­rieure vers le plus haut bien spi­ri­tuel ; l’im­mer­sion dans le tré­fonds du plus bas devient ain­si un che­min vers la rédemp­tion : … connu par l’ex­pres­sion hébraïque, « Yeridah zorekh aliyah », à savoir la des­cente en vue de l’as­cen­sion, la trans­gres­sion en vue du repen­tir »(12)

Et ils en ont trou­vé une jus­ti­fi­ca­tion dans une cita­tion du Talmud :

« « Le Fils de David vien­dra dans un temps ou com­plè­te­ment cou­pable ou com­plè­te­ment inno­cent » (Sanhedrin,98 a.). De cette épi­gramme, beau­coup de sab­ba­tiens en ont tiré la conclu­sion morale : « Puisque nous ne pou­vons pas tous être des saints, soyons tous pécheurs. » (13)

Une des plus grandes orga­ni­sa­tions du judaïsme « ortho­doxe » mon­dial d’au­jourd’­hui (sio­niste et kab­ba­liste), Chabad, ne semble avoir aucune réserve sur ce même concept :

« La règle est que pour réa­li­ser une ascen­sion, il faut d’a­bord qu’il y ait une des­cente. C’est une révé­la­tion stu­pé­fiante. C’est une révé­la­tion si grande qu’elle change à jamais l’ap­pré­cia­tion que l’on a du monde. Il n’y a pas de mal dans le monde. » (14)

Parallèlement aux ensei­gne­ments théo­lo­giques et mys­tiques de la kab­bale, il y a, offi­ciel­le­ment, aus­si une kab­bale qui s’ap­pa­rente aux sciences occultes et à la sorcellerie.

Gershom Scholem nous apprend que la kab­bale se com­pose de deux éléments :

« Une kab­bale spé­cu­la­tive (kab­ba­lah iyyu­nit), dont l’in­té­rêt pre­mier est la gui­dance spi­ri­tuelle inté­rieure de l’in­di­vi­du, et une « kab­bale pra­tique » (kab­ba­lah ma ”ait), qui s’in­té­resse avant tout à la pra­tique de la magie. »
« Les lignes osten­sibles tra­cées par les kab­ba­listes pour fixer les limites de la magie per­mise ont sou­vent été dépas­sées et obs­cur­cies, avec pour consé­quence l’ap­pa­ri­tion dans la kab­bale pra­tique d’une bonne par­tie de magie « noire » – c’est-à-dire de la magie des­ti­née à nuire à autrui… ou qui uti­li­sait « les noms impies » (she­mot ha-tum ”a1, Sanhedrin 91 a) de diverses puis­sances sombres et démo­niaques… Dans le Tikkunei Zohar, la mani­pu­la­tion de ces forces est consi­dé­rée comme jus­ti­fiable dans cer­taines cir­cons­tances. »

Il ajoute : « Souvent, les pra­tiques de magie blanche des amu­lettes et des charmes pro­tec­teurs côtoient l’in­vo­ca­tion de démons, les incan­ta­tions et les for­mules à but pri­vé (rac­cour­cis magiques, décou­verte d’un tré­sor caché, impre­na­bi­li­té face à ses enne­mis, etc.), voire la magie sexuelle et la nécro­man­cie… Parmi les ouvrages kab­ba­lis­tiques plus anciens, par­ti­cu­liè­re­ment riches en maté­riel emprun­té à la kab­bale pra­tique, figurent le Zohar, les écrits de Joseph b. Shalom Ash­kenazi… »(15)

Il convient de men­tion­ner ici que le Zohar est consi­dé­ré comme la « Bible » de la kabbale.

La kab­bale et le sata­nisme qui lui est asso­cié, ont aus­si été uti­li­sés par le com­plexe média­ti­co-indus­triel dans son entre­prise de des­truc­tion de la base chré­tienne de notre socié­té. Outre la pro­mo­tion faite chez des jeunes de la fête de Halloween(16), Hollywood a aus­si, par l’entremise du star-sys­tème(17), ten­té de popu­la­ri­ser la kab­bale auprès de son audience.
Donald Trump lui-même, dans un de ses livres, nous confie le nom de son pro­fes­seur de kab­bale(18). Cela en dit long sur la nature de sa foi chré­tienne et l’attachement qui le lie à ses maîtres kabbalistes.

La cabale

C’est à Francfort que la jonc­tion se fera entre la secte sab­ba­téo-fran­kiste et les Illuminés de Bavière de Weishaupt. C’est donc là que se for­me­ra la cabale de domi­na­tion pla­né­taire, qui entre aujourd’hui dans sa phase ultime.

« À l’é­poque, Francfort était le siège des « Illuminati », fon­dés par le jésuite Adam Weishaupt, ain­si que de l’empire finan­cier des frères Rothschild. Cela mérite d’être répé­té : Francfort était le lieu de nais­sance à la fois des Illuminati et de l’empire Rothschild. Lorsque Jacob Frank est entré dans la ville, l’al­liance entre les deux avait déjà com­men­cé. Weishaupt a four­ni les res­sources conspi­ra­toires de l’Ordre des Jésuites, tan­dis que les Rothschild ont appor­té l’argent. Ce qui man­quait, c’é­tait un moyen de dif­fu­ser le pro­gramme des Illuminati, ce que les fran­kistes ont ajou­té avec leur réseau d’a­gents à tra­vers les mondes chré­tien et isla­mique… la vision fran­kiste était la des­truc­tion de l’é­thique juive pour être rem­pla­cée par une reli­gion basée sur l’exact oppo­sé des inten­tions de Dieu. Lorsque ces fac­tions se sont mélan­gées, une guerre san­glante contre l’hu­ma­ni­té, avec les Juifs en pre­mière ligne, a écla­té et, en ce moment même, elle atteint son apo­gée. « (19)

L’abolition de toute reli­gion figu­rait au pro­gramme pré-com­mu­niste de Weishaupt, mais la prio­ri­té devait être don­née à la reli­gion juive, comme l’ex­plique le rab­bin M. Antelman :

« Puisque la reli­gion juive a été la mère de deux grandes reli­gions occi­den­tales, le chris­tia­nisme et la reli­gion musul­mane, le judaïsme est natu­rel­le­ment deve­nu une cible prin­ci­pale. Les brillants diri­geants com­mu­nistes savaient et per­ce­vaient que c’é­tait le judaïsme qui conti­nuait à infu­ser et impré­gner une spi­ri­tua­li­té dans ces autres reli­gions »(20)

Le concept de Synagogue de Satan com­mence ici à prendre tout son sens.

De cette cabale, qui, très tôt, œuvre­ra à prendre le contrôle de la franc-maçon­ne­rie, allait sor­tir d’a­bord la Haskala(21), les Lumières du judaïsme, fomen­tée par Mendelssohn(22), sous l’in­fluence de Nicolai(23), dont le rôle au sein de la loge de Weishaupt était pré­ci­sé­ment l’ac­ti­visme anti-reli­gieux, sui­vie de la Ligue des Justes(24), l’an­cêtre de l’Internationale com­mu­niste. Ce fut ensuite cette Ligue, qui char­ge­ra Abraham Geiger(25) de la per­ver­sion du judaïsme, en en ini­tiant le mou­ve­ment de « réforme ».(26)

Le siècle des « Lumières » allait rayon­ner de toute la lumière luci­fé­rienne éma­nant de la cabale de Francfort et pro­pa­ger le « poi­son du libé­ra­lisme » dans toutes les socié­tés et toutes les reli­gions. Le fran­kisme allait aus­si avoir une influence poli­tique directe sur la révo­lu­tion fran­çaise à tra­vers les clubs de Jacobins.

Dans la ligne directe de cette cabale, l’École de Francfort(27) et, aujourd’­hui, le siège de la BCE(28) sont deux élé­ments, qui pour­raient faire pen­ser que le lieu géo­gra­phique est res­té, depuis le 18e siècle jus­qu’à nos jours, un des centres névral­giques de la Synagogue de Satan.

Les crypto-sabbatéens

L’infiltration du judaïsme par des sab­ba­téens, dès le 18e siècle, est illus­trée par la contro­verse qui oppo­sa le rab­bin Jonathan Eybeschutz(29) à son confrère Jacob Emden(30), qui l’accusa d’être un cryp­to-sab­ba­téen. Aujourd’hui ce genre de contro­verse n’existe plus, car le judaïsme a été entiè­re­ment sub­ju­gué par la secte sata­nique. Celle-ci domine par­tout où l’avortement est deve­nu un droit, par­tout où flotte le dra­peau LGBT, par­tout où les mots « inclu­sion », « mixi­té » ou « diver­si­té » dominent le dis­cours, par­tout où la loi natu­relle et le judaïsme véri­table sont fou­lés aux pieds.
En 1976, Harold Rosenthal(31), jeune et arro­gant « juif » sio­niste, fai­sant par­tie du cercle des ini­tiés du pou­voir mon­dia­liste, accor­da un entre­tien qui fut enre­gis­tré et auquel il ne sur­vé­cu que quelques mois. À la fin de cet entre­tien, qui fut publié sous le nom « La tyran­nie cachée », il fit la révé­la­tion suivante :

« Nous sommes le peuple élu de Dieu… La plu­part des Juifs n’aiment pas l’ad­mettre, mais notre dieu est Lucifer – je ne men­tais donc pas – et nous sommes son peuple élu. Lucifer est bien vivant. »(32)

Voilà qui résume bien ce qu’est le judaïsme domi­nant d’aujourd’hui. La Synagogue de Satan, aus­si, est bien vivante.

Communisme et sionisme

C’est la Ligue des Justes qui enga­gea Karl Marx(33) pour écrire le Manifeste, selon les idées déjà for­mu­lées aupa­ra­vant par Weishaupt. Moses Hess(34) fut, non seule­ment, le men­tor de Karl Marx, mais aus­si le pré­cur­seur du sio­nisme non-reli­gieux. Le fait que son arrière-grand-père, le rab­bin David T. Hess, fût un sab­ba­téen, confirme la volon­té d’empêcher la créa­tion d’un état reli­gieux en Israël, ce qui sera défi­ni­ti­ve­ment confir­mé en 1917 par la Déclaration(35) Balfour adres­sée à Lord Rothschild. L’État juif créé en 1948 porte la marque d’ap­par­te­nance à la Synagogue de Satan(36).

Le règne du mensonge et de l’inversion

À la veille de la main mise com­plète de la secte sata­nique sur l’hu­ma­ni­té, la grande majo­ri­té des « fidèles » des trois grandes reli­gions mono­théistes ne se sont tou­jours pas ren­du compte qu’ils ne sont les « fidèles » que du libé­ra­lisme et que les ins­tances reli­gieuses, qu’ils n’ont pas ces­sé de res­pec­ter, les ont ven­dus au diable depuis bien long­temps. Les musul­mans conti­nuent dévo­te­ment à faire le pélé­ri­nage de La Mecque, dans des lieux saints désa­cra­li­sés, aux mains des forces sata­niques sab­ba­téennes. Les chré­tiens conti­nuent d’envoyer leurs enfants à l’église pour faire leur pre­mière com­mu­nion, tout en révé­rant leur saint-père franc-maçon, qu’ils consi­dé­rent comme le digne suc­ces­seur de saint Pierre. Les Juifs israé­liens sont per­sua­dés qu’ils vivent dans l’u­nique démo­cra­tie du Moyen-Orient et sont fiers de la répu­ta­tion de leur ville de Tel-Aviv comme la plus « gay-friend­ly » du monde, ce qu’il ne per­çoivent pas comme une néga­tion du judaïsme dont ils se réclament. Le culte « illu­mi­né » du libé­ra­lisme et de la rai­son a fait des miracles de « tolé­rance » par­tout, y com­pris en Israël, mal­gré que la Torah soit claire et intran­si­geante sur le sujet de l’ho­mo­sexua­li­té (Lévitique 20–13).

Tout comme la secte a sub­ver­ti les trois reli­gions du livre, elle a aus­si sub­ver­ti le méde­cine. Elle a pris le contrôle de toutes les ins­ti­tu­tions médi­cales, y com­pris les aca­dé­mies, l’ordre des méde­cins et le com­plexe phar­ma­co-indus­triel. On peut noter que Stéphane Bancel, PDG de Moderna, est « juif » et, depuis 2009, « Young Leader » du Forum éco­no­mique mon­dial. Le cas d’Albert Bourla(37), PDG de Pfizer, est aus­si inté­res­sant. Lui aus­si est « juif » et il est ori­gi­naire de Thessalonique, qui se trouve être le ber­ceau his­to­rique de la secte sab­ba­téenne.
La grande majo­ri­té des méde­cins d’au­jourd’­hui sont des méde­cins, qui, de bonne foi, pensent que le para­digme médi­cal pas­teu­rien, impo­sé par Rockefeller(38), est com­pa­tible avec la san­té, de même que les chré­tiens « libé­raux » vont à l’église, et de bonne foi, pensent que le libé­ra­lisme est com­pa­tible avec la foi chrétienne.

Israël, l’État sabbatéo-frankiste

Après avoir pris le contrôle de la Palestine grâce à la pre­mière guerre mon­diale, il fal­lut à la cabale qu’elle en fomente une deuxième pour per­mettre la créa­tion de l’état juif :

« L’objectif final du mou­ve­ment (sio­niste) était d’é­ta­blir un état sab­ba­téen sur la terre his­to­rique des Juifs et prendre ain­si défi­ni­ti­ve­ment le contrôle du judaïsme. Pour faire émer­ger cette idée, il fal­lait que la vie des Juifs d’Europe devienne si into­lé­rable que l’é­va­sion vers la Palestine appa­raisse comme la meilleure option. »(39)

Le finan­ce­ment de l’Allemagne nazie fut assu­ré par les finan­ciers de Wall Street(40). Quant à Adolf Hitler, on peut dire qu’il a bien ser­vi les inté­rêts de la cabale. Sa col­la­bo­ra­tion avec les sio­nistes pour le trans­fert de Juifs vers la Palestine est un fait his­to­rique recon­nu(41), mais qu’il vaut mieux ne pas évo­quer. Ken Livingstone, ancien maire de Londres et un vété­ran du par­ti tra­vailliste anglais (50 ans de ser­vice) a été for­cé de quit­ter le par­ti, à la suite de sa sus­pen­sion pour anti­sé­mi­tisme, après avoir men­tion­né(42) cette simple véri­té his­to­rique. C’est un sujet déli­cat sur lequel il est conseillé de res­ter dis­cret, car l’évoquer semble consti­tuer un crime grave : une atteinte anti­sé­mite à l’intégrité idéo­lo­gique de l’antisémitisme.

D’autre part, Hitler lui-même n’é­tait sans doute pas le per­son­nage décrit aujourd’­hui dans les livres d’his­toire. Le rab­bin M. Antelman nous en donne une autre ver­sion, qui est plus en accord avec la logique machia­vé­lique de ceux qui le financèrent :

« Un article du New York Times de 1933 trai­tant des pré­ten­dues ori­gines juives d’Hitler affir­mait qu’il y avait du sang juif du côté des Stronnes, la grand-mère mater­nelle d’Hitler, une famille qui s’é­tait conver­tie au catho­li­cisme à Vienne dans les années 1850. Un témoi­gnage d’un tri­bu­nal rab­bi­nique affirme que non seule­ment le vrai père d’Hitler était un sab­ba­téen, mais aus­si son arrière-grand-père mater­nel ; Il existe des preuves qu’Hitler a main­te­nu des contacts étroits avec les sab­ba­téens tout au long de sa vie. En fait, son astro­logue per­son­nel, Erik J. Hanussen (assas­si­né dans les bois à l’ex­té­rieur de Berlin en février 1933), était un sab­ba­téen qui fut appe­lé « le pro­phète du Troisième Reich » et « magi­cien de Berlin ». Son vrai nom était Hershel Steinschneider, né à Vienne en 1889. »(43)

De son côté, la Fédération sio­niste d’Allemagne avait sup­plan­té en 1933 toutes les autres orga­ni­sa­tions juives :

« En 1932, com­bien d’or­ga­ni­sa­tions en Allemagne repré­sen­taient les Juifs alle­mands ? Plus de 250. En 1933, com­bien ? Une, et une seule : le sio­nisme travailliste…Les Juifs alle­mands seront d’a­bord endoc­tri­nés au bol­ché­visme dans des camps de sio­nistes tra­vaillistes, puis, avec l’ap­pro­ba­tion bri­tan­nique, trans­fé­rés en Palestine… Les sio­nistes tra­vaillistes ont eu les Juifs qu’ils vou­laient, et ont lais­sé les mil­lions de Juifs reli­gieux et autres non-fran­kistes périr en Europe sans aucune ten­ta­tive de leur por­ter secours. »(44)

Dans un livre publié en 1977, le rab­bin Moshe Shonfeld nous livre des “docu­ments et des témoi­gnages sur les cri­mi­nels de guerre juifs” et nous dit dans son introduction :

Criminels de guerre juifs » est une expres­sion qui ne figu­rait pas dans le lexique du « yishouv » d’Eretz Yisroel ou de la dia­spo­ra. Elle ne se trouve même pas dans les fan­tasmes ou la plus folle ima­gi­na­tion de l’es­prit de qui­conque…
C’est pour­quoi l’au­teur de cet ouvrage a vou­lu dévoi­ler, aux yeux de tous, le visage des col­la­bo­ra­teurs juifs, qui étaient à la tête du mou­ve­ment sio­niste et qui ont prê­té main-forte aux monstres nazis. »(45)

À la lumière de ces faits, il devient plus facile de com­prendre que l’antisémitisme est une stra­té­gie machia­vé­lique qui a trom­pé la majo­ri­té de la com­mu­nau­té juive et la majo­ri­té de la com­mu­nau­té des gen­tils. Elle a cimen­té la cohé­sion de l’État natio­nal juif, comme refuge contre les per­sé­cu­tions, pen­dant qu’elle pro­té­geait le par­cours de la secte vers la domi­na­tion mon­diale. Lorsque la façade sio­niste de la secte com­men­ça à être trop expo­sée au feu de la cri­tique, l’antisémitisme « nou­veau »(46) est appa­ru, incluant l’anti-sionisme.

Aujourd’hui, les Israéliens sont aus­si, comme nous, à un tour­nant de leur his­toire. Certains découvrent que ce que leur gou­ver­ne­ment appelle « com­plo­tisme » est la clé qui libère l’esprit et ouvre la voie vers la véri­té. Dans le cadre de la vac­ci­na­tion en cours, on parle main­te­nant d’un « nou­vel holo­causte. »(47)

Klaus Schwab, le sabbatéen

Klaus Schwab est issu d’une famille « juive »(48) de col­la­bo­ra­teurs nazis. Le groupe qui contri­bua le plus à la créa­tion de son Forum Économique Mondial est le Club de Rome, dont les valeurs « huma­nistes » sont bien connues :

« En cher­chant un enne­mi com­mun contre lequel nous pour­rions nous unir, nous avons eu l’i­dée que la pol­lu­tion, la menace du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, les pénu­ries d’eau, la famine et d’autres phé­no­mènes de ce genre, feraient l’af­faire. … Mais en dési­gnant ces dan­gers comme l’en­ne­mi, nous tom­bons dans le piège … à savoir, confondre les symp­tômes avec les causes. .… Le véri­table enne­mi est donc l’hu­ma­ni­té elle-même. »(49)

Le Club de Rome et Klaus Schwab par­tagent évi­dem­ment les mêmes valeurs, ain­si que tous les grands phi­lan­thropes mil­liar­daires de notre temps, ce qui illustre bien le prin­cipe d’in­ver­sion énon­cé plus haut. Cela nous ren­voie direc­te­ment à la kab­bale. En effet, dans son étude du mes­sia­nisme sab­ba­téen, Gershom Scholem nous dit :

« Au demeu­rant, si l’i­dée de vio­ler la Torah de « beriah »(50) est res­tée un prin­cipe car­di­nal de la « sainte foi », son appli­ca­tion a été trans­fé­rée à d’autres domaines, notam­ment aux rêves d’une révo­lu­tion géné­rale qui balaye­rait le pas­sé d’un seul coup pour recons­truire le monde… »(51)

Le rêve sab­ba­téen de « révo­lu­tion géné­rale », évo­qué par l’au­teur, res­semble fort au pro­jet de Klaus Schwab : un grand « reset » géné­ral pour « balayer le pas­sé d’un seul coup et recons­truire le monde ». Schwab, l’élu de Satan, usur­pe­rait alors la fonc­tion du Créateur pour recons­truire le monde « en mieux » (« build back bet­ter »).(52)

666, la marque déposée

Ce n’est pas un hasard si Microsoft a dépo­sé un bre­vet trans­hu­ma­niste, dont le numé­ro contient la marque de la bête(53), car le sym­bo­lisme est impor­tant chez les kab­ba­listes. L’internet des « corps »(54) mar­qués et contrô­lés par l’IA est la vision de Schwab pour la nou­velle huma­ni­té. Celle-ci sera, non seule­ment dimi­nuée numé­ri­que­ment, mais aus­si spi­ri­tuel­le­ment, car l’âme qui aspire à Dieu ne peut que déplaire à son maître. Maintenant que la science pos­sède les moyens tech­niques de la jugu­ler, la mise en garde de Rudolf Steiner, qui, en 1917, nous disait qu’un vac­cin, qui effa­ce­rait toute aspi­ra­tion à la spi­ri­tua­li­té, pour­rait être mis au point, ne doit pas être écar­tée. La science de la géné­tique est sans doute beau­coup plus évo­luée que ce que nous pou­vons ima­gi­ner. Les pre­mières expé­ri­men­ta­tions géné­tiques sur le VMAT2, qu’on a appe­lé « le gène de Dieu »(55) remontent déjà à une ving­taine d’an­nées. Ne sous-esti­mons pas les pos­si­bi­li­tés actuelles résul­tant des connais­sances et des tech­no­lo­gies de la géné­tique d’au­jourd’­hui.(56)

On peut remar­quer ici que même Orwell, dans sa vision du futur, n’a­vait pas anti­ci­pé la dimen­sion pure­ment démo­niaque du pro­jet. Sa vision d’un tota­li­ta­risme poli­cier ou mili­taire abso­lu a, en com­pa­rai­son, quelque chose de presque idyl­lique. En effet, vivre dans ce monde trans­hu­main, où Klaus Schwab nous pro­met, que grâce à l’im­plant d’une puce élec­tro­nique dans le cer­veau, nous pour­rons apprendre une langue étran­gère par simple télé­char­ge­ment, équi­vau­dra à vivre dans un monde d’au­to­mates huma­noïdes, un monde sans huma­ni­té. Devenir des objets bio­lo­giques connec­tés en per­ma­nence, avoir toutes nos don­nées bio­lo­giques et men­tales, allant même jus­qu’à nos pen­sées les plus intimes, sto­ckées dans une banque de don­nées, avoir une mémoire édi­table par l’IA, ne plus jamais avoir la pos­si­bi­li­té d’être seul, un ins­tant, avec soi-même, avoir comme seule âme, un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion de Microsoft, actua­li­sé sans cesse par le der­nier vac­cin obli­ga­toire, pour nous auto­ma­ti­ser tou­jours d’a­van­tage, me semble être une vision dan­tesque de l’en­fer, que le poète flo­ren­tin, à son époque, ne pou­vait encore concevoir.

La fuite en avant

Maintenant que la secte sata­nique est sor­tie de l’ombre, après avoir dû révé­ler la nature de ses véri­tables inten­tions pour l’hu­ma­ni­té, elle a per­du le pou­voir qui la ren­dait invin­cible : l’in­vi­si­bi­li­té.
Bien que beau­coup conti­nuent d’être trom­pés par la pro­pa­gande des médias, des gou­ver­ne­ments et de tous les autres agents à sa solde, la secte est obli­gée d’ac­cé­lé­rer son pro­gramme pour contrer une prise de conscience gran­dis­sante auprès du public. En effet, de plus en plus de per­sonnes, à tra­vers le monde, com­mencent à s’a­per­ce­voir que l’unique rai­son de ce cata­clysme pla­né­taire pro­vo­qué est cette volon­té d’im­po­ser une modi­fi­ca­tion du génome humain à l’ensemble de l’humanité, et cela sous cou­vert de vac­ci­na­tion impo­sée en dépit de tout bon sens logique ou médi­cal. Maintenant, les enfants ou les per­sonnes qui ont déjà acquis une immu­ni­té natu­relle au sup­po­sé SARS-CoV‑2, sont aus­si pas­sibles de « vac­ci­na­tion ». Cette fixa­tion fana­tique sur un « vac­cin » inutile, qui a déjà der­rière lui tout un cor­tège de vic­times, ne peut plus pas­ser inaper­çue. Et plus la cabale devra pres­ser le pas, plus la prise de conscience ira en s’amplifiant.

Mazetto


Notes de lec­ture :
(1) Encyclopaedia Judaica, Second Edition, Volume 18
(2) https://en.wikipedia.org/wiki/D%C3%B6nmeh
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacob_Frank
(4) « Jakob Frank a résu­mé sa doc­trine dans son livre « Les paroles du Seigneur », affir­mant que le Dieu créa­teur n’é­tait pas le même que celui qui s’é­tait révé­lé aux Israéliens. Pour lui, Dieu est mau­vais. Frank se pro­clame comme le véri­table Messie. Il jure de ne pas dire la véri­té, rejette toute loi morale et déclare que la seule voie vers une nou­velle socié­té passe par la des­truc­tion totale de la civi­li­sa­tion actuelle. Le meurtre, le viol, l’in­ceste et la consom­ma­tion de sang sont des actes par­fai­te­ment accep­tables et des rituels néces­saires. » (Jüri Lina, Sous le Signe du Scorpion, p. 22)
(5) https://wikimonde.com/article/Kabbale_lourianique
(6) Gershom Scholem, The Messianic Idea in Judaism, p.111
(7) https://wikimonde.com/article/Kabbale_lourianique
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gershom_Scholem
(9) Gershom Scholem, The Messianic Idea in Judaism, p.68
(10) https://wikimonde.com/article/Tikkoun_olam
(11) https://en.wikipedia.org/wiki/Yisroel_Dovid_Weiss
(12) Michael Hoffman : Judaism dis­co­ve­red, p.191–192 – https://1lib.fr/book/2767043/fe4b52
(13) Gershom Scholem : Les grands cou­rants de la mys­tique juive p.461–462
(14) https://www.chabad.org/library/article_cdo/aid/80898/jewish/Yeridah-Descent-for-Aliyah-Ascent.htm
(15) Gershom Scholem, Kabbalah , p.183–184 : https://1lib.fr/book/2293311/ff607d
(16) https://www.youtube.com/watch?v=_UjCWLdgG1s
(17) https://www.msn.com/fr-ca/style-de-vie/horoscope/la-kabbale-un-fil-rouge-chez-les-stars/ar-BB1acDMV
(18) D. Trump, The Way to the Top, page 141 – https://ca1lib.org/dl/3569979/4bf403
(19) Barry Chamish, Shabtai Tzvi Labor Zionism and the Holocaust, p.199 – https://1lib.fr/book/964237/8b5986
(20) Rabbi M. Antelman, Eliminate the Opiate vol.1 p.
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Haskala
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Moses_Mendelssohn
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_Nicolai
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_des_justes
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Geiger
(26) https://www.nytimes.com/1990/06/26/us/reform-judaism-votes-to-accept-active-homosexuals-in-rabbinate.html
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Francfort
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_centrale_europ%C3%A9enne
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jonathan_Eybeschutz
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacob_Emden
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/Harold_Rosenthal
(32) https://archive.org/details/TheHiddenTyranny-HaroldWallaceRosenthal/page/n38/mode/2up
(33) Rabbi M. Antelman, Eliminate the Opiate vol.2 p.21
(34) https://fr.wikipedia.org/wiki/Moses_Hess
(35) https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_Balfour_de_1917
(36) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Elyon.JPG
(37) https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Bourla
(38) https://www.pdfdrive.com/murder-by-injection-eustace-mullins-e39680998.html
(39) Barry Chamish, Shabtai Tzvi Labor Zionism and the Holocaust, p.200
(40) https://www.voltairenet.org/IMG/pdf/Sutton_Wall_Street_and_Hitler.pdf
(41) https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_Haavara
(42) https://www.theguardian.com/politics/2018/may/21/ken-livingstone-quits-labour-after-antisemitism-claims
(43) Rabbi M. Antelman, Eliminate the Opiate vol.2, p.163
(44) Barry Chamish, Shabtai Tzvi Labor Zionism and the Holocaust, p.202
(45) Reb Moshe Shonfeld, Holocaust Victims accuse, p. 8 – https://1lib.us/book/5255692/918b9e
(46) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvel_antis%C3%A9mitisme
(47) https://degroenegeus.wordpress.com/2021/03/11/israeli-fears-a-new-holocaust-is-coming-shai-dannon-talks-with-david-icke/
(48) https://unlimitedhangout.com/2021/02/investigative-reports/schwab-family-values/
(49) https://archive.org/details/TheFirstGlobalRevolution/page/n85/mode/2up?q=the+real+enemy
(50) Selon leur “sainte foi”, les Sabbatéens pré­tendent ne res­pec­ter que la Torah du monde supé­rieur de l’émanation divine (atzi­lut). La Torah que véné­rent les vrais juifs, qu’ils appellent Torah de beriah (de la créa­tion), fait par­tie d’un monde infé­rieur dans la hié­rar­chie des mondes kab­ba­lis­tiques, donc elle ne doit pas être res­pec­tée.
(51) Gershom Scholem, The Messianic Idea in Judaism, p.162
(52) https://odysee.com/@JWild:6/Build-back-better:9
(53) https://patentimages.storage.googleapis.com/58/f5/bf/bf453d0035610f/WO2020060606A1.pdf
(54) https://cv19.fr/2021/01/06/de-linternet-des-objets-a-linternet-du-corps/
(55) Dean H. Hamer, The God Gene : How Faith Is Hardwired into Our Genes – https://1lib.us/book/5600763/a79838
(56) https://www.ficsum.com/dire-archives/ete-2016/biologie-crispr-revolution-genetique-a-portee-de-main/

[NDLR] Notre illus­tra­tion à la une : Le Sabbat des sor­cières, tableau de Goya (1798) qui nous dépeint un rituel de sor­cel­le­rie, diri­gé par un Grand bouc, l’une des formes prises par le diable, qui offi­cie lors d’un rituel de sacri­fices d’en­fants. Ce tableau avait été rete­nu par Juan Branco pour illus­trer son site inter­net.

12 Commentaires 

  1. @mazetto Je vous remer­cie pour cet article très clair et très bien sour­cé. La doc­trine luci­fé­rienne est le sel de l’Esprit maçon­nique que les petits ini­tiés ignorent. Leur chef est ici pré­sent et toute cette crise consiste à imi­ter le texte de la Bible pour asser­vir l’Humanité à cette idéo­lo­gie.…
    Voici la pièce qui manque à votre puzzle pour le ter­mi­ner. Vous com­pren­drez qu’il n’y a pas de hasard en poli­tique : https://youtu.be/cYBd3-5jF9k

    Répondre
    • Merci pour votre inté­res­sante contri­bu­tion. Cela m’in­cite à renouer avec C.G. Jung, dont « Psychologie et Alchimie » fut un de mes livres de che­vet « du temps de ma jeu­nesse folle ».

  2. Je vous suis recon­nais­sant Mazzeto pour la publi­ca­tion de cet article syn­thèse. Allez-vous écrire un livre ou pou­­vez-vous en recom­man­der un sur ce sujet pour que je puisse en savoir plus ?

    Répondre
    • Je suis heu­reux d’être utile à tous ceux qui ont trou­vé dans cet article ce qui leur per­met­tra d’a­van­cer dans la com­pré­hen­sion du mal­heur ambiant. Je n’é­cris pas de livres et d’autre part, recom­man­der un seul livre est une tâche impos­sible, car chaque thème men­tion­né néces­site, non pas la lec­ture d’un livre, mais de plu­sieurs. Je peux tou­te­fois, outre les ouvrages cités ici, vous don­ner une base d’é­tude et de recherche, dont j’ai moi-même tiré grand pro­fit, car riche de réfé­rences que l’on peut appro­fon­dir par la suite. C’est le site de David Livingstone : ordoabchao.ca, qui a été par­tiel­le­ment tra­duit en fran­çais ici : noach.es.

  3. Un grand bra­vo pour cette syn­thèse d’une his­toire peu connue, et pour cause, celle de la kab­bale lou­ria­nique qui fut le coup de tur­bo don­née au mes­sia­nisme actif et à la rédemp­tion par le péché : aller au bout du mal pour qu’un bien advienne. Chacun à leur manière, Gershom SCHOLEM, puis plus récem­ment, Youssef HINDI et Pierre HILLARD ont bien décrit ce mou­ve­ment ancien.

    Comme sans doute beau­coup de lec­teurs de cet article, le fait que Trump soit un adepte de la kab­bale sur­prend, voire trouble. Le fait qu’il accé­lère le lan­ce­ment de la vac­ci­na­tion, n’est-il pas jus­te­ment simi­laire au fait d’augmenter trop vite la tem­pé­ra­ture de la cas­se­role afin que la gre­nouille trouve la situa­tion incon­for­table et anor­male (= réveil des peuples) ? Depuis plus de 2 ans, Alexis COSSETTE nous a par­fai­te­ment démon­tré, fait à l’appui, que Trump maî­tri­sait à mer­veille l’art de la guerre et l’anticipation : qu’en pensez-vous ?

    Répondre
    • Malheureusement, si la gre­nouille a la facul­té de sau­ter hors de la cas­se­role, le « vac­ci­né », lui, n’a pas la facul­té de se « dévac­ci­ner », s’il sur­vit à son « vac­cin ».
      Trump, dans son décret 13887 de sep­tembre 2019 (voir lien dans mon com­men­taire plus bas) affir­mait déjà sa stra­té­gie vac­ci­nale en décla­rant : « (b) Vaccination is the most effec­tive defense against influen­za. » Cela semble indi­quer que s’il maî­trise l’art de la guerre, c’est contre le peuple amé­ri­cain, puisque ce décret peut être inter­pré­té comme une pré­pa­ra­tion à une guerre, qui n’a­vait pas encore été décla­rée.
      Alexis Cossette semble, pour sa part, maî­tri­ser à mer­veille l’art de l’en­fu­mage avec sa « QAnonisation » effi­cace de beau­coup de Français.

  4. RECONNAITRE LE VRAI DIEU À TRAVERS JÉSUS
    C’est le fil conduc­teur de mes trois livres impri­més par theBookeditions
    • Du fon­da­men­ta­lisme biblique à la lumière de l’Évangile
    • Qui est le dieu Yahweh ?
    • De Yahweh à Jésus
    À com­man­der sur le site de Book Editions
    Taper dans Google les mots : Jean-Marc PETITHORY Livres

    Répondre
  5. Un immense mer­ci à vous pour ce résu­mé admi­rable de cette oeuvre sata­nique qui aujourd’­hui conti­nue à émettre ses ten­ta­cules à tra­vers ce que l’on appelle l’État Profond. Nous espé­rons que très bien­tôt tout le monde recon­naî­tra le vrai DIEU, à tra­vers le Christ, le seul et unique nous ayant appor­té des valeurs morales. Ces der­nières furent petit à petit oubliées en France depuis le siècle des Lumières… depuis cette influence laïque !
    J’ai eu confiance en Trump et suis ter­ri­ble­ment déçue par ce côté caba­liste ! En savez-vous plus ? Tout ce scé­na­rio pour quelles rai­sons ?
    Le comp­tage des voix, son côté : « We the people », « Q », pen­sant que les patriotes pren­draient conscience eux-mêmes de ce qui nous arrive en se mobi­li­sant ? Certes le peuple doit prendre conscience, mais que pou­vons faire seuls au niveau juri­dique ?
    Bien cordialement.

    Répondre
    • @rachel lau­rence
      Ne jamais perdre de vue que notre enne­mi excelle dans le men­songe, la trom­pe­rie et la dis­si­mu­la­tion. QAnon a tout d’une opé­ra­tion psy­cho­lo­gique pour immo­bi­li­ser l’op­po­si­tion dans l’at­tente d’un sau­veur.
      Le seul cri­tère qui ne vous trom­pe­ra pas pour esti­mer si une per­sonne est dans le camp du bien, est sa farouche oppo­si­tion à la vac­ci­na­tion.
      Trump est res­pon­sable du décret 13887 et de l’Opération Warp Speed.
      https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-2019–09–24/pdf/2019–20804.pdf
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_​Warp_​Speed

      Bonne jour­née à vous,

      Mazetto

  6. Très bon article, il faut remettre l his­toire à l endroit et dire la véri­té en étant hon­nête et objec­tif, quoi qu il en coûte c est notre devoir de résis­tants face ces pour­ri­tures, la véri­té fini­ra par triom­phé ! C est un com­bat spi­ri­tuel entre le bien et le mal , ils pressent leur agen­da mon­dia­liste mais ce fai­sant ils savent qu ils vont être démas­qués, en véri­té ils ont déjà perdu.

    Répondre
  7. Les sec­ta­teurs du Nouvel Ordre Mondial savent très bien que pour arri­ver à leur fin, ils devront se débar­ras­ser des per­sonnes qui sont dans des ordres reli­gieux et tous ceux qui sont dans la spi­ri­tua­li­té, ceux-ci sont les piliers qui empêchent ce monde de la des­truc­tion, le vac­cin dans un pre­mier temps est ter­ri­ble­ment effi­cace contre eux, mais les res­pon­sables reli­gieux com­plices n’en disent rien, il suf­fit d’ef­fec­tuer des recherches pour com­prendre l’é­ten­due du désastre.

    Répondre
  8. Merci Mazzeto pour cet excellent tra­vail de recherche, de par­tage et d’in­for­ma­tions saines et aus­si un grand mer­ci à NPI pour son enga­ge­ment sans faille.
    Nous avons gagné et la cabale est sous les pro­jec­teurs de Dieu !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *