Corona, virus écologique ?

Il y a quelques jours, qui connais­sait Wuhan, 11 mil­lions d’ha­bi­tants ? Qui connait encore Chongquin, Lahore, Dongguan, Ahmedabad, Chennai ? Toutes ces villes fan­tômes figurent par­mi les 50 plus grandes agglo­mé­ra­tions du monde. Pas une ville fran­çaise dans ce top 50 des four­mi­lières humaines de plus de dix mil­lions d’âmes.

S’agissant de ce coro­na­vi­rus, inutile d’en rajou­ter à tout ce qui se dit, ou ne se dit pas, ici ou là, sui­vant les sources d’in­for­ma­tions. On entend tout et son contraire.
• Wuhan (illus­tra­tion ci-des­sus), 40 mil­lions d’ha­bi­tants mis en qua­ran­taine.
• La Russie ferme sa fron­tière avec la Chine.
• La France rapa­trie ses res­sor­tis­sants et les place en qua­ran­taine sur notre ter­ri­toire.
Bref, pour cer­tains la catas­trophe est là. Mais à l’in­verse…
• D’autres scien­ti­fiques « experts » tem­po­risent et ras­surent en rap­pe­lant que ce virus est par­fai­te­ment iden­ti­fié et sous contrôle. C’est juste une grippe.
On n’en a pas fait autant pour Ebola en 2014, 12.000 morts. Il faut dire qu’Ebola, dans la savane afri­caine, ne met­tait pas en souf­france le com­merce mon­dial, alors que Wuhan est un centre névral­gique de la mon­dia­li­sa­tion débri­dée. On y trouve notam­ment Renault ou Saint Gobain.

Comme d’habitude l’effet de sidération est parfaitement exploité

Pour les incen­dies hier d’Amazonie ou d’Australie, tout était de la faute au réchauf­fe­ment cli­ma­tique anthro­pique. Cela jus­ti­fie toutes les mesures confis­ca­toires des élites sur les bons peuples taxables à mer­ci au pré­texte de la lutte « pour le cli­mat ».

Ici, pour ce coro­na­vi­rus, même effet de sidé­ra­tion des masses, mais plus de réchauf­fe­ment cli­ma­tique ! La nou­velle angoisse, c’est l’é­pi­dé­mie. Alors on se pré­ci­pite pour ache­ter des masques chi­rur­gi­caux.

Épidémie ou pas, le business DOIT continuer

Dans le même com­mu­ni­qué, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décré­té le 30 jan­vier 2020 l’urgence inter­na­tio­nale et dans le même temps la conti­nua­tion du com­merce inter­na­tio­nal : « L’épidémie consti­tue une urgence de san­té publique de por­tée inter­na­tio­nale », mais tout de suite après : « Il ne s’a­git pas d’un vote de défiance à l’é­gard de la Chine ». L’OMS « s’op­pose en fait à toute res­tric­tion des voyages ou du com­merce avec la Chine » ! Ouf… on a eu peur d’être pri­vé du der­nier modèle d’i-Phone.Organisation mondiale de la SantéOn ne va tout de même pas mettre en qua­ran­taine les cen­taines de porte-conte­neurs qui se dirigent vers nos côtes char­gés de leurs pro­duits « made in China ».

Dans ce monde fini, il faudra bien que nos dirigeants comprennent qu’il faut une population finie

À 7,5 mil­liards de consom­ma­teurs à nour­rir et de télé­phones mobiles à pro­duire, mais à 7,5 mil­liards de pol­lueurs de la pla­nète, il va bien fal­loir envi­sa­ger une dras­tique réduc­tion de la popu­la­tion mon­diale. Coronavirus, épi­dé­mie de cir­cons­tance ou pan­dé­mie à venir ? Ce sera selon au bon vou­loir de ces gens.

Que dire de la peste noire qui déci­ma un quart de l’Europe au 14e siècle ? ou encore de la grippe espa­gnole ? venue de Chine, déjà ! qui fit près de 100 mil­lions de morts. Plus que la Grande Guerre qui déci­ma l’Europe.

Cette fois-ci, ce coro­na­vi­rus a eu la déli­ca­tesse de se décla­rer dans un pays, la Chine, à très haute tech­no­lo­gie et à forte influence poli­tique. Ces gens vous construisent des hôpi­taux en une semaine. Mais que se pas­se­ra-il le jour où un nou­veau virus utile se décla­re­ra à Lagos, Nigeria, 20 mil­lions d’ha­bi­tants ?Lagos Nigéria

Je doute que dans cette ville, on pour­ra construire des hôpi­taux en quelques jours

Les appren­tis sor­ciers sont au pou­voir. Quel sort nous réservent-ils ? Bon cou­rage !

Michel Lebon