Énergie verte : le consommateur va bientôt pleurer

12 juin 2021 | 2 Commentaires 

Comme cha­cun sait, pour faire plai­sir aux Khmers verts, notam­ment les anti-nucléaires, on a stop­pé la cen­trale de Fessenheim (2 giga­watts). Une déci­sion de Macron d’une bêtise crasse qui atteste de la misère intel­lec­tuelle de ses conseillers dans les domaines éner­gé­tique et tech­no­lo­gique. Car l’énergie nucléaire, c’est zéro fumée et zéro CO2, ce gaz dont la flore a tant besoin mais qui serait, selon le GIEC, une cala­mi­té pour notre pla­nète. Par ailleurs, le nucléaire est sta­tis­ti­que­ment l’énergie qui a fait le moins de morts dans l’Histoire de l’humanité.

Nonobstant, les anti-nucléaires ont à ce point bour­ré le crâne des popu­la­tions et de leurs gou­ver­nants que, désor­mais, l’humanité s’est enga­gée tête bais­sée sur le che­min du désastre. En effet, très para­doxa­le­ment, la théo­rie de la crois­sance illi­mi­tée pré­vaut tou­jours chez les éco­no­mistes et ce pos­tu­lat est admis par tous les diri­geants, toutes les ins­tances inter­na­tio­nales, euro­péennes, onu­siennes, etc. Or, cette théo­rie entraine la méca­ni­sa­tion des tâches dans tous les sec­teurs pro­duc­tifs (pri­maire, secon­daire et ter­tiaire) condui­sant à une demande d’énergie tou­jours plus forte. Dans cette situa­tion para­doxale, il eût été plus intel­li­gent de ne pas « recar­bo­ner » l’électricité comme l’a fait Macron qui, pour com­pen­ser la perte de Fessenheim, a relan­cé quatre cen­trales à char­bon (100 000 tonnes de CO2 par jour chacune) !

Le tout élec­trique deve­nu l’universelle pana­cée dans les esprits à courte vue va néces­si­ter, rien que pour les trans­ports, un dou­ble­ment de la puis­sance pro­duite actuel­le­ment. Et ce ne sont certes pas les éoliennes, ne fonc­tion­nant qu’un jour sur quatre – et ayant mon­tré par­tout en Europe leur inca­pa­ci­té à répondre à la demande –, qui pour­ront satis­faire à cette explo­sion des besoins. C’est bien là tout le scan­dale de l’éolien : on fait croire aux gogos qu’on « pro­tège la pla­nète » tout en réac­ti­vant la pro­duc­tion d’électricité au char­bon et au gaz. Il faut savoir qu’après la fer­me­ture de Fessenheim la France a com­man­dé à l’Allemagne la construc­tion d’une cen­trale à Landivisiau (40 000 tonnes de CO2/​jour) ! Un comble !

Mais en France, on le sait, l’écologie rime avec taxes

Ainsi, le pire reste à venir. En effet, le déman­tè­le­ment des cen­trales a un coût et pour l’amortir, EDF devrait vendre son MWh 49 € au lieu de 42 € actuel­le­ment. Or, Bruxelles impose qu’à par­tir de 2023, l’électricité soit ven­due au prix du mar­ché (plus de tarif régle­men­té ni garan­ti). Dès lors, si EDF ne par­vient pas à vendre son élec­tri­ci­té nucléaire au prix de 49 €, elle sera confron­tée à de très sérieux pro­blèmes de ren­ta­bi­li­té. C’est pour­quoi le gou­ver­ne­ment négo­cie sans répit un accord avec l’Union euro­péenne pour obte­nir la créa­tion d’une « taxe inté­rieure de consom­ma­tion finale flot­tante » sur l’électricité (TICFE). De sorte que, si EDF vend bien son élec­tri­ci­té, on pour­ra dimi­nuer la taxe, sinon, on l’augmentera pour finan­cer le manque à gagner : C.Q.F.D.

Le dindon de la farce sera bien évidemment le consommateur

En effet, il est peu pro­bable qu’EDF par­vienne à vendre son élec­tri­ci­té au prix sou­hai­té et la taxe sera maxi­mum. De sur­croît, on n’a jamais vu des taxes bais­ser, bien au contraire. D’autant que l’État qui encais­se­ra 20 % de TVA sur cette taxe – ah la magie les taxes sur les taxes ! – aura tout inté­rêt à ce que la TICFE soit la plus haute pos­sible. Notons que, depuis 2002, le consom­ma­teur paye déjà son tri­but aux éner­gies « vertes » par le biais de la CSPE (Contribution au Service Public de l’Électricité) des­ti­née à finan­cer les lar­gesses de l’État auprès des ins­tal­la­teurs d’éoliennes. Et qu’a fait la CSPE depuis cette date ? Elle n’a jamais ces­sé d’augmenter : 650 % en 14 ans ! Il y a donc fort à parier que la TICFE sui­vra la même évolution.

Actuellement, ces taxes repré­sentent un tiers de la fac­ture des consom­ma­teurs, ce qui est énorme. Mais ne nous leur­rons pas, ce ratio fis­cal ne stag­ne­ra pas à ce niveau car les dif­fi­cul­tés d’EDF résul­tant de la poli­tique éner­gé­tique ubuesque de nos diri­geants vont aller cres­cen­do. Nous aurons à la fois la flam­bée de la TICFE et celle du prix de l’électricité qui va imman­qua­ble­ment mon­ter sur le mar­ché libre en rai­son de la demande qui va explo­ser. Si l’inconséquence conti­nue à ani­mer les res­pon­sables publics sou­mis au dogme vert, le manque d’énergie va très vite étran­gler la pro­duc­tion. La révolte des peuple vien­dra-t-elle de là ?

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »

2 Commentaires 

  1. Il faut pré­ci­ser que le tarif de 42 € est celui qui est impo­sé au pro­fit des mar­chands pri­vés, le prix de gros étant de 52€. Le dif­fé­ren­tiel c’est autant pour les mar­chands. Le prix de vente d’EDF aux affai­ristes devrait être celui du mar­ché de gros !!

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 + 14 = 15